Les phrases de harcèlement de rue à travers le monde en vidéo

Cut Video a demandé à des gens à travers le monde de citer les phrases de drague/harcèlement de rue qu'ils entendent dans leur ville.

Parfois, quand j’entends des gens qui harcèlent ou qui draguent de manière plus générale, je trouve leurs phrases tellement alambiquées, tellement réfléchies (et tellement pathétiques, souvent) que je ne peux pas m’empêcher de me demander si elles sont de pures inventions. Des exercices de style de bolosserie, tu vois. Des sortes d’oeuvres d’art, finalement, que j’aimerais bien que ces gens gardent pour eux au lieu d’essayer de pécho (laissez les autres tranquilles merci bonsoir).

À lire aussi : Harcèlement de rue, cette épuisante banalité

Cut Video a décidé d’aller demander à des gens à travers le monde (principalement des filles) quelles étaient les phrases d’approche/de drague/de harcèlement de rue qu’ils entendent le plu souvent. Une intervenante lâche notamment le truc le plus WTF et flippant qu’on peut sortir à une fille qui aime bien le rouge : « Regarde-toi, habillée tout en rouge, je serai ton torero même si ça fait trop de viande pour mon sabre ». Je… QUOI ?

Espérons que cette vidéo n’inspirera pas de relous du quotidien, et permettra plutôt à tout le monde de réaliser l’absurdité du harcèlement de rue, trop souvent déguisé en « séduction ».

Voici ce que les autres participant•e•s citent, pour celles et ceux qui ne comprennent pas l’anglais :

  • « Est-ce que ton père est terroriste ? Parce que t’es une bombe » à New Delhi.
  • « T’as de la monnaie ? Parce qu’il faut que j’appelle ma mère pour lui dire que j’ai trouvé ma moitié » à Bangkok.
  • « Est-ce que tu crois à l’amour au premier regard, ou est-ce que je dois te croiser une seconde fois ? » à Berlin.
  • « Est-ce que c’est un Pokémon dans ta poche ? Parce que j’ai envie de te regarder (en anglais, l’utilisation utilisée pour regarder est peek at you. Ça sonne comme Pikachu. Voilà je… Voilà) » à Seattle.
  • « Pourquoi t’as pas de copain si t’es célibataire ? Ils disent aussi des trucs plus vulgaires, comme : prends mon ciment que je fasse une statue à ton effigie avec » à Bogota.
  • « Salut beauté, tu viens faire un tour ? » à Rome.

Et big up à la fille interrogée à Paris qui rappelle que toutes ces phrases toutes faites ne sont pas agréables à entendre. C’est un rappel malheureusement encore bien trop nécessaire à répéter, encore et encore.

À lire aussi : Bérengère Krief – Cours de répartie anti-relous

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Twelve
    Twelve, Le 5 octobre 2015 à 13h59

    Et malheureusement, les filles sourient, témoignent avec bonne humeur... Je trouve ça super mais je suis une fille, je sais ce que c'est que tout ça, que la vidéo est faite dans une ambiance détendue et tout. Mais les mecs qui voient ça se disent quoi ? "Ah mais elles sourient, c'est que ça va en fait ! Elles disent qu'elles aiment pas mais en fait, ça leur plaît un peu quand même."
    Non. Ca ne nous plaît pas. Je dis pas qu'il aurait fallu faire la vidéo en mode tronche d'enterrement mais là, ça fait un peu messages contraires, et quand on sait qu'un simple regard croisé dans la rue fait trop souvent office d'invitation à venir nous soûler (même quand on tire une tête de 15km de long...), une vidéo comme ça décrédibilise un peu notre ras-le-bol généralisé...

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)