Ces trucs qui nous font peur la nuit

Anouk et Lise sont des filles plutôt courageuses... mais quand la nuit tombe, elles sont très vite terrorisées. Petit tour des peurs qui peuvent nous envahir quand l'obscurité s'installe.

Ces trucs qui nous font peur la nuit

Soyons honnêtes : on a tout•es eu les chocottes la nuit quand on était enfants. Quand il faisait sombre, tout devenait plus menaçant, plus terrifiant. Des années plus tard, ces peurs devraient être derrière nous et le moment de se coucher est supposé être le plus apaisant de la journée.

Au moment de s’endormir, on tremble sous nos couettes avec le cœur qui bat à toute vitesse.

Mais Anouk et moi, clairement, on en est restées au stade de l’enfance. Là où chacun•e kiffe le moment avant de s’endormir, nous on tremble sous nos couettes avec le cœur qui bat à toute vitesse, et c’est encore pire depuis qu’on a découvert le Tumblr de Boulet, Je suis sûr que c’est vrai.

big-vis-ma-vie-flipette-cachalots-claustrophobie

Il y relaie des vidéos et des histoires de phénomènes paranormaux, qu’il va même parfois jusqu’à illustrer. Souvent, il ajoute à ces vidéos des commentaires bourrés de second degré et assez cyniques. Je suis persuadée que même en tenant ce Tumblr, il dort sur ses deux oreilles chaque nuit, lui. Nous, par contre, on est clairement en panique.

À lire aussi : Quatre films d’horreur pour les dégonflées du genre

Parce que si ces histoires nous font rire quand on en parle en plein jour, elles deviennent nettement plus terrifiantes à la nuit tombée, une fois qu’on se retrouve seules. Petit retour sur ces éléments qui peuvent se transformer en cauchemars.

L’obscurité qui peut cacher beaucoup trop de choses (Lise)

Vous avez remarqué ? Quand on panique une fois la lumière éteinte, on a l’impression de voir des formes bouger. Ce poster accroché au mur ne serait-il pas en train de grossir bizarrement ? Ce manteau sur le dossier de la chaise n’aurait-il pas remué pendant que j’avais le dos tourné ?

Il pourrait TOUT y avoir dans cette obscurité. Tapi dans l’ombre. Prêt à surgir.

Brusquement, tout devient plus mystérieux parce que c’est tout simplement plus difficile d’y voir quelque chose. C’est encore pire pour les zones vraiment plongées dans le noir, comme une pièce à côté dont la porte serait entr’ouverte : il pourrait TOUT y avoir dans cette obscurité. Tapi dans l’ombre. Prêt à surgir.

scream

Moi à vingt-trois ans

Et il faut surtout pas fermer les yeux ! Imaginez qu’au moment où vous les ouvriez, vous vous trouviez face à face avec un fantôme ? Est-ce qu’il aurait eu l’occasion de venir si vous aviez gardé les yeux ouverts ? En même temps, c’est un fantôme. Il s’en tamponne un peu que vous ayez les yeux ouverts ou pas, il est pas là pour jouer à 1 2 3 soleil.

Les bruits chelous de cause inconnue (Lise)

La nuit, on entend toujours des bruits bizarres

Quel que soit son logement — un appart tout neuf, une vieille maison très grande, une coloc un peu miteuse —, on y entend toujours des bruits bizarres.

Une fois que la nuit est tombée et que la rumeur des voitures, des appareils ménagers et des gens en général s’est tue, on a tout le loisir de remarquer le reste : le bois qui craque, les petites bêtes qui font leur vie dans le grenier, l’eau qui circule dans les tuyaux… sauf qu’en fait, ça pourrait tout à fait être un assassin caché derrière une porte ou un extraterrestre qui se balade sur le toit.

À lire aussi : Cinq raisons pour lesquelles je n’aime pas les films d’horreur

big-oiseaux-tendance-psychopathe

Une fois, quand j’étais petite, j’ai entendu en pleine nuit un cri d’oiseau tellement étrange que j’étais persuadée que c’était un ptéranodon. Ma mère m’a assuré qu’on entendait des choses très bizarres la nuit mais laisse tomber je suis toujours sûre que c’était un ptéranodon. Aujourd’hui ça a l’air cool, mais à l’époque, j’avais super peur des dinosaures.

dinosaur

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!

Les fenêtres (Anouk)

La nuit, à chaque fois que je jette un coup d’œil par la fenêtre, je crois mourir d’une mini-crise cardiaque de peur d’y voir la tête de quelqu’un me regarder, ce quelqu’un étant bien entendu un TUEUR / CAMBRIOLEUR / PERSONNAGE DE FILM D’HORREUR.

Alors, vous me direz : pourquoi ne pas fermer entièrement les volets pour ne pas avoir à jouer avec mes peurs ?

Déjà, parce que je suis réaliste : si jamais il y a un TRUC QUI FAIT PEUR qui se tient juste en face de chez moi, ce n’est pas des volets fermés qui changeront la donne, alors autant le voir arriver. Ensuite, parce que j’ai beau avoir vingt-deux ans, j’ai toujours (un peu) peur du noir.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… avoir (toujours) peur du noir

enfant peur

Ça peut même être un enfant déguisé en lapin

Une nuit, ma fenêtre s’est ouverte dans un grand fracas, et là, ma peur a atteint son paroxysme.

Pour l’histoire, quand j’étais petite, je vivais au quinzième étage d’un immeuble et cela ne m’empêchait pas d’avoir peur qu’un type escalade tout ça pour venir m’enlever la nuit. Ma peur a atteint son paroxysme la nuit où la fenêtre de ma chambre s’est OUVERTE dans un grand fracas.

Franchement, je me comprends, parce que je crois que si ça m’arrivait de nouveau aujourd’hui, le caca-culotte ne serait pas loin.

  • Le point miroir

J’ai toujours ce petit doute : et si je voyais un fantôme passer derrière moi ?

Un peu comme les fenêtres, les miroirs aussi me font un petit peu peur la nuit pour ce que l’on peut y voir. Je vous rassure, Bloody Mary ne me fait plus peur depuis bien longtemps. En revanche, j’ai toujours ce petit doute : et si je voyais un être (comprenez un fantôme) passer derrière moi à toute vitesse ?

Ce qui est drôle, c’est que je n’avais jamais pensé que cela puisse arriver avant qu’un pote me partage cette peur il y a quelques années… j’espère que vous n’y penserez pas ce soir.

troll

Mon propre cerveau (Anouk)

J’ai des coups de flippe pour à peu près tout.

En journée, je pense être une personne assez raisonnée. Mais une fois dans mon lit, j’ai des coups de flippe pour à peu près tout : est-ce que j’ai bien pensé à faire ça ? N’ai-je pas été trop dure avec lui/elle ? 

peur

Est-ce que mon patron m’a entendue péter tout à l’heure ?

Pour l’anecdote, il y a quelques mois, je me suis réveillée en panique car je n’étais pas sûre de savoir où se trouvait mon passeport pour prendre l’avion le lendemain.

Sachant bien que mes craintes n’étaient pas fondées, j‘ai réussi à me rassurer pour profiter des quelques heures de sommeil qui me restaient. Mais en me réveillant, j’ai découvert, horrifiée, que j’avais bel et bien perdu mon passeport. À l’étranger. VDM

giphy

Le pire arrive quand je commence à penser au sens de ma vie, à la mort et à ce qu’elle signifie. Résultat : coup de stress total. Dites adieu à mon sommeil, bonjour aux bonnes résolutions prises à trois heures du matin. Au réveil, je n’ai souvent qu’un vague souvenir d’avoir mal dormi et… c’est tout.

Et vous, quelles sont les peurs irrationnelles qui resurgissent chez vous la nuit ? 

big-paranormal-peur

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cantor Métrique
    Cantor Métrique, Le 25 juillet 2016 à 14h30

    C'est fou comme tout change la nuit, ça peut paraître évident mais en même temps, pourquoi un bruit de truc qui tombe quand il fait jour on s'en tamponne, et la nuit ça devient une grosse source de flippe ?

    Sinon je compatis @Anouk Perry, quand je me couche mon cerveau s'obstine souvent à faire le point sur ma vie, genre "bon t'as été occupée toute la journée, mais en attendant rappelle-toi y a ce truc chiant auquel tu dois penser quand même !" :facepalm:
    Puis parfois tu te demandes si la mort c'est vraiment infini et là on atteint le point parfait Angoisse/impossible de dormir.
    Du coup ma technique maintenant c'est d'inventer un personnage à inclure dans un film ou une série que j'aime bien.

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)