Nicolas Sarkozy : « La crise n’est pas finie »

Il n’est pas bien joyeux l’avenir que nous a décrit hier Nicolas Sarkozy dans son discours « vérité » consacré à sa politique économique et à la crise financière mondiale. Une crise qui « aura des conséquences dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d’achat ». Comprenez moins de croissance, plus de […]

Nicolas Sarkozy : « La crise n’est pas finie »

Il n’est pas bien joyeux l’avenir que nous a décrit hier Nicolas Sarkozy dans son discours « vérité » consacré à sa politique économique et à la crise financière mondiale.

Une crise qui « aura des conséquences dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d’achat ». Comprenez moins de croissance, plus de chômage et moins de pouvoir d’achat.

Sortez les pagaies, on va ramer.

Notre président en est convaincu : cette crise « appelle à accélérer le rythme des réformes, en aucun cas à l’arrêter ou à le ralentir ». Il confirme donc la suppression de 30 600 emplois dans la fonction publique l’année prochaine et annonce la réforme des administrations locales.

Plus volontaire que jamais, Nicolas Sarkozy appelle désormais à « refonder le capitalisme ». Il nous garantit qu’à l’avenir, « le laisser-faire c’est fini ; le marché qui a toujours raison, c’est fini ».

Pour nous convaincre de la réalité de ce changement de cap, il nous promet la fin des parachutes dorés pour les patrons qui plantent leur entreprise et une nouvelle règlementation applicable au système bancaire.

Bref, le retour de l’Etat dans le foutoir jeu économique.

Au chapître des réactions à ce discours, pas de surprise. La droite acclame, la gauche dénonce.

Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’emploi, juge que « le président de la République a montré l’image d’un capitaine courage tenant fermement le gouvernail » (sisi, il a dit ça).

Le Medef considère que Nicolas Sarkozy « a prononcé un discours véridique, ambitieux, historique, à la hauteur du défi auquel nous sommes tous confrontés ».

Bertrand Delanoë, candidat au poste de premier secrétaire du parti socialiste, constate que ce discours « sonne comme autant de critiques implacables de la politique qu’il a menée depuis mai 2007 ».

Pour le parti communiste, « loin de les protéger, Nicolas Sarkozy fait aux Français la promesse du pire. Le pire pour les salaires, le pire pour la croissance et, au final, le pire pour l’ensemble des Français ».

Vous avez les pagaies ? Oui ? Hop, on rame…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Snow
    Snow, Le 27 septembre 2008 à 20h49

    Je préviens : j'ai écrit un pavé en réaction à certains passages du discours de Sarkozy, rien de très construit et qu'est pas forcément cohérent, mais j'avais envie de réagir tout de même.

    Je veux le dire aux Français : l'anticapitalisme n'offre aucune solution à la crise actuelle.
    Haha, petit coucou à Besancenot :fleur:

    Il faut vaincre cette peur.
    Marrant pour quelqu'un qui mène une politique aux penchants sécuritaires...

    Je suis cependant avec lui lorsqu'il dit que cette crise financière n'est pas la crise du capitalisme mais bien la crise d'un système, celui de l'économie de marché, d'un marché soi-disant auto régulé prôné par les néolibéraux qui ont réussi à s'imposer (je tiens d'ailleurs à préciser que Sarkozy n'est pas un ultra libéral)

    Les responsabilités doivent être recherchées et les responsables de ce naufrage au moins sanctionnés financièrement.
    Il dissocie totalement les sphères financière et politique alors même que les deux sont étroitement liées, l'une n'allant pas sans l'autre. Je déteste sa façon de se poser comme un simple observateur, sa manière d'accuser sans jamais reconnaître sa propre responsabilité, ne serait-ce que la responsabilité des politiques en général qui ont laissé faire. On est bien loin du "je" omniprésent tout d'un coup (enfin, on le revoit apparaître par la suite, quand St Nicolas notre sauveur est de retour avec sa politique de la providence, hallelujah mes s?urs !). Quelle hypocrisie !

    La crise actuelle doit nous inciter à refonder le capitalisme sur une éthique de l'effort et du travail, à retrouver un équilibre entre la liberté et la règle, entre la responsabilité collective et la responsabilité individuelle.
    Ce qu'il oublie d'important, et c'est bien dommage, c'est refonder le capitalisme sur une éthique de justice sociale, c'est de refonder le capitalisme sur une mentalité de modération (mais dans un sens, l'excès est inhérent au capitalisme, alors c'est peut-être pas possible...).

    Ce qui est drôle aussi (enfin, je ris jaune) c'est que toutes les "questions qui fâchent" qu'il propose de soulever, il aurait bien pu le faire avant, c'est juste que là il n'a pas d'autres solutions que de le faire, sinon il passe pour un incompétent. C'est par défaut et au vu de la crise qu'il soulève ces problèmes là, et non pas suite à une prise de conscience.

    Je suis convaincu que le mal est profond et qu'il faut remettre à plat tout le système financier et monétaire mondial, comme on le fit à Bretton-Woods après la Seconde Guerre Mondiale, afin de créer les outils d'une régulation mondiale que la globalisation et la mondialisation des échanges rendent désormais nécessaires. On ne peut pas continuer de gérer l'économie du XXIème siècle avec les instruments de l'économie du XXème. On ne peut pas davantage penser le monde de demain avec les idées d'hier.
    Ca paraît peut être évident, mais fallait bien qu'il le dise. Au moins, il en est conscient et c'est une bonne chose que notre président dise tout en haut ce qui se disait tout bas. Allez, 1 point !

    L'argent de l'Etat c'est l'argent des Français. Ils ont travaillé trop dur pour le gagner pour que l'on ait le droit de le gaspiller.
    Pour retrouver des marges de man?uvre pour préparer l'avenir, les dépenses de fonctionnement de l'Etat doivent diminuer. L'année prochaine c'est un total sans précédent de 30 600 emplois qui seront supprimés dans la fonction publique.[...] La compétitivité de notre économie est capitale. Elle ne peut supporter un poids excessif de dépenses publiques.
    Alors la phrase pleine de bon sens, l'argent des français blabla pas dépenser blabla, pour faire passer la pillule (qu'est quand même assez grosse faut avouer). Apparemment, faut faire passer la compétitivité de nos entreprises avant tout, grand gloups quand quelques instants plus tard, il nous dit qu'on va bientôt "réhabiliter la valeur travail" (parce que dit comme ça, ça englobe tellement de choses et va savoir ce qu'il veut nous dire - non en fait, j'ai pas vraiment envie de savoir...mais je suis sûre que c'est sur des bases très saines :rolleyes:).

    Au final, rien de très surprenant dans son intervention. Son discours sur le système financier était particulièrement prévisible puisque vu la crise financière, c'est celui que la communauté internationale tient aussi et qui devait arriver tôt ou tard.
    Ensuite, il ne fait que nous expliquer point par point comment sa politique est la plus adaptée, et nous dit gentiment qu'il n'a pas l'intention de changer quoi que ce soit. Vivement que tu vires de là...

    shaina.karim;828180
    J'vous en veux pas il est doué pour la manipulation de toute façon...
    Quel soulagement...:stare:

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)