Paye ton sport, parce que le sexisme est partout (y compris dans le sport)

Par  |  | 5 Commentaires

Après Paye Ta Shnek, Paye ton taf, Paye ta robe (pour les avocat•es), voici le dernier Tumblr anti-sexiste en date : Paye ton sport, parce que le sexisme est partout, y compris sur les terrains.

Paye ton sport, parce que le sexisme est partout (y compris dans le sport)

L’initiative vient des étudiant•es du Master ÉGAL’APS, des universités de Lyon 1 et 2. Elle a été relayée par la page Facebook Paye Ta Shnek, qu’on ne vous présente plus ! (Mais si tu veux une présentation, on a fait une longue interview d’Anaïs Bourdet, la taulière de Paye Ta Shnek, mobilisée contre le harcèlement de rue).

Elle relaie la création du Tumblr Paye ton sport, qui compile des témoignages de sexisme ordinaire dans le milieu sportif. Attention, c’est graphique…

paye-ton-sport-billard-mixte

Le sexisme est partout, y compris dans le sport

Mais t’arrives à courir avec tes gros seins ?

Ça n’est pas un scoop : le sexisme est partout et le monde du sport n’est absolument pas épargné par cette réalité. C’est un milieu dans lequel on distingue les performances des hommes de celles des femmes, pour tout un tas de raisons pertinentes (lorsqu’on compare des moyennes de masse musculaire), et d’autres beaucoup moins, voire pas du tout.

À lire aussi : Le sexisme ordinaire dans la cour de récré — Témoignage

paye-ton-sport-filles-deconcentrent

Rappelons tout de même que les femmes ont longtemps été interdites dans certains sports ! Citons à ce propos Pierre de Coubertin, le père des Jeux Olympiques modernes, en 1911 :

« Une petite Olympiade femelle à côté de la grande Olympiade mâle. Où serait l’intérêt ? […] Impratique, inintéressante, inesthétique, et nous ne craignons pas d’ajouter : incorrecte, telle serait à notre avis cette demi-Olympiade féminine.

Ce n’est pas là notre conception des Jeux Olympiques dans lesquels nous estimons qu’on a cherché et qu’on doit continuer de chercher la réalisation de la formule que voici : l’exaltation solennelle et périodique de l’athlétisme mâle avec l’internationalisme pour base, la loyauté pour moyen, l’art pour cadre et l’applaudissement féminin pour récompense. »

…Y avait du chemin à parcourir, n’est-ce pas.

paye-ton-sport-voir-seins

Paye ton sport, témoigner pour le changement ?

Les femmes sont donc nouvelles venues — et pas toujours très bienvenues — dans l’univers du sport, où des codes genrés très forts prêtent le flanc à des sorties sexistes.

Souvenez-vous des Jeux Olympiques d’hiver en 2014, de ceux d’été en 2016 et des médailles d’or du sexisme décernées par nos soins aux commentateurs de France Télévisions ; de la mise en garde du CSA adressée à la rédaction, et de l’incompréhension du duo Monfort-Candeloro.

Voilà sans doute pourquoi le sexisme dans le sport est toujours et encore d’actualité ; et à moins de pointer sa dimension structurelle, de s’attaquer à ses racines, il aura encore de longs jours devant lui.

À lire aussi : Le sexisme dans le monde du rugby, je l’ai vécu de l’intérieur

Paye ton sport rejoint Paye Ta Shnek, Paye ton taf et Paye ta robe sur la liste des recueils de témoignages destinés à montrer la fréquence, l’ampleur, la réalité du sexisme en France, tous secteurs et tous milieux confondus.

Bientôt, peut-être, on n’aura plus besoin d’inonder l’Internet de témoignages pour que ce problème soit entendu et fasse réagir…

big-sexisme-politique-chair-collaboratrice

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (5) Facebook ()
  • Hades-daughter
    Hades-daughter, Le 3 janvier 2017 à 22h33

    J'en ai une belle anecdote dans le genre.
    Quand j'étais en première, en EPS, on a fait de l'escalade pendant tout un trimestre. Lors d'un des premiers cours, pour nous expliquer comment attacher les harnais (vous excuserez mon manque de vocabulaire en la matière), le prof prend une élève en exemple. Il l'attache, la soulève du sol, et nous lâche: " Et voilà, une belle andouillette." avant d'ajouter "Puis elle est bien roulée, donc c'est de la bonne." en faisant de gros clin d’œils fiers aux garçons de ma classe, hilares.
    Comparer une fille à de la charcuterie devant une trentaine d'élèves, 10/10 on adore.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!