3 raisons d’aller voir Mission Pays Basque, une comédie culottée

Par  |  | 2 Commentaires

Mission Pays Basque sort au cinéma le 12 juillet ! L'occasion de vous présenter trois bonnes raisons d'aller voir le film.

3 raisons d’aller voir Mission Pays Basque, une comédie culottée

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat avec Paradis Films.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

J’ai découvert Mission Pays Basque en avant-première. Le film sera en salle le 12 juillet, mais en attendant, j’avais envie de vous faire part de trois raisons pour lesquelles je vous conseille d’aller voir cette comédie, réalisée par Ludovic Bernard.

Elodie Fontan y interprète Sybille, une jeune femme ambitieuse envoyée acquérir un bien immobilier dans le Pays Basque, où elle est reçue par Ramon, le neveu du propriétaire interprété par Florent Peyre. Les voici en interview :

Découvrir une région qui a trop peu souvent sa place sur les écrans de cinéma

Le Pays Basque, c’est le fromage de brebis, le canard, le piment d’Espelette. Mais c’est aussi une région où en une heure tu peux au choix barbotter dans l’océan Atlantique ou gravir un chemin de randonnée dans les Pyrénées. C’est l’accent chantant de mes cousines et les ferias.

Dans cette comédie, le Pays Basque est un cliché… mais Paris aussi, avec ses habitant•es hautain•es jetant un regard dédaigneux sur la province !

C’est en poussant les curseurs de l’idée reçue à fond que Ludovic Bernard crée le rire, et donne du charme à cette belle région.

Mission Pays Basque aborde un thème de société

Outre son aspect comédie, le film a pour moi le mérite de mettre en valeur un personnage féminin fort.

Sybille a de l’ambition et elle l’assume. Sortie major de sa promo de HEC, elle est là pour en découdre et conserver l’image de « power couple » qu’elle veut bâtir avec son compagnon.

Et tout au long du film, malgré les difficultés et les retournements de situation, c’est cette image un peu badass qui perdure (à quelques exceptions près) : elle sait s’adapter, parfois même à l’extrême (c’est pas pour rien qu’on la voit tirer au bazooka dans la bande-annonce).

Et quoi qu’il arrive, elle prend les décisions qui la rendent heureuse ou servent ses objectifs à elle, et pas celles qui préserveraient une certaine image ou ne heurteraient pas la sensibilité de ses proches. Une vraie ode à devenir sa propre meilleure amie !

Mission Pays Basque parle aussi de… culotte !

Chez madmoiZelle, on est branchées culottes — celles qu’on porte ou celles qu’on ne met pas. C’est pas nouveau, c’est un peu notre moto de les porter en étendards, sur nos stickers ou même dans notre newsletter : la pause culotte.

Alors rien que le fait que la culotte préférée de Sybille tient un rôle important justifie d’aller voir le film.

Parce qu’on a (presque) toutes une culotte préférée à laquelle on tient, chacune pour des raisons spécifiques, et que ça m’a permis de m’identifier un peu plus à Sybille (oui, à cause de cette histoire de culotte qui pourrait paraître anecdotique, mais qui ne l’est pas).

À lire aussi : Mensonges, amour et humour sont à découvrir dans « Loue-moi ! » (avec Alison Wheeler)


Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Padawan en relations internationales, son passe-temps favori consiste à scruter l'actualité, une tasse de thé rooibos à la main.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Visenya.
    Visenya., Le 12 juillet 2017 à 19h43

    PoussiM
    J'habite dans le Béarn, à côté du pays basque et ces clichés sur les basques sont plutôt droles. L'article m'a donné envie de voir le film même si habituellement je ne suis pas trop fan de ce genre de comédie
    Tout pareil :)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!