Polémiques sur les méthodes de Pékin Express

[MàJ] Invité par Paul Amar sur France 5 samedi dernier, Philippe Bartherotte s’est trouvé en face de deux candidates, Pauline et Aurélie. Les jumelles lilloises, présentes sur l’édition 2008, étaient là pour défendre M6 et attester de leur bonne foi. Lors de la confrontation, Barherotte leur a appris qu’il avait payé un chauffeur afin qu’il […]

Polémiques sur les méthodes de Pékin Express

[MàJ] Invité par Paul Amar sur France 5 samedi dernier, Philippe Bartherotte s’est trouvé en face de deux candidates, Pauline et Aurélie. Les jumelles lilloises, présentes sur l’édition 2008, étaient là pour défendre M6 et attester de leur bonne foi.

Lors de la confrontation, Barherotte leur a appris qu’il avait payé un chauffeur afin qu’il les emmène, lors de la sixième étape. Une révélation qui continue de faire enfler la polémique et les coups de griffe entre le journaliste et son ancien employeur. Pour ne rien arranger, M6 révèle le béguin de Bartherotte pour une interprète qui aurait quitté l’émission. Il aurait voulu la suivre en continuant dêtre payé : demande refusée…
Autre révélation, lepoint.fr nous apprend le lien amoureux entre Stolz le producteur et Cendrine Gentil, rédac’ chef de l’émission… Une explication au soutien inconditionnel entre la chaîne et Studio 89 ?

***** 

Encore une fois, c’est le Canard enchaîné qui sort la polémique. Le journal fait, dans son édition du 5 mars 2008, des révélations dérangeantes quant au jeu de piste géant organisé par M6. Et si dans les couloirs de Studio 89, en charge de la prod’ de Pékin Express pour M6, la surprise a été de taille, les contre-révélations n’ont pas tardé à fuser… Le Canard débite tout au long de son papier des arguments tendant à montrer que l’aventure est bidonnée. A la source de ces révélations, Philippe Bartherotte, ancien journaliste sur Pékin Express, ayant depuis claqué la porte. Pourtant, il participait depuis le début à l’aventure, lâchant même cette année son poste de rédac’ chef de l’émission quotidienne Un dîner presque parfait pour pouvoir participer au programme…

A l’origine de la polémique, Bartherotte dénonce des pratiques pas très fair play…

Candidats mis en avant par la productio,, à qui on facilite la tâche sans qu’ils ne s’en rendent compte ou, au contraire, équipes délibérément freinées… Voilà ce que dénonce Philippe Bartherotte et pourquoi il s’est retiré de l’aventure.

En décembre dernier, Christophe Gallot, chef de projet de Pékin Express, tire lui aussi la sonnette d’alarme en évoquant des consignes éditoriales d’un goût douteux. Par exemple, il dénonce les bakchich refilés en douce aux chauffeurs, ou les mises en scène « émotion » commandées aux cameramen.

En somme, que des procédés contraires à l’état d’esprit « aventure » de Pekin Express. Il s’agit là de secrets de coulisse qui feraient se lécher les babines aux détracteurs de l’émission… Des pratiques inadmissibles selon Gallot et Bartherotte, qui sont pourtant de vieux briscards de la télé-réalité. Inadmissible parce qu’à leurs dires, il y a « quand même une déontologie dans la TV réalité ». Une déontologie oubliée au profit du spectacle.

Depuis 6 ans, l’aventure fait rêver…Mais qui a dépassé ses limites, les candidats en parcourant 2500 km, ou Barherotte en allant outre le secret professionnel ?

Un programme en or, qui suscite les jalousies, comme l’a confié Cendrine Genty à la tête de la rédaction de Pékin Express à Télé 2 semaines. Ces derniers l’ont contactée jeudi matin pour qu’elle donne son sentiment face à « l’affaire ». Selon elle, Bartherotte a quitté l’équipe avec fracas et pour des raisons personnelles pas très claires. Quant à Christophe Gallot, il « n’était pas à la hauteur »… Le patron de la prod’, Philippe Stolz appuie ces propos et ajoute qu’il y a bien une « bible très précise » écrite avant le tournage, qui pose les consignes éditoriales. Mais il ajoute que l’existence d’un tel écrit n’est pas un secret en télé-réalité. Reste à déméler certaines autres indications, comme cette clause de confidentialité un peu spéciale que dénoncent les journalistes via le Canard enchaîné. Son principe : les participants doivent ne rien dire sur les coulisses de l’émission pendant cinq ans, sous peine d’une amende de 20 000 euros.

Cet échauffement entre la chaîne et ses salariés n’en est qu’au début, puisque M6 a décidé de poursuivre les deux journalistes pour diffamation. La preuve selon Barherotte qu’il y avait quelque chose à cacher…

Affabulations, jalousie ou chute de la télé-réalité, le système installé depuis quelques années est en tous les cas en train de changer… Pour le meilleur, à ton avis ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 89 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mona.
    Mona., Le 9 avril 2008 à 19h40

    Stormy
    Je pensais que ça serait les filles mais tant mieux car elles n'étaient pas trop fair-play..
    C'est clair.Surtout quand elles dident à un conducteur "prenez pas l'autre équipe, ils sont pas fair-play", la bonne blague.En tout cas, je suis bien contente pour Gérard et Cédric, pourtant j'aurais pas parier sur eux.

Lire l'intégralité des 89 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)