Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Vie quotidienne

Comment j’ai appris à moins complexer sur mon ventre

Lucie a toujours détesté son ventre, dans Corps à cœur, Cœur à corps elle explique comment un évènement imprévu lui a permis d’entamer une réconciliation.

Coucou toi ! Tu passes un bon dimanche ?

Cette semaine c’est Lucie (pas la même que la semaine dernière, je te vois bien me reprendre coquinou) qui vient te raconter comment elle est passée d’un sentiment de haine vis-à-vis de son ventre, à un début d’acception, grâce à une grande cicatrice qui le parcourt.

Si tu n’as pas suivi, il s’agit d’une série de témoignages illustrés, mettant en avant des personnes qui ont décidé d’avoir un regard plus positif vis-à-vis de leurs complexes physiques.

Il ne s’agit pas de se sentir bien À TOUT PRIX (ça suffit les injonctions, oh !) ou de dire qu’il y a des complexes plus importants que d’autres, mais d’observer les chemins que prennent différentes personnes pour se sentir plus en paix avec elles-mêmes.

Tous les corps sont différents, ça te dit de les célébrer avec moi chaque semaine ?

Les illustrations sont faites par mes petites mains et à partir de photos envoyées en même temps que le texte. J’en reçois plusieurs et je choisis celle qui m’inspire le plus.

Donc, sans plus attendre, le témoignage de cette semaine.

Mon ventre, cette cicatrice me fait te voir autrement

Je n’ai jamais vraiment aimé mon ventre, ma bedaine, ou ma « petite brioche » comme ma mère essayait gentiment de l’appeler.

Cette partie de mon corps a toujours été un peu enrobée.

J’admirais mes amies, avec leurs ventres plats, sans bourrelets disgracieux. Je cachais le mien autant que possible pour faire oublier sa présence un peu trop dérangeante.

Alors je me suis mise au sport, je courrais, mangeais plus sainement… Rien n’y faisait, cette part de mon anatomie demeurait imparfaite.

C’est étrange mais j’ai toujours pensé qu’être enceinte serait un bonheur pour moi car mon ventre aurait enfin une raison d’être proéminent.

Je ne vous apprends rien en disant qu’il est beaucoup plus aisé de ne pas s’aimer que de s’accepter. Mais petit à petit, je faisais de moins en moins attention à ce ventre que je n’arrivais pas à aimer.

On cohabitait. Il ne me dérangeait pas puisque je ne le regardais pas.

L’été dernier, alors que je venais d’arriver en Grèce pour des vacances je suis tombée malade. Une maladie, qui traînait en réalité, depuis des mois, s’est réveillée de façon violente.

Un rapatriement plus tard et mon petit problème de vésicule s’est transformé en séjour all inclusive d’un mois à l’hôpital.

Pas le type de vacances que je m’étais imaginé.

J’ai alors subi deux opérations. La première, une « cholécystectomie coelioscopique » ou plus simplement une technique qui consiste à pratiquer quatre petites incisions de 5 mm à 1 centimètre environ sur l’abdomen.

L’opération fut néanmoins un échec. Alors que je me scandalisais sur ces quatre premiers trous, on m’a annoncé que je devais subir une chirurgie plus lourde, et donc une cicatrice plus grande car cette fois je devais être « ouverte ».

Lorsque j’ai enlevé le bandage après la seconde opération, ma première réaction fut de me dire que je ne pouvais pas cacher cet épisode de ma vie, que ce que j’avais vécu me marquerait corporellement toute ma vie.

En effet, à chaque fois que je me déshabille devant quelqu’un, j’ai le droit à un regard tantôt interrogateur, tantôt de dégoût, tantôt d’admiration.

Et quand je repense à mon ventre tant détesté, à ces bourrelets méprisés, je me dis que finalement ce n’était pas bien grave.

A ma sortie de l’hôpital, j’avais perdu 10 kilos, mon ventre était enfin plat comme je l’avais toujours voulu.

Mais ce n’était pas non plus mon ventre. Je ne le reconnaissais pas.

J’ai depuis repris mon poids « normal » et mon ventre est à nouveau « comme avant ».

Ironiquement, je dois désormais passer de la crème cicatrisante quotidiennement sur cette partie de mon corps que je ne voulais même pas regarder avant cet été.

Certes, mon ventre n’est pas devenu du jour au lendemain ma partie du corps préférée, mais pourtant elle ne me dérange plus. Au contraire, j’en viens même certains jours à aimer cette « originalité » que les autres n’ont pas.

C’est une marque de ce que j’ai vécu et je ne peux le cacher. Encore aujourd’hui je ne suis pas sûre de remettre un jour un maillot de bain deux pièces.

Je sais aussi qu’avec le temps, les cicatrices s’estomperont un peu, mais quoi qu’il arrive, je ne veux plus faire de mon ventre une obsession, un complexe.

Le laisser tranquille est un début. Ce n’est peut être pas le début d’une histoire d’amour mais c’est la fin d’une histoire de haine.

 

complexe-cicatrice-ventre-image

Témoigner sur ses complexes, ça fait quoi ?

J’ai également demandé à Lucie de faire un retour sur cette expérience : témoigner et voir son corps illustré, ça fait quoi, qu’a-t-elle ressenti ?

J’ai participé il y a quelques mois et depuis je n’y avais plus vraiment pensé.

Écrire dessus m’a fait du bien. Sans pour autant dire que cela fut cathartique, j’ai pris conscience de ce nouveau ventre, je dirais.

Cela va faire un peu plus d’un an que je vis avec et j’ai accepté cette différence. En revanche, je ne me fais toujours pas à l’avis des autres dessus, si mon ventre est à vue, et que la personne n’est pas au courant, j’ai le droit à un regard ou à une réflexion.

J’ai encore du mal avec ces réactions qui me rappellent ma dissemblance alors que je l’oublie au quotidien.

Quand j’ai reçu ton dessin, j’ai eu cette sensation étrange que ce corps était le mien et en même temps pas tout à fait.

Je reconnais mon grain de beauté mais la cicatrice m’apparaît comme un détail ajouté.

Je pense que c’est la première fois que je prenais mon ventre en photo pour le montrer. Et à part dans le miroir ou quand je soulève mes habits, ce n’est pas une partie que je regarde si souvent.

Aussi, j’ai eu l’impression que les cicatrices étaient plus voyantes, j’ai du retourner à la photo d’origine pour voir qu’elles étaient les mêmes.

Sur ton dessin, je ne vois que cela et pourtant elles ne m’apparaissent pas disgracieuses, elles sont juste là.

Merci à toi Léa, je trouve le dessin très beau, et même si j’ai encore du travail j’espère en faire pareil, un jour, avec cette partie de mon corps.

Pour suivre Léa Castor, rendez vous sur Instagram et Facebook !

À lire aussi : J’ai testé pour vous… faire partie de la #FitFamily

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

4
Avatar de Pumpkhin
24 septembre 2018 à 13h09
Pumpkhin
Ce témoignage me rappelle beaucoup mon histoire. J'ai eu une cholécystectomie suivie de complications aussi, la seule différence c'est que la deuxième fois ils n'ont pas plus ouvert que la première, je n'ai donc que 6 petites cicatrices, dont seules 2 se remarquent vraiment. Et c'est quand même bizarre mais j'ai beaucoup plus de facilité à accepter ces cicatrices que le fait que mon ventre soit un peu gros. Je me dis que je préfèrerais avoir un ventre plat avec des cicatrices qu'un ventre comme le mien sans.Jeme dis qu'avec mes cicatrices on voit que je suis une warrior

Quand j'étais sortie de l'hôpital, tous mes muscles avaient fondu, j'avais les jambes qui tremblaient de monter un escalier, mais quand je me regardais dans le miroir je me trouvais presque assez fine. Maintenant j'ai repris mon ancien poids et donc mon ancien ventre, et j'essaie de ne pas trop y faire attention en attendant d'arriver à l'accepter.
3
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Vie quotidienne

Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

isabella-angelica-AvOAqDOvu4Q-unsplash
Grossesse

Enceinte, je prends quoi comme complément alimentaire ?

banane // Source : Unsplash
Vie quotidienne

Ne faites plus cette erreur pour conserver vos bananes

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

« Dans le calme de la cour, on se met à entendre leurs ébats sexuels » : le pire du voisinage

1
Source : Farknot_Architect / Getty Images
Vie quotidienne

Relais colis dans la pampa, contrefaçons Vinted et acheteuse colérique : le pire des achats en ligne

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

Appel à témoignages : venez nous raconter vos pires histoires de voisinage

5
Lifestyle

Stylés et pointus, nos deux derniers coups de cœur signés Huawei

Source : Getty Images Signature
Vis ta vie

Top 4 des types de clients croisés au café du coin, en télétravail

Elifight
Santé

Mon cancer m’a laissé un handicap invisible, et j’en ai marre de devoir sans cesse me justifier

22

La vie s'écrit au féminin