Rencontre avec Juliette Karagueuzoglou, « nez » et parfumeuse chez IFF

Pour le premier anniversaire de l'Eau Florale de Repetto, Virginie a rencontré Juliette Karagueuzoglou, l'un des deux nez ayant participé à l'élaboration de cette fragrance pétillante et lumineuse.

Rencontre avec Juliette Karagueuzoglou, « nez » et parfumeuse chez IFF

Il y a près d’un an, la maison française Repetto lançait Eau Florale, une eau de toilette fruitée et boisée évoquant la légèreté et la grâce d’une danseuse. Pour l’occasion, j’ai eu la chance de rencontrer Juliette Karagueuzoglou, l’un des deux nez à l’origine de cette fragrance fraîche et juteuse.

Comment vous-êtes vous intéressée à la parfumerie et au parfum en général ?

D’après mes parents, j’ai toujours aimé sentir ce qui m’entourait et décrire les odeurs. Je mémorisais beaucoup les personnes selon leur parfum.

J’ai découvert qu’il y avait des gens qui créaient des parfums à treize ans : à l’époque, ma tante travaillait chez Christian Dior, et elle m’a parlé de Dune, la nouvelle fragrance que la marque allait sortir.

J’ai toujours aimé sentir ce qui m’entourait et décrire les odeurs.

À ce moment-là, ça a fait tilt dans ma tête : j’allais tout faire pour un jour, moi aussi, inventer de nouveaux parfums ! J’ai donc orienté ma scolarité dans ce sens. Le métier de nez, je l’ai découvert plus tard, en lisant des livres sur la parfumerie puis en travaillant avec des parfumeurs.

Beaucoup de gens disent que les parfumeurs ont un don. Moi je pense qu’ils ont une certaine sensibilité aux odeurs, mais ensuite, c’est énormément de travail.

repetto-flacon

Comment êtes-vous devenue parfumeuse ?

Après une licence de chimie, je suis rentrée à l’ISIPCA, une école de parfumerie située à Versailles, dans les Yvelines. Pour mon diplôme, j’ai passé deux ans en apprentissage chez Expressions parfumées, situé dans le berceau de la parfumerie, à Grasse.

Mon maître de stage pschittait des notes sur des mouillettes et je devais deviner les matières premières et trouver leurs différences.

Je travaillais au labo où j’apprenais à reconnaître les matières premières et à les décrire. Tous les soirs, mon maître de stage me faisait passer des tests pour faire travailler ma mémoire olfactive. Il pschittait des notes sur des mouillettes (les petites bandes de papier blanc qu’on trouve dans les parfumeries) ; je devais deviner les matières premières et trouver leurs différences.

J’ai vraiment beaucoup aimé être directement plongée dans le monde de la création, et ça a confirmé mon envie de devenir nez.

Mon diplôme en poche, je suis rentrée chez IFF. Au début, j’assistais les parfumeur•euses lorsque leurs assistant•es étaient absent•es, et puis j’ai commencé à travailler sur de petits projets pas trop compliqués. Comme je débutais, un parfumeur confirmé suivait mon travail et me donnait des conseils pour élaborer mes formules, ce qui m’a vraiment permis d’affiner mes connaissances et ma réflexion.

Voyant que j’étais très motivée, IFF m’a envoyée un an à New York suivre des cours dans son école de parfumerie internationale. C’était vraiment bien ! À mon retour, je suis passée parfumeuse junior et j’ai enfin commencé à travailler sur mes propres projets.

Y a-t-il beaucoup de femmes qui créent des parfums ?

C’est une profession qui s’est féminisée mais je pense surtout que c’est la variété de cultures, de personnalités et de vécus qui fait la richesse de la parfumerie.

Historiquement, les premiers parfumeurs étaient des hommes, mais aujourd’hui, je dirais qu’il y a autant de parfumeuses que de parfumeurs. C’est une profession qui s’est féminisée mais je pense surtout que c’est la variété de cultures, de personnalités et de vécus qui fait la richesse de la parfumerie.

On a tous une sensibilité aux odeurs différentes, liée à notre histoire personnelle, et c’est ce qui forge notre individualité en tant que parfumeur•se.

J’ai beaucoup d’admiration pour les parfumeuses Sophia Grojsman et Sophie Labbé, dont le travail a marqué certaines périodes de ma vie. En plus d’aimer les parfums qu’elles ont créés, j’aime aussi leur façon de travailler et leur personnalité. Dans ce métier, ça va généralement ensemble : un parfum reflète souvent l’âme de la personne l’ayant conçu.

juleitte-repetto

Juliette et la danseuse étoile Dorothée Gilbert, égérie de l’Eau Florale de Repetto

Comment se passe la création d’un parfum ?

Chez IFF, avant que les parfumeur•euses ne se mettent à réfléchir à un nouveau parfum, il faut qu’il y ait une demande de la part d’une marque. On ne propose jamais une formule toute prête à un client, qu’il n’aurait plus qu’à mettre en flacon. Une fois le cahier des charges reçu, plusieurs parfumeur•euses travaillent, seul•es ou à plusieurs, sur le projet.

Chaque réalisation est mise en compétition avec les autres, et c’est la marque qui a le dernier mot. La plupart du temps, tout est lancé en même temps : la réalisation du jus, du flacon et du packaging, ainsi que la réflexion autour du plan de communication.

Pour l’Eau Florale de Repetto, le cœur floral de l’eau de toilette est précédé par des notes très pétillantes et juteuses de pamplemousse et de poire, et succédé par des notes boisées et sensuelles de cèdre et d’ambre gris.

Pour l’Eau Florale de Repetto, avec mon collègue Nicolas Beaulieu, on a travaillé sur la légèreté et la fraîcheur, avec en tête l’image d’une ballerine espiègle et fraîche dans son tutu de tulle. Le cœur floral de l’eau de toilette est précédé par des notes très pétillantes et juteuses de pamplemousse et de poire, et succédé par des notes boisées et sensuelles de cèdre et d’ambre gris.

C’est un jus très complémentaire des deux premiers parfums Repetto.

Comment travaillez-vous sur un nouveau parfum ?

Après avoir pris connaissance du brief, la plupart du temps, je fouille dans mes souvenirs d’enfance à la recherche de la petite madeleine de Proust qui pourrait toucher la corde sensible du plus grand nombre.

Sinon, j’aime bien revisiter des grands classiques de la parfumerie pour les dépoussiérer un peu. Je pense à un parfum culte et je me demande comment je pourrais le réinventer et proposer quelque chose de nouveau en partant de ses notes principales. Souvent, ça lui fait du bien.

Pour éviter de rester bloquée trop longtemps sur une même formule, je travaille sur plusieurs parfums en même temps. Ça me permet de naviguer entre différents projets dans la journée et de garder l’esprit clair.

parfums-repetto-3

Merci à Juliette Karagueuzoglou d’avoir répondu à mes questions !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Roulie76750
    Roulie76750, Le 18 mai 2016 à 18h21

    \ ( ^_^ ) / Trust me
    Pour celles et ceux que ça intéresse, l'ISIPCA (j'ai raté deux fois le concours d'entrée à l'oral) : l'école propose pleins de formation différentes (aromatique, cosmétique, parfumerie, produits naturels (j'ai postulé deux fois à celui-là), contrôle qualité (je crois)), à des niveaux d'études différents (BTS, Licence Pro, Master, MBA... si je me souviens bien). Il y a (pour les masters en tout cas) deux à trois épreuves à l'entrée. A l'écrit, c'est culture G (lire cosmétique mag), chimie et biologie (donc si vous avez fait soit l'un soit l'autre en licence, zieuter un peu des bouquins de l'autre matière) (franchement c'est pas trop compliqué). Pour les filières parfums, arômes, cosmétiques il y a un test olfactif ou aromatique, puis un entretien quand on a validé les épreuves précédentes. Ce sont des formations en alternance, donc au moment de l'entretien il faut (presque) déjà avoir signé son contrat (j'ai toujours pêché à ce moment). Beaucoup d'appelé-e-s, peu d'élu-e-s (120-150 pour des promos de 15-20).

    L'ISIPCA est une excellente école, mais si vous ratez :calin:, il y a vraiment pleins de formations en France : Le Havre, Nice-Antipolis, Paris Sud... et d'autres.
    En effet il n'y a pas que l'ISIPCA, j'ai moi même fait le master FOQUAL (Formulation, Qualité Analyse) à l'université de Nice Sophia Antipolis et c'est un diplôme qui prépare aux métiers de la parfumerie entre autres (également cosmétiques et pharmaceutique). Malheureusement il est difficile d'intégrer ce secteur si on n'est pas "fils de" ou si on n'a pas fait l'ISIPCA. Bravo à la parfumeuse de préciser que le talent ne fait pas tout, c'est en effet un travail de longue haleine pour arriver à avoir un odorat développé. Merci aux Madz qui font ce genre d'articles vous êtes au top!!

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)