Nicolas Hulot veut « un groupe de réflexion sur le bien-être animal »

Par  |  | 6 Commentaires

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, était l'invité de France Inter mercredi 2 août. Il s'est prononcé pour la tenue d'un groupe de réflexion sur la question du bien-être animal.

Nicolas Hulot veut « un groupe de réflexion sur le bien-être animal »

Nicolas Hulot a rejoint le gouvernement composé par Emmanuel Macron au lendemain de son élection. Il a été nommé ministre de la Transition écologique et solidaire.

Son engagement pour l’environnement ne fait aucun doute : en 2015, en amont de la COP21, il avait, avec sa Fondation, lancé une pétition pour mettre une pression populaire à nos dirigeant•es. Il y a urgence à agir, voilà le message à faire passer.

Nous avions d’ailleurs participé à cette mobilisation, par la campagne « Break the Internet ».

Nicolas Hulot, ministre : entre ambitions et compromis

Mercredi 2 août, Nicolas Hulot était l’invité de Pierre Weill, sur France Inter. Le 2 août, c’était la Journée du dépassement : le jour où nous avons consommé toutes les ressources que la planète peut produire en un an. Ce qui veut dire qu’à compter de cette date, et jusqu’au 31 décembre, nous empruntons les ressources de demain…

C’était donc l’occasion pour le ministre de revenir sur le sujet des énergies et de la consommation en général. Il a été également interrogé sur certaines de ses décisions, qui semblent aller à l’encontre des convictions qu’il a pourtant revendiquées publiquement.

Il a, par exemple, co-signé avec le ministre de l’agriculture un arrêté autorisant « le prélèvement de 40 loups » (c’est-à-dire que les éleveurs sont autorisés à en tuer jusqu’à 40, pour préserver leurs troupeaux).

Une position opposée au discours de protection des espèces naturelles que Nicolas Hulot a toujours défendu. Il s’explique sur ce compromis, sans nier qu’il n’en est pas satisfait.

Mais c’est surtout la fin de cet entretien qui a retenu mon attention.

L’interview de Nicolas Hulot par Pierre Weill. La question du bien-être animal est abordée à 12 minutes 28.

Nicolas Hulot veut qu’on parle de bien-être animal

À la question « faut-il interdire les spectacles d’animaux en captivité, comme les delphinariums, à l’image de 12 pays européens [qui les ont déjà interdits] », Nicolas Hulot répond plus largement. Oui, il est opposé à l’utilisation des animaux pour le divertissement. Mais surtout, le ministre annonce :

« Je vais créer un groupe de réflexion sur le bien-être animal. C’est un sujet de société. Il ne faut pas avoir peur de l’aborder. […]

C’est un indice de civilisation, d’être capable de se poser des questions essentielles sur le bien-être animal. […]

J’ai l’intention de confier à un philosophe et à un parlementaire, un groupe de réflexion sur ce sujet. »

Nicolas Hulot souligne bien qu’il ne s’agit pas d’opposer les éleveurs aux défenseurs des droits des animaux : ce n’est pas un procès qu’il veut lancer, c’est un groupe de réflexion sur la question du bien-être animal.

C’est-à-dire qu’au lieu de traiter les éleveurs de meurtriers-barbares d’un côté, et les véganes de fous furieux extrémistes carencés (surtout en B12) de l’autre, on va peut-être avoir droit à un débat de société serein, guidé par la réflexion philosophique ?

Je suis peut-être ultra optimiste sur les conditions de dialogue dans la société française autour d’un sujet qui touche(ra) son patrimoine gastronomique et certaines « spécificités culturelles » ahem la corrida ! AHEM.

Peut-être qu’un mouvement « La Barbaque pour Tous » viendra parasiter les réflexions et caricaturer les idées avancées de toutes parts ? J’espère que non.

Dans tous les cas, je suis on ne peut plus enthousiaste à l’idée qu’on puisse avoir un débat de société autour du bien-être animal, surtout en l’amenant avec cet argument, auquel je souscris à 100% : « c’est un indice de civilisation, d’être capable de se poser des questions essentielles sur le bien-être animal ».

À lire aussi : Le réchauffement climatique, un problème de riches, vraiment ?

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (6) Facebook ()
  • Tante Clara
    Tante Clara, Le 3 août 2017 à 23h03

    @Y.
    Mais vu les enjeux imbriqués, je crois qu'il n'y a qu'un groupe de discussion pour amorcer le changement. Certes, s'il ne fait que parler, c'est de la poudre aux yeux. Prendre en compte tous les acteurs implique aussi une durabilité de la souffrance (mais par exemple, les autoroutes du paradis sont tout de même une avancée, même si c'est toujours souffrance et mort in fine).
    Après, j'espère pour une fois être agréablement surprise par Hulot. Il va avoir fort à faire alors que les conditions de travail des personnes en abattoir vont encore plus se dégrader par la faute de son gouvernement ( ce qui implique de fait des conditions pires pour les animaux). Ces personnes vont vouloir défendre ce qui les mets les moins en difficultés (rapport aux boss dont je parle après). Il va avoir affaire aussi aux big boss des abattoirs (qui auront un poids énorme et qui vont penser profit).
    Mais sans conversation et accords, tout changement qu'Hulot voudra faire seront bloqués par Jupiter et Hermès (Macron et le.ministre des voleurs je veux dire de l'économie).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!