Nos Tim Burton préférés : tour d’horizon d’un réalisateur culte

Miss Peregrine et les Enfants Particuliers sortira en salles le 5 octobre, et la rédac a voulu rendre hommage à son réalisateur. Voici une sélection de nos Tim Burton favoris qui fera vibrer votre fibre nostalgique.

Nos Tim Burton préférés : tour d’horizon d’un réalisateur culte

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat avec Fox.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Miss Peregrine et les Enfants Particuliers (adapté librement du roman de Ransom Riggs) débarque bientôt au cinéma, et c’est un mini-événement en soi car c’est le prochain film du grand Tim Burton. Un réalisateur qui a tellement de longs-métrages à son actif qu’on ne peut pas tous les citer ; c’est pour ça que mes collègues vous ont concocté une petite sélection de leurs favoris !

Dans son dernier long-métrage, dont madmoiZelle est le fier partenaire, le maître du fantastique renoue avec le style qui a fait sa renommée : une atmosphère gothique avec des personnages très spéciaux… ainsi que des couleurs trop belles et une histoire pleine d’humanité !

Soyez prêt•es à être fasciné•es par cette plongée dans le temps aux côtés de ces aventuriers malgré eux qui ne veulent que protéger ce qu’ils sont : des gens un peu différents mais qui ne font de mal à personne.

À lire aussi : Les cinq prochains films à voir absolument au cinéma

Big Fish et sa vision fantastique optimiste

Lucie, rédactrice littérature déclame avec force et conviction :

« De très loin, Big Fish. C’est l’un des rares films qui me fait pleurer à chaque fois que je le regarde même en sachant tout ce qui se passe.

C’est un film d’une fantaisie incroyable, d’une poésie magnifique. En fait, tout est assez décalé, je trouve ça formidable de réussir à mettre en scène des situations incongrues (métaphoriques) et de les sublimer. L’histoire entre le fils et le père est vraiment belle, ça aborde toute la complexité des liens filiaux mais avec une sorte de légèreté.

J’adore le fait que l’on hésite entre le fantasme et la réalité, qu’il y ait toujours ce doute qui persiste, et que finalement on décide soi-même de l’interprétation que l’on veut donner au film. »

Chloé est absolument d’accord tout en nuançant :

« Big Fish, qui est pourtant le moins Burtonisé (moins gothique, moins d’effets « je contre-balance les ambiances sombres par de l’absurde »), mais plus équilibré où l’émerveillement se dégage de partout est mon préféré. J’aime aussi l’idée d’instiller de la magie dans le quotidien, avec cette morale : voir le positif c’est d’abord une question de perspectives… à la portée de chacun.

Un aspect me plaît particulièrement : tout ce qui est transmission du savoir et tradition orale du conte. »

Je les rejoins également. Big Fish doit être l’un de mes préférés si ce n’est mon numéro 1. Même si l’absurde est évident, il y a toujours au fond, en permanence, le fantasme de l’enfance.

C’est ce qui transparaît également dans Miss Peregrine ! L’opposition entre le monde moderne et les années 40 marque une sorte de métaphore entre le rêve et la réalité. Alors que les deux époques sont absolument réelles dans les deux cas.

Autre point qui mérite d’être mentionné : ce sont deux films résolument optimistes de bout en bout, même si le fond sombre reste omniprésent.

Charlie et la Chocolaterie, des gamins dans un univers coloré

Pour Léa de la régie commerciale et Lise, experte en jeux vidéo, le meilleur Tim Burton c’est Charlie et la Chocolaterie.

« J’ai adoré Charlie et la Chocolaterie, l’univers me fait carrément rêver et me donne à chaque fois envie de manger du chocolat. Big up à Big Fish aussi et à Edward aux Mains d’Argent — c’est dur de choisir ! »

« Charlie et la Chocolaterie, sans hésiter. Je saiiis, il est plutôt récent mais j’adore l’ambiance colorée du film, je l’ai vu mille fois, je connais les répliques par cœur et j’avais même le DVD. »

Perso, je revois avec plaisir Charlie et la Chocolaterie, sachant qu’il passe sans faute à chaque période de Noël. Effectivement, le film s’adresse peut-être plus à un public jeune, avec des héros qui peuvent frustrer les adultes, mais le jeune Charlie est incroyable. Sous ses airs ordinaires, son potentiel ne demande qu’à être développé.

Edward aux mains d’argent, le classique de Burton

Juliette, rédactrice mode n’hésite pas non plus :

« Edward aux mains d’argent DIREK. Je le trouve tellement poétique, et le personnage d’Edward est tellement identifiable. J’aime le contraste entre l’ultra kitsch du quartier dans lequel habite la famille Boggs et le côté gothique d’Edward et de son château.

Tout est touchant : l’innocence d’Edward (trop chou quand il a des vêtements du mari de Peg), l’amour que lui portait son créateur avant qu’il meure, l’amour maternel de Peg… Et puis ça me fait rire quand il défigure le morpion en essayant de le sauver car il oublie qu’il a des ciseaux à la place des mains ! »

Alors bon, si la scène ne m’a pas fait spécialement rire, je confirme une chose : l’apparence gothique d’Edward, les décors du château et toute l’ambiance font vraiment la spécificité de Tim Burton. En soi, Edward et ses ciseaux sont spéciaux comme les enfants particuliers, et quand leurs émotions sont trop à vifs, ils peuvent agir et le regretter…

Ce style se retrouve un peu dans ses Noces funèbres d’ailleurs. Dans Miss Peregrine, il réussit à ajouter une pointe de son animation si reconnaissable.

Beetlejuice, inoubliable et culte

Mélanie, amatrice de cinéma et vidéaste, répond :

« Sans hésiter, Beetlejuice ! Je pense que c’est le plus barré de tous les Burton, j’ai dû le voir au moins 50 fois avec mon frère. J’adore ce film parce qu’il est drôle, le jeu d’acteur de Keaton est excellent et c’est un vrai film feel-good. Quand j’étais petite, j’adorais tout ce qui était magie et monstre, j’étais obligée de l’aimer !

Je le trouve entêtant, le thème musical est devenu mythique. Et j’adore la scène du repas avec Day-O, dont je connais les paroles et la choré par cœur !

Même si les effets spéciaux ne sont pas ouf, il fait quand même rêver, c’est un kitsch assumé qui passe super bien. J’adore l’univers de Burton sur le fait que ses personnages soient toujours des caricatures, tout en restant entiers et compréhensibles. »

Dans Miss Peregrine, les vilains possèdent cet aspect caricatural assumé. Ils cultivent un humour sarcastique, très bien concentré dans le personnage interprété par Samuel L. Jackson !

Alice au pays des merveilles, l’inattendu renouveau de Tim Burton

Et le mot de la fin par notre nouvelle rédac en chef Clémence :

« Mon Tim Burton préféré, c’est son Alice au pays des merveilles. Justement parce qu’il n’a rien à voir avec le Disney, ni même avec le Lewis Carroll.

Je trouve que c’est dans ce film que Burton sublime son héroïne. J’ai toujours vu Alice comme une aventurière, et jamais comme la petite blonde un peu cruche et franchement insupportable de naïveté dépeinte dans le dessin animé.

Je crois qu’on mesure difficilement à quel point l’imaginaire de Tim Burton est exceptionnel. Dans ses autres films, il nous embarque dans un univers totalement fictif, le spectateur n’a aucun point d’ancrage pour évaluer la richesse du monde dans lequel le réalisateur nous plonge. Mais Alice au Pays des Merveilles, c’est connu, c’est notre enfance, c’est presque un décor familier.

Alors quand je suis allée voir ce film au cinéma, je suis vraiment tombée dans le terrier du lapin avec Alice. J’ai plongé dans l’univers de Tim Burton, fantastique et angoissant, obscur et éblouissant, sombre et multicolore, tout en même temps. Et c’est exactement ce qui me fascine tant chez lui : la puissance de son imaginaire, suffisante pour surpasser le mien et m’engloutir toute entière, moi et tous mes souvenirs d’enfance.

Alice sort de son aventure complètement transformée, libérée de toutes les limitations que la société faisait peser sur elle. Les frontières et l’impossible sont devenus des concepts étrangers, rien ne l’arrêtera plus, elle aura les armes de percer à travers le plafond de verre de son temps comme s’il n’existait pas. Si c’est pas la meilleure morale féministe, je ne sais pas ce qu’il vous faut. »

Choix osé pour Clémence qui va à contre-courant de l’opinion générale. Pourtant, si elle a bien raison sur un point, c’est la figure de femme forte. Miss Peregrine par exemple s’en sort comme une cheffe, à force de vouloir protéger ses enfants quitte à faire des erreurs.

Si je récapitule, Miss Peregrine et les Enfants Particuliers contient tous les ingrédients d’un Tim Burton. Il ne manque plus que l’aspect musical et je pense que ce serait plus que parfait !

Découvrez le film en salles le 5 octobre !

Et pour finir, on a demandé au grand Maître lui-même son film favori de tous les temps, qui est…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Neillagg
    Neillagg, Le 4 octobre 2016 à 13h35

    @Roanne Moi la planete des singes j'en garde un excellent souvenir, peut-etre parce que j'avais 6 ans et que c'etait le tout premier DVD que mes parents achetaient, tout ca me paraissait incroyable !

    Sinon il y en a tellement que j'adore, les Noces Funebres, reste un de mes anims preferes, il est vraiment beau.
    Et mon chouchou je pense que ca restera Edward.. J'etais litteralement amoureuse de ce personnage plus jeune. :jv: Certaines scenes, avec la musique dessus, ca me donne des frissons a chaque fois que je le regarde..
    Mars Attacks est tellement WTF mais vraiment je l'adore. Big fish et Sleepy Hollow aussi.
    Sinon Alice je n'ai absolument pas accroche, ca m'a un peu derange cette adaptation par rapport a l'oeuvre originale :erf: Je le retenterai a l'occas.

    Bref tout ca pour dire que je vais certainement aller au cinema ce WE :cretin:

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)