Peter et Harry Brant, les deux frères sortis d’un épisode de Gossip Girl

Peter et Harry Brant sont deux riches héritiers adolescents, nouvelles icônes des jeunes à travers le monde. Jack Parker s'interroge sur la fascination que l'on peut éprouver pour des gens au quotidien si éloigné du nôtre.

Peter et Harry Brant, les deux frères sortis d’un épisode de Gossip Girl

Il y a quelques semaines sortait le Tumblr Rich Kids of Instagram – un blog qui répertorie les plus beaux clichés des gosses de riches qui étalent leur vie sur Instagram. En grande fan plus ou moins assumée de Gossip Girl, je voue une espèce de culte teinté de mépris et de jalousie envers les gamins privilégiés qui vivent sur la planète dollar, sans aucune considération pour le monde extérieur (en même temps, quand on est né en plein dedans, pas évident de voir ce qui se passe de l’autre côté de la barrière) (enfin, je suppute).

Sur ce Tumblr, on voit s’étaler toute la richesse de ces adolescents nés dans l’argent – des tickets de caisses aux montants surnaturels, des repas à bord de jets privés, du gros bling à gogo, ou encore des dressings de la taille d’un appartement – bref, que des trucs que la plupart d’entre nous ne connaîtront jamais. Il y a quelque chose d’atrocement fascinant là-dedans, surtout quand on a l’habitude de voir ce genre d’images soit dans des scènes de fiction, soit chez des célébrités bien établies qu’on s’attend à voir se rouler dans la thune. Je peux passer des heures à baver en m’énervant devant la fortune des autres, c’est mon petit côté Cosette. J’ai pas grandi dans la misère, j’ai toujours eu un toit sur ma tête avec une famille aimante, ce qui fait déjà de moi quelqu’un de privilégié à l’échelle de la planète – mais quand on dépasse les limites de la « situation confortable », je perds un peu la boule.

C’est pourquoi je suis assise là, à 3 heures du matin, à avaler tous les articles que je peux sur les frères Brant.

Mais qui sont les frères Brant ?

Ils s’appellent Peter Jr. et Harry, ont 15 et 18 ans, et sont les fils de Stephanie Seymour (mannequin et ex-conquête d’Axl Rose, entre autres) et de Peter Brant, un milliardaire américain. Si vous pensiez que Chuck Bass, de Gossip Girl, était insupportable, attendez de voir ce que la vie réelle vous a concocté. Avec cet extrait d’un anniversaire tout ce qu’il y a de plus normal, par exemple.

Chargement du lecteur...

Pâles comme des culs de mimes, taillés comme des phasmes, les traits fins et dessinés avec la plus grande délicatesse par un designer intra-utérin plutôt sympa, les frères Brant ont la gueule de l’emploi. Non contents d’être des « fils de », ils ont bien l’intention de tirer très fort sur les cordes que leur bonne étoile a bien voulu leur fournir au berceau. Ils se définissent comme des icônes, « on » leur prédit un avenir brillant (« on » signifie ici « quelques gens de l’industrie, la famille et les grandes publications américaines telles que le New York Times et Vanity Fair« ). D’ailleurs, il se pourrait bien qu’ils y parviennent, tant ils ne doutent de rien.

Comment sont-ils arrivés sur le devant de la scène ? Bonne question. Le petit peuple, les rares qui se sont penchés sur leur cas, se posent encore la question. Beaucoup parlent de copinage, de pages de pub déguisées en articles et monnayées par papamaman (ou par les frères eux-mêmes, après tout, ils en ont les moyens). À part un passage express dans la majorité des tabloïds en janvier 2011 suite à des photos jugées choquantes (on y voit Peter embrasser sa mère sur la bouche à la plage, scandale que la famille a balayé du revers de la main en jugeant cette histoire ridicule, d’autant plus que Peter est ouvertement homosexuel alors bon hein), c’est pas souvent qu’on entend parler des frangins dans la presse.

Et pourtant, aujourd’hui, me voilà les deux pieds en plein dans leurs histoires de spa et de soirées mondaines. Tout est parti de ce profil publié dans Vanity Fair la semaine dernière, qui regorge de petites perles absolument exquises. L’article cite l’un des tweets d’Harry Brant, 15 ans, qui affirmait qu’à partir de maintenant, quand on lui demanderait ce qu’il fait dans la vie, il répondrait « icône. » J’insiste : 15 ans. Déjà, qui demande à un gamin de 15 ans ce qu’il fait dans la vie ? Soit. Et à propos d’icône, vous savez qui, selon eux, mérite entièrement ce titre ? Suri Cruise. Oui, la fille de Tom Cruise et Katie Holmes. Qui a six ans, donc. Peter la considère comme une idole, et les deux frères s’accordent à dire que la petite est déjà un gourou de la mode, et que ses cheveux sont parfaits et que Peter lui aurait bien piqué ses bottes-coccinelles. Harry lui, les possède déjà en gris.

Leur plus gros problème dans la vie ? Les complications qu’ils ont rencontrées lors du dernier Met Ball, alors qu’ils avaient prévu de remonter le tapis rouge accompagnés d’un bébé panthère, sorti d’une Rolls Royce plaquée or. Quand on a ce genre de problème, comment vous voulez qu’on s’occupe de la faim dans le monde, du sida ou du réchauffement planétaire, hm ? Après tout, comme le dit si bien Harry (rappel, encore : 15 ans), « tu n’es personne tant que la PETA ne t’adule ou ne te déteste pas« . Eh ouais.

La sagesse incarnée

Il suffit de jeter un oeil à leur compte Twitter commun pour se faire une idée de ce qui leur passe par la tête au quotidien.

Je crois sincèrement que les cookies noirs & blancs sont racistes… Mais je ne crois pas en la ségrégation haha. 

Retour triomphant à Paris ! (la ville nous a manqué pendant nos 5 jours d’absence) haha

Comportement inacceptable à New York en été : 2. Nager dans une fontaine, que tu aies trop chaud ou non, c’est repoussant à voir. 3. Porter un bikini avec un short.

Si un mec paye plus de 300$ pour un dîner, tu te dois de faire tout ce qu’il veut après… Avant c’était 500$, mais c’est la crise haha.

Sans déconner, je suis à deux doigts de leur proposer d’éditer leurs plus belles citations, pour en faire la nouvelle Bible de notre génération – des idées fortes, qui font réfléchir, et qui nous apprennent le sens de la vie.

Et ça, c’est quand ils ne sont pas en train de traîner avec Kathy Hilton (mère de Paris et Nicky) habillés comme des matadors des podiums.

Via Derek Blasberg

Coup de bol, le culte se propage – les frères Brant ont même des Tumblr qui leur sont entièrement dédiés maintenant. Enfin, au moins un.

Et la vie de famille dans tout ça ? Eh bien sachez que tout se passe très bien, et qu’ils partagent de longues conversations avec leurs parents à l’heure du dîner. Mais de quoi peuvent-ils donc bien parler ? Du dernier épisode de True Blood ? De la Syrie ? Du divorce de Tom et Katie ? Naaaan, ils parlent des évènements auxquels ils ont assisté récemment, de la dernière vente aux enchères, de jardinage, de la mode ou des magazines. Leur famille est « très esthétique« , selon Peter.

Gossip Girl IRL

Mais alors qu’est-ce qu’ils ont de si fascinant, au final ? Ils vont à des soirées mondaines, traînent aux quatre coins du monde, se font bronzer les sourcils dans les Hamptons, et fréquentent la crème de la crème de la société – et alors ? C’est le quotidien de pas mal de monde, en somme, qu’est-ce qu’ils peuvent bien avoir de plus ?

Ils parlent, déjà. Ils se font entendre, racontent leur fabuleux quotidien, l’exposent et le rendent accessible à tous ceux qui ont une connexion Internet. Ensuite, ils sont ados, et évoluent dans un monde où la série Gossip Girl a été un immense succès et a fait rêver beaucoup, beaucoup de jeunes gens de leur âge. On s’est tous plus ou moins demandé si ça existait vraiment, les jeunes comme Serena, Blair, Chuck et leurs potes. Si c’était vraiment tiré d’une quelconque forme de réalité plus ou moins distante. Et Peter et Harry ne font que nous donner la réponse : oui, ces gens-là existent dans la vraie vie. Ils vivent peut-être moins d’aventures que les héros de la série, mais la base est là.

Ça ne vous est jamais arrivé de vous demander ce que venait faire la presse dans les scandales des différents épisodes de Gossip Girl ? De vous demander si franchement, ils nous prenaient pas un peu pour des cons à nous faire croire que les gens s’intéressaient d’aussi près à la vie d’adolescents fortunés ? Coucou, bienvenue dans le monde réel ! Les frères Brant pourraient certainement mettre une grosse branlée à Chuck Bass, et quelque chose me dit que ça ne fait que commencer.

Le culte de l’opulence

En attendant, qu’ils soient riches ou non n’est pas tellement le problème – manquerait plus qu’on se mette à cracher sur les gens parce qu’ils sont nés dans un milieu social différent du mien (ah, attendez, ça s’fait déjà en fait, nan ?). Le problème c’est qu’on s’acharne à ériger ces gens-là en icônes. À en faire des idoles, des modèles, des inspirations. Paris Hilton, Kim Kardashian et les frères Brant – même combat. Je comprends les représentants des générations qui nous précèdent quand ils lèvent les yeux au ciel en voyant qui figure sur les posters qui ornent les murs de nos chambres. Tant pis si ça fait vieille réac, mais merde, où sont passés les vrais modèles, ceux qui ont quelque chose à nous apprendre, qui sont une véritable source d’inspiration ?

Tant de modestie dans le regard.

Que les frères Brant se roulent dans les billets de 100$ pendant qu’on trime pour payer nos factures, soit. Mais qu’on soit forcés d’y assister, de croiser une nouvelle excentricité de millionnaire à chaque virage – à la télé, dans les magazines, même chez nos bons vieux libraires, puisque les Kardashian écrivent même des « romans » – c’est indécent. Comme le dit si bien Peter, « c’est la crise ! », tout le monde en chie au quotidien, nous le petit peuple, on se bat contre la CAF, la sécu, les impôts, l’inflation, les loyers obscènes – alors forcément, comment voulez-vous qu’on retienne les relents d’aigreur qui nous emplissent l’estomac quand on nous ouvre une fenêtre sur la vie de ceux qui n’ont jamais vécu dans le besoin ?

Mais alors, d’où nous vient cette foutue fascination ? Personnellement, je ne me suis jamais vraiment intéressée aux héritiers – j’ai jamais pu regarder un épisodes de l’émission de télé-réalité des Kardashian – et pourtant, j’ai passé la moitié de la nuit à lire des articles sur les frères Brant. C’est quoi, du masochisme ? De la curiosité morbide ? Une façon de remuer le couteau dans la plaie en me rappelant que les Rolls Royce plaquée or ne feront jamais partie de mon quotidien (quel dommage, c’est pourtant du meilleur goût) ? Ça ne nous suffit plus de lire des kilomètres de lignes sur les maisons de 8000 mètres carrées dans lesquelles vivent Brad Pitt et Britney Spears. On ne se contente plus de calculer le total de la routine beauté quotidienne de Jennifer Lopez. Maintenant, il faut qu’on aille fouiller dans le quotidien « ordinaire » des gens qui ont passé toute leur vie dans l’argent.

Et ça marche, la preuve, on en parle. Il y a toujours un public pour ces choses-là. Beaucoup s’en désintéresseront, mais il y aura toujours deux clans : les adorateurs, qui idolâtrent vraiment ces héritiers fortunés, et les gens qui ne peuvent s’empêcher de lire tout ce qui les concerne en s’énervant et en faisant de la fumée par les oreilles parce que « Non mais TU TE RENDS COMPTE ? T’as vu la gueule de leur HÔTEL ? Nan mais SANS DÉCONNER moi j’ai déjà de la chance si j’peux me payer une chambre au Formule 1 !« .

Mais espérons quand même que ce ne soit qu’une passade, que cette fascination pour l’opulence finisse par nous lasser un jour, et qu’on en revienne aux choses qui comptent vraiment. À tout hasard, le talent et la personnalité, par exemple.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 27 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Schottky
    Schottky, Le 14 août 2012 à 5h41

    Je pense que ces gamins n'existent que par leur argent, d'où la provocation, les photos ridicules et l'étalage des richesses.

    Ma théorie c'est que leur parents n'ont fait que leur acheter des trucs. Ils n'ont pas franchement apporté autre chose que l'argent et les biens matériels à leurs enfants. Et quand t'as pas franchement de personnalité, de talent ou de passion particulière et que tes parents t'ont pas poussé à te définir en tant qu'individu... tu te raccroche à la seule chose à travers laquelle tu peux "exister": ton excès d'argent.

    C'est un peu leur seul moyen de s'affirmer, d'attirer l'attention, d'être des individus à part entière. Ils n'ont même pas de quoi se définir autrement et pour moi ce sont les parents qui sont totalement fautifs.

    J'ai connu des enfants de diplomates et personnes haut-placées et ils ne sont absolument pas tous comme ça. Je pense que valeurs et structure parental ne sont pas incompatibles avec richesse... le truc c'est que quand les gens ont de l'argent, ils ont peut être tendance à penser qu'ils pourront "tout acheter" et que ça suffira. Or l'éducation d'un enfant, le temps qu'on passe avec lui et les valeurs qu'on lui inculque, ça ne s'achète pas, c'est un des trucs pour lesquels il faut se bouger, quel que soit le milieu social...

    Donc en fait je suis juste triste pour eux, si un jour ils n'ont plus de sous, ils n'auront plus rien tellement ils construisent leur identité autour de choses superficielles.

Lire l'intégralité des 27 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)