Au moins 265 gymnastes agressées sexuellement : Larry Nassar condamné à plusieurs vies en prison

Par  |  | 16 Commentaires

Larry Nassar, le médecin accusé d'avoir attouché et agressé sexuellement au moins 265 jeunes gymnastes, a été sévèrement condamné. Retour sur un procès historique.

Au moins 265 gymnastes agressées sexuellement : Larry Nassar condamné à plusieurs vies en prison

Mise à jour du 1er février 2018 — Larry Nassar, l’ancien médecin du sport affilié à la Fédération américaine de gymnastique, entame son 3ème procès à Charlotte, dans l’État du Michigan.

Et le nombre de ses victimes a encore augmenté. Ce sont désormais plus de 265 jeunes femmes, principalement des gymnastes, que Larry Nassar aurait agressé pendant plus de vingt ans :

« Considéré comme un « faiseur de miracles », il a agi en toute impunité alors que l’Amérique dominait la gymnastique mondiale, jusqu’aux premières révélations en 2016.

Le praticien de 54 ans avait auparavant été condamné à 60 ans de prison pour pédopornographie, un autre volet de l’affaire qui a fait chuter – trop tardivement selon les victimes – des dirigeants de USA Gymnastics. »

— La suite à lire sur France infos.

Article initialement publié le 27 janvier 2018 — Mercredi 23 janvier avait lieu le procès du « plus grand scandale d’abus sexuel dans le sport », selon les mots de plusieurs journaux anglo-saxons.

Le condamné est Larry Nassar, médecin du sport ayant été en poste pendant des dizaines d’années à la clinique sportive de l’université de Michigan State, à la Fédération de gymnastique américaine et ayant dans ce cadre suivi des athlètes pendant quatre Olympiades.

Larry Nassar, le médecin ayant agressé un nombre inconnu de gymnastes

168 jeunes femmes ont pu apporter leurs témoignages concordants, rapportant les « traitements » que leur faisait subir le médecin, qui relevaient en réalité de l’agression sexuelle – sans qu’on sache si toutes les victimes se sont fait connaître.

« Je ne peux même pas estimer combien d’enfants et de familles vulnérables vous avez réellement agressées » a asséné la juge Rosemarie Aquilina.

Celles-ci étaient des anonymes, autant que des stars de la gymnastique – McKayla Maroney, championne olympique, a par exemple largement contribué à médiatiser ce procès.

La juge a donné du crédit à chaque victime prête à témoigner. Elles se sont succédées pendant plusieurs jours pour raconter leur histoire.

Les témoignantes se sont tour à tour adressées à leur agresseur, faisant de ce procès une quasi-séance de thérapie comme l’a dit Kyle Stephens, citée dans Le Monde :

« « Les petites filles ne restent pas petites toute leur vie », a lancé Kyle Stephens, l’une des premières à témoigner, qui a dit de ce procès qu’il « a été horrible mais étonnamment thérapeutique ». »

Le témoignage de Kyle Stephens, en vidéo. Attention, les mots sont crus.

 

Rosemarie Aquilina, juge intransigeante

La juge a clairement pris le parti des victimes, et sa sentence a été très remarquée.

Elle s’est adressée notamment à Larry Nassar lui-même, qui avait quelques jours auparavant déploré le fait d’être forcé à assister aux témoignages de ses victimes.

Ce à quoi elle avait répondu que « passer quatre ou cinq jours à les écouter est une épreuve mineure, comparée aux heures de plaisir que vous avez eues à leurs dépens. »

La juge a également lu une partie d’une lettre de plainte qu’il avait écrite, en finissant pas un « mic drop de l’ère moderne » :

Son attitude est hautement compréhensible, lorsqu’on sait que la dite lettre contenait par exemple les affirmations suivantes :

« J’étais un bon docteur parce que mes traitements fonctionnaient, et ces patientes qui aujourd’hui me dénoncent sont les mêmes que celles qui me remerciaient et revenaient encore et encore, me conseillant à leur amis et famille.

Les médias les ont convaincues que ce que j’ai fait était mauvais. Elles ont le sentiment que j’ai trahi leur confiance. Hell hath no fury like a woman scorned. »

Cette dernière expression signifiant en substance « Les Enfers n’ont pas de pire furie qu’une femme repoussée », elle a provoqué l’ire de l’assemblée.

Larry Nassar condamné à la prison vie, pour plusieurs vies

En prononçant sa sentence que vous pouvez lire dans son intégralité ici ou à laquelle vous pouvez assister là, la juge a accusé Larry Nassar de n’avoir jamais pris en main son problème :

« Monsieur, vous saviez que vous aviez un problème, ça me semble clair. […] Mais le pire, c’est qu’il n’y a pas une survivante qui soit venue ici et n’ait pas dit à quel point vous étiez renommé. Je leur fait confiance.

Vous auriez pu aller n’importe où dans le monde pour vous faire soigner. […] Mais vous avez décidé de ne pas résoudre ce problème qui vous fait perdre le contrôle et fait de vous un prédateur sexuel. »

Elle a donc appliqué une sentence très sévère entre 40 et 175 années d’emprisonnement, une peine qui s’ajoute à celle qu’il purge déjà pour possession de pédopornographie, estimant qu’il n’avait lui même pas conscience du danger qu’il représentait.

Si une sentence a été prononcée, de nombreuses victimes en appellent toujours à la responsabilité des instances – la fédération de gymnastique, l’université du Michigan, le comité Olympique – qui ont permis à ce prédateur sexuel d’exercer et d’agresser pendant toutes ces années.

Simone Biles a par exemple estimé le 15 janvier dernier sur Twitter qu’une enquête devait être menée, pour « savoir pourquoi cela a pu se produire pendant si longtemps et toucher autant d’entre nous ».

La gymnaste prenait la parole après s’être tue pendant longtemps, et son discours est celui d’une battante :

« Je n’ai plus peur de raconter mon histoire.

Je suis l’une des nombreuses survivantes ayant été abusée sexuellement par Larry Nassar. […]

Il n’est pas normal de recevoir un traitement de la part d’un médecin renommé de l’équipe américaine et d’en parler de manière horrible comme d’un traitement « spécial ». […]

Depuis trop longtemps je me suis demandée « Étais-je trop naïve ? Était-ce ma faute ? ». Je connais désormais la réponse à ces questions. Non. Non, ce n’était pas de ma faute. Non, je ne vais pas et je ne devrais pas porter une culpabilité qui revient à Larry Nassar, USAG, et à d’autres. […]

Je sais que cette expérience horrible ne me définit pas. Je suis bien plus que ça. Je suis unique, intelligente, talentueuse, motivée et passionnée.

Je me suis promise que mon histoire serait bien plus grande que ça et je vous promet à tous et toutes que je n’abandonnerai jamais. […]

Je ne vais pas laisser un homme, et ceux qui lui ont permis de faire ça, me voler mon amour et ma joie. »

Le Comité Olympique exige la démission des têtes de la Fédération

Les survivantes se sont succédées au micro, et certaines ont fermement dénoncé l’absence de réaction de la part des adultes, ainsi que la responsabilité de la Fédération Américaine de Gymnastique.

Aly Raisman, triple championne olympique, a lu une lettre intransigeante envers les instances sportives.

Le témoignage d’Aly Raisman, qui interpelle également la Fédération de Gymnastique.

Et effectivement, le Comité Olympique attend les têtes de la Fédération Américaine. 

« Le Comité Olympique américain veut la démission du comité de direction de la Fédération américaine de gymnastique d’ici mercredi, sans quoi la Fédération perdra sa certification »

En clair, plus de Jeux Olympiques pour la Fédé américaine de gymnastique, tant que les dirigeants actuels conserveront leur poste.

Mais les membres du comité directeur ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils se plieront aux demandes du comité Olympique. Le New Tork Times rapporte que plusieurs démissions ont déjà été entérinées, et que les autres suivront.

À lire aussi : Brock Turner, le « violeur de Stanford », fait appel de sa (légère) condamnation

6 surprises valant + de 50€
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
  • Poirouche
    Poirouche, Le 1 février 2018 à 14h22

    Le problème, c'est que ceux qui passent à l'acte sont souvent de gros dégueulasses plus que des malades. Quand la personne accepte la castration chimique ou la demande d'elle-même, il s'agit de gens biens victimes d'une maladie (c'est ainsi que je vois les choses).

    Dans le cas du médecin cité dans l'article ou dans mon cas où dans bien d'autres, ce sont juste de gros pervers dégueulasses qui profitent de l'abus de pouvoir, surkiffent la domination ... Jamais ces gens n'accepteront la castration chimique parce que ce sont de gros déchets.

    Et même si on les castre, ils trouveront d'autres moyens d'abuser de leurs victimes car c'est ça qui les fait jouir : abuser d'une personne.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!