Petit précis de cyberharcèlement illustré en 295 commentaires

Que se passe-t-il quand une jeune femme, dans ce cas Marion Seclin, jouissant d'une certaine notoriété sur YouTube, décide de prendre la parole en vidéo sur le sujet du féminisme ? Accrochez vos ceintures, on fonce vers la Haine avec un grand H sur l’autoroute du cyber-harcèlement.

Petit précis de cyberharcèlement illustré en 295 commentaires

Revenons au début de l’année 2016. Après avoir passé quelques mois à réaliser des reportages, des sketchs et des tutos beauté/DIY, Marion Seclin décide de prendre la parole sur madmoiZelle à propos d’un sujet qui lui tient à coeur : le féminisme. C’est en mars qu’elle écrit et réalise une première vidéo, afin de déglinguer quelques idées reçues sur le sujet.

C’est un succès ! Le concept d’offrir une réponse aux remarques les plus classiques plaît beaucoup. Dans la foulée, Marion en écrit donc une seconde sur le harcèlement de rue, sujet bien connu par environ toutes nos lectrices (que Marion sollicite d’ailleurs via Twitter, leur demandant de partager les réponses les plus WTF déjà entendues. Elle s’appuie sur ces témoignages pour développer son propos, histoire de bien rappeler qu’elle n’invente rien : ces situations existent, et ces réactions à côté de la plaque sont de véritables réactions.)

Dans sa vidéo #TasÉtéHarceléeMais — postée le 17 mai 2016 — Marion adopte une ligne « dure », teintée de la fameuse « colère » dont je vous parlais il y a quelques mois.

La diffusion de cette vidéo a engendré une vague d’insultes salées, en minorité cependant par rapport aux encouragements d’un côté, mais aussi — ne le nions pas — des nombreux commentaires négatifs-mais-constructifs, qui exprimaient une incompréhension par rapport à la position de Marion.

Ça méritait sans doute une mise au point, publiée le 30 juin 2016.

Personnellement, je m’étais dit — naïvement peut-être, que cette vidéo explicative permettrait de faire comprendre le point de vue de Marion. On peut être en accord ou non avec elle, mais aucune divergence d’opinion ou d’expérience ne justifie une telle violence (je parle bien sûr des insultes, pas des commentaires négatifs d’incompréhension).

Il va sans dire que quoi qu’en pensent ses détracteurs, le harcèlement de rue est une réalité pour l’immense majorité des femmes, un peu partout dans le monde, y compris en France. Rappelons que 100% des femmes ont été victimes de harcèlement dans les transports en commun selon un rapport du Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes.

À lire aussi : Les mythes sur le harcèlement de rue, déconstruits par Paye Ta Shnek

Quand tout à coup… une bonne grosse dose de haine

À ce stade, il était déjà compliqué de rétablir un dialogue serein au milieu des insultes, mais c’était encore sans compter sur ce youtubeur surnommé « Raptor Dissident », dont la ligne éditoriale consiste à faire — je cite — une « revue d’actualité avec une bonne grosse dose de haine ». Ça pose le cadre.

Il a donné son avis sur la première vidéo de Marion. Vous pouvez voir son œuvre sur sa page Facebook. Attention cependant, sa « bonne grosse dose de haine », accompagnée en prime de mauvaise foi matinée d’une pseudo-expertise sur le féminisme risque de très vite vous agacer.

notions-fatiguee-hades

Respirez par le ventre, ça va passer

Bien sûr, le « Raptor Dissident » a totalement occulté la deuxième vidéo explicative de Marion. On peut imaginer que s’il l’avait prise en compte, il n’aurait pas pu étaler sa « bonne grosse dose de haine » de la sorte.

Cette vidéo, insultante à l’égard de Marion et publiée mi-juillet, a fini par être supprimée de YouTube il y a quelques semaines, car elle « ne respecte pas les règles YouTube sur le discours de haine. »

Qui est chaud•e pour un déferlement de haine ?

Le « Raptor Dissident » ne s’est pas contenté de publier sa vidéo : il en a fait un teasing abondant sur Twitter et Snapchat, jusqu’à sa mise en ligne, incitant toute sa fanbase à venir « poser son com » sur #TasÉtéHarceléeMais, et par extension sur les deux autres vidéos (la réponse, et #TesFéministeMais).

Ça fait donc des mois — depuis juillet, que les insultes pleuvent sur ces trois vidéos et ce sont les seules sur lesquelles nous n’avons jamais modéré les propos.

Pourquoi ? Tout simplement pour offrir un paysage « représentatif » des réactions — majoritairement masculines — aux vidéos féministes de Marion.

Voici donc un petit échantillon (plus de 200 commentaires), posté en vrac, sur les plus de 30 000 réactions que comptent ces trois vidéos.

Précisons qu’on n’a pas eu à fouiller pour les trouver, puisque la majorité des commentaires sur ces vidéos sont des remarques sur le physique de Marion, des insultes, voire des appels à la violence, au viol, des incitations au suicide et même des menaces de mort. Ne le nions pas, ces commentaires violents sont parfois accompagnés d’arguments, mais souvent postés sans plus d’explications.

On a eu du mal à remonter plus loin qu’il y a trois mois, les pages finissant par planter sur notre navigateur.

Nota bene : certains commentaires apparaissent en plus gros que d’autres. L’objectif n’est pas forcément de les mettre plus en avant, il était juste beaucoup plus simple pour nous en terme de mise en page de mettre toutes les images au même format.

Attention au départ…

(vous pouvez passer ces commentaires et aller directement à la suite)

« Tu mérites la mort sale pute. Suicide-toi. »

ptitharcelementoklm-00207ptitharcelementoklm-00206 ptitharcelementoklm-00205 ptitharcelementoklm-00204 ptitharcelementoklm-00203 ptitharcelementoklm-00202 ptitharcelementoklm-00201 ptitharcelementoklm-00200 ptitharcelementoklm-00199 ptitharcelementoklm-00198 ptitharcelementoklm-00197 ptitharcelementoklm-00196 ptitharcelementoklm-00195 ptitharcelementoklm-00194 ptitharcelementoklm-00193 ptitharcelementoklm-00192 ptitharcelementoklm-00191 ptitharcelementoklm-00190
PS : Il est très probable que cette personne ait usurpé l’identité d’Emmanuel Macron #SherlockHolmesptitharcelementoklm-00189 ptitharcelementoklm-00188 ptitharcelementoklm-00187 ptitharcelementoklm-00186 ptitharcelementoklm-00185 ptitharcelementoklm-00184 ptitharcelementoklm-00183 ptitharcelementoklm-00182 ptitharcelementoklm-00181 ptitharcelementoklm-00180 ptitharcelementoklm-00179 ptitharcelementoklm-00178 ptitharcelementoklm-00177 ptitharcelementoklm-00176 ptitharcelementoklm-00175 ptitharcelementoklm-00174 ptitharcelementoklm-00173 ptitharcelementoklm-00172 ptitharcelementoklm-00171 ptitharcelementoklm-00170 ptitharcelementoklm-00169 ptitharcelementoklm-00168 ptitharcelementoklm-00167 ptitharcelementoklm-00166 ptitharcelementoklm-00165 ptitharcelementoklm-00164 ptitharcelementoklm-00163 ptitharcelementoklm-00162 ptitharcelementoklm-00161 ptitharcelementoklm-00160 ptitharcelementoklm-00159 ptitharcelementoklm-00158 ptitharcelementoklm-00157 ptitharcelementoklm-00156 ptitharcelementoklm-00155 ptitharcelementoklm-00154 ptitharcelementoklm-00153 ptitharcelementoklm-00152 ptitharcelementoklm-00151 ptitharcelementoklm-00150 ptitharcelementoklm-00149 ptitharcelementoklm-00148 ptitharcelementoklm-00147 ptitharcelementoklm-00146 ptitharcelementoklm-00145 ptitharcelementoklm-00144 ptitharcelementoklm-00143 ptitharcelementoklm-00142 ptitharcelementoklm-00141 ptitharcelementoklm-00140 ptitharcelementoklm-00139 ptitharcelementoklm-00138 ptitharcelementoklm-00137 ptitharcelementoklm-00136 ptitharcelementoklm-00135 ptitharcelementoklm-00134 ptitharcelementoklm-00133 ptitharcelementoklm-00132 ptitharcelementoklm-00131 ptitharcelementoklm-00130 ptitharcelementoklm-00129 ptitharcelementoklm-00128 ptitharcelementoklm-00127 ptitharcelementoklm-00126 ptitharcelementoklm-00125 ptitharcelementoklm-00124 ptitharcelementoklm-00123 ptitharcelementoklm-00122 ptitharcelementoklm-00121 ptitharcelementoklm-00120 ptitharcelementoklm-00119 ptitharcelementoklm-00118 ptitharcelementoklm-00117 ptitharcelementoklm-00116 ptitharcelementoklm-00115 ptitharcelementoklm-00114 ptitharcelementoklm-00113 ptitharcelementoklm-00112 ptitharcelementoklm-00111 ptitharcelementoklm-00110 ptitharcelementoklm-00109 ptitharcelementoklm-00108 ptitharcelementoklm-00107 ptitharcelementoklm-00106 ptitharcelementoklm-00105 ptitharcelementoklm-00104 ptitharcelementoklm-00103 ptitharcelementoklm-00102 ptitharcelementoklm-00101 ptitharcelementoklm-00100 ptitharcelementoklm-00099 ptitharcelementoklm-00098 ptitharcelementoklm-00097 ptitharcelementoklm-00096 ptitharcelementoklm-00095
ptitharcelementoklm-00093 ptitharcelementoklm-00092 ptitharcelementoklm-00091 ptitharcelementoklm-00090 ptitharcelementoklm-00089 ptitharcelementoklm-00088 ptitharcelementoklm-00087 ptitharcelementoklm-00086 ptitharcelementoklm-00085 ptitharcelementoklm-00084 ptitharcelementoklm-00083 ptitharcelementoklm-00082 ptitharcelementoklm-00081 ptitharcelementoklm-00080 ptitharcelementoklm-00079 ptitharcelementoklm-00078 ptitharcelementoklm-00077 ptitharcelementoklm-00076 ptitharcelementoklm-00075 ptitharcelementoklm-00074 ptitharcelementoklm-00073 ptitharcelementoklm-00072 ptitharcelementoklm-00071 ptitharcelementoklm-00070 ptitharcelementoklm-00069 ptitharcelementoklm-00068 ptitharcelementoklm-00067 ptitharcelementoklm-00066 ptitharcelementoklm-00065 ptitharcelementoklm-00064 ptitharcelementoklm-00063 ptitharcelementoklm-00062 ptitharcelementoklm-00061 ptitharcelementoklm-00060 ptitharcelementoklm-00059 ptitharcelementoklm-00058 ptitharcelementoklm-00057 ptitharcelementoklm-00056 ptitharcelementoklm-00055 ptitharcelementoklm-00054 ptitharcelementoklm-00053 ptitharcelementoklm-00052 ptitharcelementoklm-00051 ptitharcelementoklm-00050 ptitharcelementoklm-00049 ptitharcelementoklm-00048 ptitharcelementoklm-00047 ptitharcelementoklm-00046 ptitharcelementoklm-00045 ptitharcelementoklm-00044 ptitharcelementoklm-00043 ptitharcelementoklm-00042 ptitharcelementoklm-00041 ptitharcelementoklm-00040 ptitharcelementoklm-00039 ptitharcelementoklm-00038 ptitharcelementoklm-00037 ptitharcelementoklm-00036 ptitharcelementoklm-00035 ptitharcelementoklm-00034 ptitharcelementoklm-00033 ptitharcelementoklm-00032 ptitharcelementoklm-00031 ptitharcelementoklm-00030 ptitharcelementoklm-00029 ptitharcelementoklm-00028 ptitharcelementoklm-00027 ptitharcelementoklm-00026 ptitharcelementoklm-00025 ptitharcelementoklm-00023 ptitharcelementoklm-00022 ptitharcelementoklm-00021 ptitharcelementoklm-00020 ptitharcelementoklm-00019 ptitharcelementoklm-00018 ptitharcelementoklm-00017 ptitharcelementoklm-00016 ptitharcelementoklm-00015 ptitharcelementoklm-00014 ptitharcelementoklm-00013 ptitharcelementoklm-00012 ptitharcelementoklm-00011 ptitharcelementoklm-00010 ptitharcelementoklm-00009 ptitharcelementoklm-00008 ptitharcelementoklm-00007 ptitharcelementoklm-00006 ptitharcelementoklm-00005 ptitharcelementoklm-00004 ptitharcelementoklm-00003 ptitharcelementoklm-00002 ptitharcelementoklm-00001

Vous en voulez encore ?

Alors, vous me direz peut-être : « mais elle n’a qu’à pas aller lire les commentaires sur YouTube ». Certes. Et d’ailleurs, Marion ne le fait pas. Mais il reste impossible pour elle d’échapper aux interpellations qui lui sont directement adressées sur d’autres réseaux, notamment sur Twitter.

La « twittosphère » n’est pas en reste quand il s’agit de cracher à la figure d’un autre être humain, et le cas de Marion n’a pas fait exception. Attachez votre ceinture, c’est reparti pour un tour sur l’autoroute de la haine. 

tweet4
tweet3
tweet2

une-bien-belle-personne-sur-twitter

Bref, on ne vous la refait pas à coup de centaines de tweets, vous avez saisi le concept. Et on vous passe aussi les snaps, les commentaires sur Instagram et autres messages perso sur Facebook directement adressés à Marion.

Et le reste de son travail sur Internet n’est pas épargné

Avant ce mois de juillet 2016, toute les vidéos de madmoiZelle venant de Marion recevaient une immense majorité de « pouces bleus ». La preuve avec un rapide échantillon :

session-bigflo-marion-seclin youtube-tatouage-marion-seclin
videos-marion-seclin-screenBref. Vous voyez l’idée.

Fait intéressant : les quelques vidéos sorties depuis juillet 2016 ont récolté — et continuent d’engranger — des pouces rouges par centaines, que ce soit sur des sujets aussi polémiques que des sessions acoustiques (je ne peux pas croire que les madmoiZelles n’aiment pas Taylor Swift), des recettes au camembert avec Margaux ou des festivals en Normandie. Elles ont aussi récolté leur lot d’insultes, qu’on a largement modérées, contrairement aux trois vidéos sur le féminisme.

onmangequoi-marion-seclin-screen taylor-swift-marion-seclin-screenbeauregard-marion-seclin-screen

Vous pourrez (re)voir ces vidéos dans leur intégralité sur cette playlist YouTube (et tant qu’à faire, si vous aimez Marion, n’hésitez pas à mettre un pouce bleu et un p’tit com sympa. D’autres ne se gênent pas pour exprimer leur sentiment à son égard…)

Et sur France 2 ? Ça continue…

Vous pensiez que cette haine virtuelle n’était limitée qu’à son activité sur madmoiZelle ? C’est sous-estimer le temps qu’ont à perdre les haters et leur obstination limite préoccupante.

Depuis la rentrée, Marion présente une chronique tous les soirs sur France 2 et bien sûr, les replay postés sur YouTube ne sont pas épargnés non plus, puisque jusqu’à celle du 2 novembre, l’intégralité de ses chroniques (pourtant vraiment excellentes) ont récolté plus de pouces rouges que de pouces bleus.

France 2 a même décidé de désactiver totalement les commentaires YouTube suite aux flots d’insultes que les chroniques de Marion récoltaient chaque jour.

f2-marion-seclin-screen
OH MON DIEU, ELLE PARLE DE SQUEEZIE, C’EST HONTEUX !

Même traitement sur la chaîne String Theory et Les Scienceuses, une série qu’elle a écrite et dans laquelle elle joue : plus de 800 pouces rouges.

Ok j’approuve pas cette coiffure mais ça mérite vraiment autant de pouces rouges ?!

screen-scienceuses-marion-seclin

(Vous pouvez la voir ici, mettre un pouce bleu et
vous refaire une louchée de commentaires insultants si ça vous dit)

Oh sweet irony…

L’ironie de toute cette histoire ? Dans la vidéo #TasÉtéHarceléeMais, de nombreux commentaires pinaillent sur la définition du harcèlement avancée par Marion — je reviens plus en détails sur la différence entre drague et harcèlement dans cet article. Jusqu’à celui-ci :

tu-connais-le-sens-du-mot-harceler

Après avoir lu tout ça, je pense qu’on peut difficilement en douter.

Deux morales à cette histoire…

La première, c’est que les haters sont extrêmement bien organisés pour faire entendre la haine à leur proie. Comme le dit ce dénommé SachaTheJones :

jlance-la-video-dislike

La masse silencieuse l’est trop, il faut que ça change

Donc si vous aimez une vidéo — ça va faire un peu cliché de youtubeur, mais voilà un exemple où ça s’applique parfaitement — mettez un pouce bleu, ça aide pour le classement de la vidéo sur YouTube, et mettez un petit commentaire pour dire ce que vous en avez pensé. La masse silencieuse l’est trop, justement, et il faut que ça change.

C’est un réflexe que je n’avais pas avant d’assister à ce cyber-harcèlement en règle, mais que j’ai pris désormais : liker, commenter, partager tous les contenus que j’aime, ne serait-ce que pour contrer la vague de haine que récolte son auteur•e par ailleurs. C’est plus utile que d’aller à mon tour insulter ceux qui insultent.

La seconde, c’est que toutes ces personnes qui insultent, qui appellent à la mort, ont d’ores et déjà perdu. Insulter et menacer Marion ne l’a pas fait reculer, au contraire : elle continue de diffuser ses idées féministes à une plus large audience, sur France 2 désormais. Et elle continuera sans doute longtemps. Et tous ces gens qui n’ont pas trouvé d’autres réponses que le bashing en ligne le savent. Comme on a pu le lire au détour d’un commentaire sur le web :

Allez, on va se rassurer en se disant que l’animal n’est jamais aussi agressif que quand il se sait condamné…

¯\_(ツ)_/¯ 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 180 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

Lire l'intégralité des 180 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)