L’entrée des Trappistes ou le parcours de Jamel, Omar et Nico

Ce mardi 7 février à 20h50, Canal+ diffusera un documentaire sur le parcours heureux de 3 copains d'enfance : Jamel Debbouze, Omar Sy et Nicolas Anelka, rien de moins. Leur point commun ? Ils ont grandi en banlieue (à Trappes) et sont aujourd'hui connus et reconnus.

L’entrée des Trappistes aurait également pu s’appeler « L’ascension sociale de 3 potes qui ont réussi à s’extraire de la banlieue ». Si le documentaire a tout d’un pitch de film bonne ambiance, reste que parler du « ghetto » comme… autre chose qu’un volcan prêt à exploser à tout moment, fait parfois du bien. Au coeur et à la réalité.

En effet, le traitement que nos médias font des quartiers périphériques de nos grandes villes résume bien trop souvent la banlieue à une zone de dangers, à la fois effrayante et incomprise. L’entrée des Trappistes propose d’aborder les thématiques de la diversité, la mixité sociale et le métissage à travers le parcours heureux de 3 ex-banlieusards qui ont réussi.

Mélissa Theuriau (journaliste et épouse de Jamel Debouzze depuis 2008) raconte :

Pour la première fois depuis qu’ils l’ont quittée, l’acteur, le comédien et le footballeur reviennent chez celle qui les a vu grandir, mûrir puis partir : pas leurs mères, mais la ville de Trappes. Sur fond de musique funk et de hip-hop, les 3 amis évoqueront leurs souvenirs, leurs frasques, leurs interrogations de l’époque.

Que nous raconte ce documentaire qui revient sur les traces de ces (désormais) 3 célébrités ? Principalement, que la banlieue n’est pas une voie sans issue.

Plein de bons sentiments ou au contraire, rafraîchissant en ces temps de diabolisation de la cité, L’entrée des Trappistes promet au moins d’offrir un regard neuf sur Omar Sy, Nicolas Anelka et Jamel Debouzze (loin de la confiance en soi qu’on leur connaît, ils reviennent sur leurs moments de doutes et de peur) et de traiter le rapport identité / égalité sans « effarer la ménagère de plus de 50 ans ».

— L’entrée des Trappistes, documentaire d’Edouard Bergeon et Mélissa Theuriau. Ce soir, à 20h50 sur Canal+

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ziggie
    Ziggie, Le 11 février 2012 à 16h50

    J'ai réussi à le voir et honnêtement je suis déçue, pour moi ça n'a pas grand chose de journalistique.

    J'étais pleine d'espoir en regardant ce "reportage", en me disant que je pourrais le passer à mes élèves, qui pour la plupart sont en dérive, et leur montrer que les choix qu'on fait engagent une vie.

    J'ai bien fait de le visionner avant, parce qu'il y a peu de choses intéressantes pour énormément de choses parasites (du genre des images de famille sans intérêt limite voyeuristes, des embrassages poignées de main genre on se connait tous on est tous frères, alors qu'on s'en carre), et au final, les moments les plus intéressants sont les interventions des parents. Sauf que les orises de parole des parents, c'est 1% du reportage. Les entretiens avec les 3 "stars" sont intéressants mais trop courts !

    Sinon mon avis a été conforté à propos d'Omar Sy qui, à mon sens, est vraiment le plus réfléchi des trois et celui dont je partage le plus de valeurs. J'aime sa façon de penser par rapport à notre pays (j'entends ici évidemment le sien comme le mien), et par rapport à l'Humain en général.
    Certaines prises de parole de Jamel Debouzze m'ont vraiment dérangées notamment celles par rapport à l'école ou son "évangélisme" par rapport à Trappes (qui sont les principales raisons pour lesquelles je ne projetterai pas l'émission à mes élèves qui seront incapables d'avoir un esprit critique, et prendront le message à l'envers).
    Concernant Nicolas Anelka, ce reportage le montre moins antipathique que ce que je pensais, mais je suis malgré tout hermétique à son discours, qui pour le coup, n'apporte pas grand chose.

    Au final, c'est plus un reportage sur l'amitié qu'un reportage informatif, politique ou sociologique.

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)