« Pourquoi – La poitrine des femmes c’est tabou ? », vu par le YouTubeur Brice Duan

Pourquoi un mec peut-il se promener torse nu sans souci, alors qu'une femme sera insultée ou accusée de s'exhiber ? Voilà la question que s'est posée le YouTubeur Brice Duan dans sa dernière vidéo.

« Pourquoi – La poitrine des femmes c’est tabou ? », vu par le YouTubeur Brice Duan

Il suffit de regarder l’actualité pour constater que l’exposition du corps nu des femmes est encore un sujet épineux : l’agression d’une femme en maillot de bain dans un parc montre à quel point quelques centimètres carrés de peau dénudée sont encore considérés par certains, comme « vulgaire ».

À lire aussi : La vulgarité, qu’est-ce que c’est ?

Le corps nu des femmes est sexualisé par la société. Et il l’est bien plus que celui des hommes. Brice Duan, YouTubeur et ex-étudiant en cinéma, a choisi d’évoquer cette différence de traitement dans sa dernière vidéo. Dans Pourquoi – La poitrine des femmes c’est tabou ? , il relève plusieurs situations absurdes dans lesquelles une poitrine de femme dénudée va poser problème, alors qu’une poitrine d’homme n’aurait pas été remarquée.

Il rappelle à ce sujet un point essentiel : chez nous, aucune loi n’interdit, ni aux hommes ni aux femmes, de se balader la poitrine à l’air*. Pourtant, lorsque les femmes se promènent seins nus, elles sont accusées d’exhibition sexuelle ou arrêtées par la police. Le topless n’est pas interdit, donc, mais juste beaucoup moins toléré par la société lorsqu’il concerne des femmes.

*Le code pénal punit « l’exhibition sexuelle » d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende, mais ne décrit pas ce qui constitue une exhibition sexuelle. En tout état de cause, cela ne résout pas le paradoxe, selon lequel le torse nu d’un homme ne pose aucun problème, mais la poitrine dénudée d’une femme serait nécessairement…un attribut sexuel indécent.

Brice Duan évoque à ce sujet l’ambiguïté de la charte de Facebook, qui censure les images de poitrines nues lorsque ce sont celles de femmes, mais les tolère lorsqu’elle appartiennent à des hommes. Début juillet, dans le cadre de l’action #Freethenipple, l’artiste Micol Hebron avait d’ailleurs fait le buzz avec cette image ironique qui incitait à coller une image de téton d’homme sur des seins de femme afin de détourner les restrictions de Facebook :

free-the-nipple-micol-hebron

À lire aussi : #FreeTheNipple : le fondateur d’Instagram s’explique sur les seins des femmes censurés

Il n’y a aucune raison valable à cela, constate Brice Duan, qui conclut :

« Libérons les tétons ! Pourquoi les femmes n’auraient-elles pas les mêmes privilèges que les mecs ? »

Sa démarche est d’autant plus intéressante qu’elle vient… D’un homme. Il est suffisamment rare que des YouTubeurs hommes s’attaquent à des questions qui touchent directement au corps de la femme, sans tomber dans les clichés et l’humour gras. Sa réflexion est bien sûr perfectible, mais j’ose croire qu’elle est encourageante.

Et toi, connais-tu le travail de Brice Duan ? Qu’en penses-tu ? Cette réflexion sur les seins à l’air te semble-t-elle pertinente ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sinae
    Sinae, Le 28 août 2016 à 18h52

    Je pense que la sexualisation de la poitrine féminine est beaucoup trop ancrée dans notre culture. Et nous-mêmes, en essayant de s'affranchir de ça on est quand même influencé par notre culture...
    Exemple : J'ai été voir un défilé de bodypainting, tout les modèles hommes et femmes sont en slip. C'est donc la norme dans ce genre d’événements qu'il y ait des gens à moitié à poil. Eh ben même avec ça, je me suis rendue compte que les corps féminins étaient plus "choquants" que les masculins. C'est dingue, mais j'étais plus gênée (en tant que femme) de voir des corps (et surtout des seins) féminins que masculins. Ce qui n'a aucun sens !! c'est la société qui nous appris ça et c'est assez dur de s'en défaire.

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)