La réponse des SDF « français » aux intolérants qui pensent soudain à eux

Des SDF « français-bien-de-chez-nous » répondent « Merci pour l'invit' » à ceux qui sont de plus en plus nombreux à prendre leur défense sur les réseaux sociaux. Vous tenez à aider « nos SDF » avant « les migrants » ? Ils vous en remercient. Et ils arrivent !

La réponse des SDF « français » aux intolérants qui pensent soudain à eux

Depuis que la photo d’Aylan Kurdi, un enfant syrien de trois ans retrouvé mort noyé sur une plage turque, a fait le tour du monde, les gouvernements européens se sont enfin penchés sur la crise humanitaire qui touche les réfugié•e•s syrien•ne•s. En attendant que des solutions soient mises en oeuvre pour que la paix revienne en Syrie, la société civile se mobilise pour aider les milliers de personnes, hommes femmes et enfants, qui ont quitté la région et arrivent continuellement en Europe.

L’émotion suscitée par la photo de l’enfant a certainement contribué à gonfler cet élan de solidarité, mais alors que l’Allemagne ouvre grand ses frontières, et que ses habitants accueillent les familles syriennes à la descente des trains à grand renfort de « Willkommen ! Welcome ! », en France, la réaction a été bien plus fraîche. Et c’est un cruel euphémisme.

À lire aussi : Que faire pour aider les réfugiés ?

Le 3 septembre, au lendemain de la diffusion de la photo d’Aylan à la Une de toute la presse, les Français•es étaient encore majoritairement opposés à l’accueil des réfugié•e•s. Fort heureusement, après une longue semaine de mobilisation des associations, et le concours de la presse française, la tendance a fini par s’inverser.

Sur les réseaux sociaux, la désinformation bat son plein

Vous vous souvenez des messages semi-culpabilisants qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux ? Bien sûr que vous vous en souvenez. Plusieurs de vos contacts partagent ces montages-photos larmoyants, qui implorent nos gouvernements de s’occuper « d’abord de nos pauvres » avant d’ouvrir la porte à tous ces « migrants ».

À lire aussi : Faut-il « donner de l’argent à un SDF ? » et autres interrogations d’un « Point de vue social »

Ces intox et autres manipulations, qui profitent à l’extrême droite

C’est extrêmement blessant de voir des ami•es, des proches, des parents partager ces messages, quand on sait qu’ils servent à véhiculer une idéologie xénophobe, tout en jouant sur l’empathie des individus. « Personne n’a dit qu’il ne fallait PAS aider tous ces gens, voyons ! On dit seulement que nous, en France, on n’en a pas les moyens ! Il faut d’abord aider les gens dans le besoin ici, chez nous, avant de se préoccuper des autres ! »… On dirait que ça tombe sous le sens, et pourtant, ne vous laissez pas avoir par ces intox et autres manipulations, qui profitent politiquement à l’extrême droite.

Pour en savoir plus, direction notre article qui reprend quelques uns des « hoax » les plus populaires de cette dernière semaine.

À lire aussi : L’aide aux réfugiés, cible d’infos erronées et d’images truquées sur les réseaux sociaux

La réponse d’Antoine, SDF « bien français », à ses nouveaux amis !

Un nouveau message est apparu sur Facebook, et en l’espace de quelques heures, il est déjà viral. Peut-être l’avez-vous déjà vu passer.

collectif-merci-pour-linvit

Ce message a été posté à l’origine par Pascal Pistone, qui a depuis créé la page Facebook du Collectif Merci pour l’invit !Contacté par téléphone, ce musicien résident dans la région de Bordeaux a accepté de me raconter cette initiative.

« Je discutais avec trois SDF [à Bordeaux, NDLR], et on parlait bien sûr de l’actualité, de tout cet élan de solidarité, et je leur ai dit en rigolant : « j’espère que vous n’êtes pas hostiles à l’accueil des réfugiés ! ».

On a parlé de ça, et l’un d’entre eux, Antoine (il s’appelle vraiment Antoine) me disait qu’il voulait agir ; on s’est mis à discuter tous les quatre du message qu’on pourrait faire passer, et je me suis engagé à le poster sur les réseaux sociaux de leur part. »

À lire aussi : L’urbanisme « anti-SDF » fait scandale… mais pas partout

Avis à toutes les bonnes volontés, si promptes à prêter main forte !

La suite, vous la devinez : en quelques heures, le message d’Antoine, posté par Pascal, a été partagé plus de 20 000 fois. Alors, avis à toutes les bonnes volontés, si promptes à prêter main forte à « nos » SDF — vous savez, ceux qui dorment dehors, au coin de nos rues, sous nos ponts, dans nos quartiers. Ceux que vous voulez aider si farouchement, surtout depuis une semaine, surtout depuis que vous avez le sentiment qu’accueillir des réfugié•es venu•es « d’ailleurs » revient à faire passer nos SDF au second plan de la solidarité.

Ils vous ont entendus, et ils répondent à votre invitation ! Rejoignez donc la page Facebook du Collectif Merci pour l’invit ! et accueillez chez vous des personnes qui ont besoin d’un toit.

À lire aussi : Les SDF sont invisibles, même pour leur propre famille

Rien ne vous empêche d’accueillir un SDF

C’est très sérieux, n’allez pas croire qu’on fait dans le cynisme : les SDF « de chez nous » et les réfugié•es n’ont pas les mêmes besoins immédiats. Si vous voulez accueillir des demandeurs d’asile, il faut passer par des associations, afin de répondre au mieux à leurs besoins. En revanche, pour accueillir un SDF chez vous, ça peut être beaucoup plus simple. Ça commence par s’arrêter quand vous le croisez, pour le saluer, discuter avec la personne, faire connaissance, et puis, si le courant passe, si vous avez de la place chez vous, rien ne vous empêche de l’inviter.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… la maraude auprès des sans-abri

Vraiment, la solidarité, c’est pas si compliqué. Vous n’avez pas besoin d’une action gouvernementale pour aider votre prochain. L’accueil de dizaines de milliers de réfugié•e•s politiques qui fuient un pays en guerre, en revanche, ça s’organise. C’est pour ça qu’on en parle, c’est pour ça que les gouvernements se concertent et se mobilisent. Ça nécessite un peu plus de logistique que les Restos du Coeur (qui exigent déjà une sacrée organisation).

À lire aussi : Je travaille dans un foyer d’hébergement pour S.D.F. — Témoignage

La solidarité, ce n’est pas hiérarchiser les causes, ni prioriser les nécessiteux. C’est venir en aide à celles et ceux qui en ont besoin, à hauteur de nos moyens. Arrêtez d’instrumentaliser les SDF « français ». Arrêtez de prendre les réfugié•es en boucs émissaires de vos difficultés. Merci.

À lire aussi : Je veux comprendre… le discours de l’extrême droite en France

crise-refugies

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 102 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MissMachine
    MissMachine, Le 23 septembre 2015 à 9h08

Lire l'intégralité des 102 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)