J’ai la peau très pâle… et non, je ne suis pas malade !

Juliette a le teint très pâle naturellement, et en a marre de s'entendre dire qu'elle est malade constamment... entre autres jugements peu flatteurs.

J’ai la peau très pâle… et non, je ne suis pas malade !

Publié initialement le 29 juin 2015

Il y a plusieurs siècles de cela, avoir la peau pâle était considéré comme le comble du chic, synonyme de haute naissance. Ceux qui avaient le teint plus mat se fardaient afin de se rapprocher au maximum de la blancheur immaculée tant désirée.

Mais de nos jours, quand on a pas le teint hâlé naturellement, surtout en été, il est plutôt courant de prendre des réflexions plus ou moins désobligeantes, allant du « Ohlala t’es blanche ! T’es malade ? » au « Mets-toi au soleil, eh, cachet d’aspirine ! », en passant par la sympathique comparaison des avant-bras par le plus bronzé de tes potes relou, qui a envie d’enfoncer un peu plus le clou.

Alors en tant que jeune femme qui a toujours eu la peau très blanche, je dois dire que j’en ai un peu ras la couenne de toutes ces comparaisons parfois franchement rabaissantes, parce que je n’ai pas choisi d’avoir le physique que j’ai… y compris mon teint pâle.

Petite histoire de ma pâleur

Comme je le disais en introduction, si, il y a plusieurs siècles, la peau pâle était synonyme n°1 de beauté et de grâce, aujourd’hui, c’est tout le contraire. Avoir un teint de porcelaine ne rentre pas vraiment dans les critères de ce qui est attirant. Dans l’imaginaire collectif, c’est révélateur d’une mauvaise santé, et ça peut être considéré (du moins, pour le plus grand nombre) comme peu attirant. 

Mais en fait — attention, je spoile — je n’ai pas choisi ma pâleur. Mes ancêtres ayant forniqué dans tous les coins de l’Europe, mon corps est en effet un joyeux mélange : je suis très brune de nature, avec une peau de blonde, porteuse de quelques taches de rousseur sur le nez (sans non plus rougir autant au soleil qu’une personne qui a les cheveux roux), le tout saupoudré d’une pilosité presque absente. Un joyeux bordel génétique, en somme !

De ce fait, ma peau très blanche, je l’ai toujours eue, comme ma mère, alors que mon frère va bronzer en un clin d’oeil là où il me faut 2 semaines de soleil pour atteindre ne serait-ce qu’un hâle.

magda-something-about-mary

Voilà : ça, c’est pas moi.

Je ne suis pas allergique au soleil : je m’y expose de temps en temps, en mettant de la crème bien sûr, mais il y a fort longtemps que j’ai abandonné le rêve d’avoir une peau mate. Le pire dans tout ça, c’est que quand j’étais petite, n’ayant connu que ce teint-là, elle m’allait très bien, à moi, ma pâleur.

À lire aussi : J’ai la peau pâle (et un bronzage façon Reptincel)

Mais c’est en me prenant pas mal de réflexions dans la face de la part des autres que j’ai commencé à comprendre qu’être aussi blanche, ce n’était paraît-il pas joli, et qu’il fallait que « je fasse des efforts » pour correspondre un peu plus aux critères de beauté imposés aujourd’hui. Ça sent la connerie ? Ouais, ça sent la connerie.

Merci de garder vos réflexions pour vous

À force de m’entendre dire que j’étais blanche comme un cul (sachant que mes cheveux bruns accentuent cette pâleur), ce qui ne sonne absolument pas comme un compliment, vous en conviendrez, j’ai commencé à complexer. À me dire qu’en fait je n’étais pas jolie, que je semblais effectivement malade.

L’année de mes 14 ans, le voyage en Martinique avec la famille tombait donc plutôt bien : je me suis dis que j’allais pouvoir bronzer et me trouver enfin belle. Sauf que… bah, comme une zozo d’adolescente que j’étais, je n’ai pas fait gaffe en m’exposant au soleil et le résultat a été une brûlure au premier degré sur le visage.

Joie intense.

Depuis cet épisode, je peux encore moins bronzer, surtout au niveau du visage. Mes ami•e•s et ma famille le savent, bien sûr, mais ça n’empêche pas toujours les remarques. Petit tour d’horizon des réjouissances entendues.

  • « Oulah, t’es pâle non ? » : oui. Parce que c’est mon teint naturel.
  • « T’es malade ? » : si on peut considérer l’impolitesse comme une maladie, je pense que c’est plutôt toi qui est souffrant.
  • Des ami•e•s, il y a quelques années, en s’adressant à moi et mon copain de l’époque, dans la même situation de bronzage que moi : « Eh les vampires mettez vous un peu au soleil ça vous fera pas de mal hahahhaha ! ». Et si on n’en n’a pas envie, comment on fait ? En plus, vu notre épiderme… si, ça pourrait nous faire du mal !
  • « Tu voudrais pas faire des UV ? » : non.
  • « J’ai carrément bronzé regarde ! On compare hahahaha ? » : tu sais TRÈS BIEN que je suis pas dans la compétition, vu que je ne bronze pas (et je m’en fous un peu). Cette remarque est celle qui m’énerve le plus parmi toutes celles que je reçois, car j’ai l’impression qu’elle est vraiment là pour blesser.
  • « Eh le cachet d’aspirine haha ! » : je t’emmerde. Si. Fort.

wednesday addams

À chaque fois que je reçois une réflexion comme ça, je ne peux pas m’empêcher de la transposer à une autre situation. Prenons l’exemple des seins ou de la taille marquée. Avoir une poitrine assez volumineuse et/ou une taille bien dessinée sont d’autres critères de beauté importants de nos jours, au même niveau que la peau hâlée. Si je suis dépourvue de cette dernière, j’ai la chance d’avoir les deux autres.

Est-ce que ce serait normal de ma part de me comparer à une jeune femme qui a de petits seins en disant « Eh, planche à pains ! T’as vu mes nichons comment ils sont plus gros que les tiens ? Va prendre un rendez-vous chez le chirurgien esthétique pour gagner en bonnet parce que là ça va pas » ? Je ne pense pas que beaucoup de personnes trouveraient ça acceptable ! Vous pouvez maintenant comprendre ce que je ressens face à ces réflexions…

J’aimerais dire à tou•te•s ceux et celles qui ont un jour sorti une phrase comme ça à quelqu’un de pâle (et il y en a plus qu’on ne le pense, car on ne se rend pas toujours compte que ça peut être blessant) : avez-vous déjà envisagé qu’une personne très blanche de peau peut s’aimer comme elle est ?

Mon teint pâle et moi, une histoire d’amour récente

Mais il n’y a pas eu que des réflexions et des injonctions négatives à propos de ma peau. J’ai eu aussi plusieurs amants qui trouvaient ça très attirant, me comparant à une poupée de porcelaine, une pin-up ou encore aux modèles des peintures de la Renaissance. Et franchement, ces compliments, ils me touchent encore plus que les autres, vu que j’ai longtemps complexé sur cette pâleur qui a toujours fait partie de celle que je suis…

La clé est là, en réalité : j’ai compris que mon teint faisait partie de ma moi, et que je ne pourrais rien y changer (sauf en faisant des UV, histoire de risquer un cancer de la peau en plus, :combo gagnant). Je me suis acceptée au fur et à mesure, et j’ai niqué mes complexes. Toi-même tu sais.

À lire aussi : Aidez à prévenir le cancer de la peau avec La Roche-Posay

Depuis, quand on me sort que j’ai « vraiment la peau blanche quand même », je réponds avec humour que c’est normal, parce que je suis une aristocrate : le bronzage c’est pour les pécores.

marie antoinette

Moi et mes go sûres, en mode chill ma gueule.

Je ne vois pas pourquoi, sous prétexte d’une pression sociale nulle qui veut que toutes les femmes soient à une seule image, je ne pourrais pas aimer ma peau blanche comme neige, et la considérer comme belle, au même titre que mon grain de beauté à côté de la bouche ou ma taille marquée.

À lire aussi : Comment se maquiller lorsqu’on a la peau très claire ?

Alors Blanche-Neiges d’ici et d’ailleurs, et toutes les autres jeunes femmes qui souffrent de complexes, venez à mes côtés et combattons ces réflexions blessantes sur le physique, quelles qu’elles soient ! Et pour toutes les personnes qui penseraient qu’une attaque sur le teint d’une personne très pâle pourrait être recevable et drôle… réfléchissez-y à deux fois, cela vous évitera de passer pour un•e imbécile.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 140 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • JAK-STAT
    JAK-STAT, Le 4 juillet 2016 à 21h47

    @madmoizelle N éducation -> dans le sens "respecter les autres" pour moi. Si tu respectes les autres, tu n'es pas raciste ou sexiste ou -insérer une terme en -iste ou -phobe-

    Et je l'ai dit, mon message était mal tourné (et con de fait). C'est vrai, on ne peut pas comparer, c'était maladroit de ma part :sweatdrop: je retire ce que j'ai dit pour la comparaison :ninja: (et merci pour la définition)

    @Saint-Lucq ah oui en Corée du Sud, beaucoup de cosmétiques même chez les hommes. + la chirurgie esthétique (Park Bom tu me terrifies)

Lire l'intégralité des 140 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)