J’ai testé pour vous le « Miracle Morning » (et j’attends encore le miracle)

Le Miracle Morning, c’est une routine destinée à booster la productivité. Clémence l’a testée, et livre son bilan au bout de 30 jours… Pas si facile à tenir.

J’ai testé pour vous le « Miracle Morning » (et j’attends encore le miracle)

— Crédit Photo : thestevenalan Flickr via Compfight cc

620-wakeupmad

Début septembre, il y a eu un énorme changement dans ma vie : je suis passée de pigiste web qui procrastine sur Twitter en appelant ça « chercher des sujets », à manager d’une équipe de vingt personnes, des rédactrices, des vidéastes, des graphistes, des artistes…

Bref, je suis devenue rédactrice en chef de madmoiZelle.com, et cette promotion m’a amené, outre beaucoup de travail, de challenge et d’épanouissement, quelques réalisations surprenantes :

  • J’ai compris les gens « occupés » qui ne peuvent pas lâcher leur téléphone même 5 minutes (il y a TOUJOURS une notif qui s’allume)
  • J’ai compris les gens qui peuvent oublier de déjeuner (il y a TOUJOURS « juste un truc à terminer »)
  • J’ai compris les gens qui répondent qu’ils n’ont « pas eu le temps » de répondre à ton mail (parce que quand t’en reçois plusieurs centaines par jour, ça devient TRÈS VITE ingérable) (et qu’il y a TOUJOURS un truc plus urgent à faire).

Et surtout, j’ai compris les gens qui regrettent qu’il n’y ait que 24h dans une journée (et se plaignent qu’il faille en consacrer tant au sommeil). Étant donné que personne n’a encore trouvé le moyen de rallonger les jours, et qu’on ne peut raccourcir ses nuits que jusqu’à un certain point, je me suis intéressée à ce que font ces gens pour « gagner du temps ».

Sans surprise, personne n’a de « Retourneur de temps » comme Hermione Granger (quoique, parfois, j’ai des soupçons), mais plutôt des astuces pour améliorer sa productivité.

À lire aussi : Les plus grosses incohérences dans « Harry Potter »

Le « Miracle Morning », pourquoi je me suis lancée

C’est Fab qui m’a fait découvrir le concept du « Miracle Morning », en m’envoyant le post Medium de Laura Mabille, publié en août 2015. Elle y synthétise une traduction de The Miracle Morning, un livre d’Hal Elrod, qui promet de « transformer ta vie avant 8h du mat ». Tout un programme.

De base, je suis plutôt « du matin » comme on dit, c’est-à-dire que ma phase la plus productive se trouve avant le déjeuner. Mais faut pas pousser mémé non plus, et je garde un souvenir très douloureux de mes années collège-lycée, lorsque je devais me lever à 6h30 pour attraper mon bus à l’heure en ayant le temps de me préparer (40 minutes petit-dej compris).

Je partais donc avec l’état d’esprit : OK pour faire des trucs le matin, non si ça implique de dormir moins.

Sauf que, pour diverses raisons (plus personnelles que professionnelles), la qualité de mon sommeil s’est dégradée. Et c’est ce qui m’a poussée à tenter d’adopter une routine de Miracle Morning : parce que quitte à dormir mal, autant dormir moins.

Avec un peu de chance, je finirai par dormir moins, mais mieux.

big-sommeil-psychologie-conseils

Le Miracle Morning, la routine vitaminée

Laura Mabille résume les 5 piliers du livre :

  • Comment se réveiller le matin avec plus d’énergie.
  • Comment ne plus jamais appuyer sur le bouton Snooze.
  • Quelles sont les causes de médiocrité les plus fréquentes et comment les combattre ?
  • Comment mettre en place le rituel matinal qui nous mènera à la réussite ?
  • Comment adopter une nouvelle habitude de façon durable ?

Tout un programme ! Clairement je ne manque pas d’ambition, donc si me lever 2 heures plus tôt peut me permettre de changer ma vie à ce point, je dis banco la caravane (en vrai je dis « bring it on » parce que j’ai pas 72 ans, mais Mymy m’empêche d’écrire des anglicismes.)

Pour Laura Mabille, ça marche : dans un deuxième post Medium, elle détaille sa routine Miracle Morning, qu’elle commence à 5h30 (en confessant qu’effectivement, « au début, ça pique un peu ».) (SANS BLAGUE).

Je me suis directement inspirée de sa liste pour composer ma propre routine, que je te livre ici en exclusivité (car je ne suis que partage et solidarité).

  1. Réveil : 6h00
  2. Méditation : 10 minutes
  3. Journal intime : 10 minutes
  4. Sport : 60 minutes (douche comprise)
  5. Objectifs du jour : 10 minutes
  6. Petit-déjeuner : 15 minutes
  7. Revue de presse : 15 minutes

Ça fait 2 heures, en rajoutant les temps de trajets divers, donc je commence ma journée de travail à 9h pétantes en ayant accompli l’équivalent d’une petite matinée bien productive, t’es pas d’accord ?

Le problème central de mon Miracle Morning : le réveil

Quand je disais que j’étais plutôt du matin, je parlais du vrai matin, de type 9h. Parce que 6h, c’est plutôt la fin de ma nuit, m’voyez.

La petite maline que je suis a quand même réussi à ruser : j’ai choisi de me lancer dans cette nouvelle routine au lendemain du changement d’heure ! Je me levais déjà entre 7h et 7h30, je me suis dit : si je mets mon réveil à 6h dès demain, mon corps aura quand même l’impression qu’il est 7h, et je devrais réussir à m’y faire assez vite.

Bon, cette technique a marché deux jours. Après je me suis retrouvée face à moi-même avec un réveil qui sonne à 6h tous les jours de la semaine, et c’était pas hyper inspirant comme tableau.

miracle-morning-test-reveil-groundhogday6

Le réveil matinal, c’est une habitude à prendre

Cette étape du réveil, c’est vraiment LA difficulté du Miracle Morning pour moi. Mais c’est une habitude à prendre, et je continue d’y croire, même si je n’arrive pas à me lever tous les jours à 6h, j’ai bien un réveil qui sonne systématiquement à cette heure, pour continuer d’entraîner mon cerveau à reconnaître ce signal.

Même le 11 novembre, pourtant férié : je me suis recouchée et j’ai continué à dormir 3 heures de plus, mais j’ai laissé une sonnerie à 6h, car c’était un vendredi.

Alors, je vois venir le monde entier avec les astuces de type « éloigne ton réveil de ton lit, ça t’oblige à te lever ! ». C’était d’ailleurs une de nos astuces pour ne plus snoozer son réveil en boucle le matin. OK.

Sache juste que rien que cette semaine, il m’est arrivé deux fois de me lever, de faire ma méditation, et de me dire : LOL NOPE. Ça va pas le faire… Et de retourner dormir jusqu’à 8h. Parfois, ça veut pas.

miracle-morning-test-groundhogday2Moi qui me lève à 6h pour la 5ème journée consécutive

À lire aussi : Le réveil-vibro qui te tire du sommeil directement depuis ton slip

Le Miracle Morning, ça apporte quoi (à part la douleur du réveil) ?

Les bénéfices que j’en retire valent bien cet effort

Avec un peu de recul, la difficulté du réveil n’est vraiment rien comparée aux bénéfices que je retire de cette routine, même si, je le confesse, depuis un mois entier de test, je n’ai pas réussi à compléter ma routine une seule fois.

Il m’aura toujours manqué l’une des activités de la liste, que ce soit d’écrire mon journal (ce que je fais environ un jour sur 4), ou de me préparer un petit-déjeuner (que je remplace trop souvent par un jus pressé et des fruits secs grignotés pendant la matinée devant mon ordi).

J’aimerais vraiment m’inclure un vrai moment de lecture, pas sur écran, parce que j’ai énormément de livres en attente, que je suis incapable de prendre en main le soir : j’ai l’esprit bien trop occupé pour réussir à suivre le fil pour une vingtaine de minutes seulement.

Je compte tirer encore quelques mois sur ce réveil à 6h, et dès que j’aurais vraiment pris le pli, j’avancerai certainement à 5h30, pour pouvoir ajouter vingt bonnes minutes de bouquinage, la tête vide.

Si je suis devenue adepte du Miracle Morning en même pas 30 jours, alors même que je n’ai pas (encore !) réussi à l’appliquer « à fond », c’est parce que même une pratique incomplète provoque chez moi des effets positifs tout à fait notoires !

L’activité physique me booste pour toute la journée

Entre un jour sans sport et un jour avec, il n’y a pas photo : mon niveau d’énergie est décuplé. Je n’aborde pas du tout la journée de la même façon. Dans un cas, je peine à trouver mon rythme, dans l’autre, j’explose, je rayonne, je suis portée jusqu’au milieu de l’après-midi, à travers le coup de barre de l’après repas.

Idem pour la méditation : sauter la séance me donne la sensation d’avoir mis mon cerveau sur « pause » pendant la nuit, et de reprendre exactement au même endroit le lendemain. Un peu comme si au lieu de ranger ma cuisine et de faire la vaisselle le soir, je récupérais un bol sale dans l’évier, pour y verser du lait et des céréales.

A minima, tu rinces le bol, on est d’accord ? Méditer le matin, c’est comme passer un coup d’éponge sur la table avant de m’y assoir. On peut faire sans, mais c’est bien plus confortable avec, n’est-ce pas ?

Le Miracle Morning, n’est-ce pas un peu décourageant ?

Pas d’hypocrisie entre nous : ce mois de test n’a pas été une fête tout du long. J’ai eu un énorme passage à vide au milieu du mois de novembre, entre le coup de mou saisonnier et des soucis familiaux, je me suis retrouvée avec un moral en-dessous de zéro.

4 échecs plus tard, je jetais l’éponge…

Me lever le matin est devenu difficile, non pas parce qu’il était 6h : j’avais tout autant de mal à me tirer du lit à 8h. Au troisième jour consécutif de « grasse mat », un sale sentiment d’échec m’a écrasée… Au 4ème jour, je n’ai même pas essayé : le 1er réveil a sonné à 6h, je l’ai éteint, me reposant sur « ma sécurité » de 7h40.

…Et si le Miracle Morning, c’était pas pour moi ? Après tout, Laura Mabille le précise dans son post : c’est une routine adoptée par « certains des entrepreneurs les plus performants ».

Or moi, j’suis juste une p’tite meuf dont les journées sont bien remplies… Je ne suis pas un « potentiel », si ça se trouve, mon échec de Miracle Morning démontre bien que je suis au top de mes capacités, et que je n’irai pas plus loin dans la vie…

J’ai bu un café et je me suis mis une paire de claques virtuelles pour avoir eu des pensées négatives aussi nulles. Eh Clémence, tu connais la métaphore du verre à moitié plein ? Et si au lieu de me lamenter du fait que ma grosse baisse de moral me pompe toute mon énergie, j’essayais pas plutôt de me regonfler petit à petit ?

Et si le Miracle Morning était un outil pour retrouver la patate plutôt qu’une jauge de réussite ? (Spoiler alerte : et bah oui bien sûr !).

À lire aussi : Comment relativiser après un échec

J’ai arrêté de culpabiliser pour mes échecs auto-proclamés, et je me suis remise petit à petit dans le rythme : lever à 6h, méditation, mais au lieu d’enchaîner sur du sport que j’étais incapable de faire ces temps-ci, j’ai pris le temps de faire mes revues de presse et de mieux organiser mon temps.

Jeudi matin, je suis retournée à ma salle de sport, et j’ai marché sur le tapis pendant 30 minutes au lieu de courir. J’ai pas encore assez d’énergie pour faire plus, mais au moins, je me suis tirée du lit.

Le Miracle Morning, j’en attends quoi ?

Au final, je suis bien contente de galérer, de trouver l’exercice difficile, bref : que ce soit un vrai challenge. Les récompenses valent cent fois les efforts qu’il faut investir.

Le miracle, c’est l’efficacité et la simplicité

Il n’y a rien de miraculeux dans cette routine, sinon la découverte de cette évidence : prendre du temps pour soi et le dédier à la poursuite de ses objectifs, en se donnant les moyens de ses ambitions, c’est la recette d’un épanouissement personnel et professionnel.

Si je devais faire un bilan de ces 30 premiers jours, il est extraordinairement positif :

  • Je dors mieux (oui t’avais suivi ? Je ne dors que 6h par nuit, mais je fais des vraies nuits)
  • Je fais du sport régulièrement
  • J’ai beaucoup plus d’énergie quand je démarre la journée
  • Je me vide la tête avant d’attaquer la journée de travail, ce qui me débarrasse de mille soucis périphériques et polluants
  • J’ai beaucoup progressé en méditation, à l’aide des applications Petit Bambou et surtout Headspace (en anglais)
  • J’arrive à jongler d’une tâche à l’autre pendant la journée, à être interrompue régulièrement sans finir épuisée à 19h.

Quant aux améliorations que j’attends encore et aux progrès qu’il me reste à faire, la liste n’est pas moins longue, mais tout aussi intéressante :

  • Il me reste à trouver mon rythme : réussir à inclure tout ce que je veux faire avant 9h, ne pas subir le temps ni le matin, ni pendant la journée
  • Il me reste à poser mes objectifs au quotidien : j’ai encore beaucoup trop de pensées dans tous les sens, je peine à focaliser mon énergie sur quelques priorités chaque jour
  • Il me reste à gérer mon énergie tout au long de la journée : j’ai encore trop tendance à la dépenser en continu, sans vraiment réussir à la redistribuer autour de moi en fonction du niveau d’énergie des autres
  • Il me reste à inclure de la lecture sans écran dans cette routine au quotidien, pour réussir à m’extraire de l’instantané et de la surabondance d’Internet.

Tout un programme ! Que je commencerai dès demain… à 6h pétantes !

Et toi, tu connaissais le Miracle Morning ? Tu pratiques ? Ça te tente ? Pourquoi ? Viens en discuter sur le forum, dans le topic dédié au Miracle Morning, en commentaires de cet article !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 158 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • TanteJulia
    TanteJulia, Le 4 décembre 2016 à 12h30

    @Arrrum

    En même temps, la mode est au healthy life style depuis quelques années donc une technique de plus ou de moins...

    J'avoue que je suis assez dubitative quand je lis que la pensée d'être une grosse dormeuse est une potentielle pensée limitante. Je vous laisse venir voir mon état si je dors moins de 7h et on en reparle (cernes, fatigue, acné, fringales, estomac détraqué, etc.). D'ailleurs, le week-end, je ne me lève qu'une à deux heures plus tard que d'habitude mais c'est clairement un besoin physique.

    Ceci étant dit, j'adore me lever plus tôt le matin (quand j'en ai l'énergie). J'adore le calme, le fait de ne pas être obligée de parler avec les autres, l'idée d'avoir du temps pour moi. A une époque, j'avais une terrasse et j'adorais me lever et bouquiner avec un thé ou un café au soleil.

    Je pense que les "injonctions" du MM relève du bon sens; faire de la méditation, pratiquer un sport, prendre le temps, s'accorder des instants de pause, avoir un endroit où on peut se délester des soucis sont des choses qui font du bien et quand j'ai voulu changer d'hygiène de vie, c'est des choses que j'ai intégré à mon quotidien. Par contre, je ne suis pas sure que de s'astreindre à faire toute cette liste le matin soit absolument nécessaire pour atteindre un mieux-être.

    De mon côté, la routine qui m'a clairement aidé, c'est:
    - essayer de manger mieux et boire moins de café (maximum un par jour et 5 jours par semaine).
    - ne pas me lever à la dernière minute le matin, prendre le temps de boire un thé en lisant et de me préparer.
    - arriver 10min plus tôt au travail pour ne pas avoir directement la tête dans le guidon.
    - faire 10min de méditation / relaxation par jour (le soir, en rentrant du travail).
    - faire mini 30min de marche par jour (en allant et rentrant du travail, ça fait même plutôt une heure).
    - faire deux séances de sport par semaine.
    - me forcer à faire un truc perso obligatoire mais relou par semaine (mutuelle, banque, etc.).

    Et c'est un équilibre qui me convient. Je me sens moins tendue, moins fatiguée et je dors mieux.

Lire l'intégralité des 158 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)