Primaires avant 2017 : Jean-Frédéric Poisson et le droit à l’avortement

Pour Jean-Frédéric Poisson, la baisse du nombre d’avortements doit être « un objectif de santé publique ». Esther se penche sur le discours et les arguments du candidat à la primaire des Républicains.

Jean-Frédéric Poisson est le président du parti Chrétien-Démocrate depuis 2013, à la tête duquel il a succédé à Christine Boutin. Ce parti, pour mémoire, tient des positions très conservatrices sur les sujets sociétaux, notamment : opposition au mariage pour tous, soutien à la « famille traditionnelle » (ou comment dire autrement sa désapprobation des familles homoparentales…)

À lire aussi : Mes grands-mères sont lesbiennes (et moi aussi !) — Témoignage

Il est aussi le candidat de son parti à la primaire de la droite et du centre, les dimanche 20 et 27 novembre, en lice contre les 6 autres candidat•es. Mais mercredi 16 novembre, Jean Frédéric Poisson était colère sur France 3.

Le candidat s’est rendu sur un plateau télé, pour reprocher aux médias en général de ne pas lui donner suffisamment la parole par rapport à ses concurrent•es. Il a donc refusé de répondre aux questions, puis a quitté le plateau pour dénoncer cet état de fait — ce que l’on peut trouver un peu paradoxal, mais admettons. C’est vrai qu’il a peut-être été moins invité que les autres.

À lire aussi : Pourquoi j’irai voter à la primaire de droite 2016 — Témoignages

Écoutons un peu Jean-Frédéric Poisson…

Alors puisque c’est important pour la démocratie, laissons-le s’exprimer, engageons le débat. Jean-Frédéric Poisson veut la parole, et lorsqu’il l’a, voici entre autre ce qu’il en fait.

Ce n’est pas sa seule proposition puisqu’il en fait d‘autres concernant l’immigration, le rétablissement du service militaire, etc. Mais celle-ci retient particulièrement mon attention. Jean-Frédéric Poisson propose de faire de la réduction du nombre d’avortements un objectif de santé publique.

On n’avorte pas par plaisir

Dans cet extrait pourtant très court, plusieurs éléments m’interpellent. À commencer par sa façon de considérer un embryon comme une personne à part entière, mais je vais plutôt me concentrer sur son comportement, et sur sa proposition.

D’une part, sa position au sujet du droit à l’avortement est clair, mais son discours beaucoup moins. Oui, il est opposé « à cette idée, de voir supprimer une vie humaine ». Il souhaite visiblement mettre fin à cette pratique, mais semble hésiter à affirmer vouloir revenir sur ce droit, conscient peut-être qu’une telle proposition susciterait l’ire des Françaises, comme en Pologne.

Son avis sur la question ne laissait que très peu de part au doute, puisqu’il faisait déjà partie des députés ayant défendu une position anti-choix en 2014.

Venons-en cependant au fond de sa proposition, et à ce qui est annoncé dans son programme :

« La baisse du nombre d’avortements devient un objectif de santé publique. L’aide aux centres d’accompagnement à la grossesse est renforcée. »

Culpabiliser les femmes qui ont recours à l’avortement est improductif.

Première chose à préciser : est-il vraiment pertinent de diaboliser l’IVG ? C’est un acte médical, pas des plus agréables si on se fie aux témoignages de celles qui sont passées par là. On ne va pas subir un avortement, comme on ne va pas subir une coloscopie, par caprice ou plaisir. On y va par nécessité. La culpabilisation des femmes qui y ont recours est malsaine et improductive — si ce n’est à créer chez elles un sentiment de remord, lui même parfois utilisé comme un argument par les anti-choix contre l’avortement. C’est contradictoire, et cela crée un vrai cercle vicieux.

big-avortement-appris-temoignage

Une (vraie) solution : l’éducation sexuelle ?

Ensuite, si vraiment on veut en faire un objectif de santé publique, quels leviers pourraient être activés ? Le programme cite uniquement l’augmentation de moyens aux centres d’accompagnement à la grossesse. Mais cela revient à prendre le problème à l’envers, et à ignorer la source : si on veut réduire le nombres d’IVG, il serait plus pertinent de chercher à réduire le nombre de grossesses non désirées, plutôt que d’inciter les femmes à les poursuivre.

À lire aussi : Un jour, j’ai voulu avorter…

Si l’on veut réduire le nombre d’avortement, il faut se pencher sur la source du problème : l’éducation sexuelle.

Si on veut éviter les avortements, la meilleure solution ne serait-elle donc pas d’éduquer et de sensibiliser à la contraception, et ce dès le plus jeune âge ? Or, cette proposition est-elle présente dans le projet présidentiel de Poisson ? Non.

D’ailleurs, je cherche encore dans les programmes des candidats à cette primaire en général un pan sur l’éducation sexuelle — d’autant plus important quand je constate que les moyens attribués au planning familial, dont c’est l’une des missions, sont réduits dans certaines régions à l’image de celle de M. Wauquiez.

À lire aussi : Le Planning Familial lance un appel aux dons pour garantir son indépendance !

Rappelons aussi de Jean-François Copé qui, parmi d’autres, avait été scandalisé par un livre pour enfant traitant de la nudité : symptomatique du malaise de certains candidats de droite avec l’éducation sexuelle ? 

À lire aussi : À quand une véritable éducation sexuelle pour les jeunes en France ?

big-education-sexuelle-decomplexee-norvege-pubertet

Peut-être serait-il intéressant donc, avant de vouloir priver les femmes d’un droit fondamental, de se pencher sur les manières de leur éviter d’avoir recours à ce droit — S’il fallait vraiment se pencher sur cette question en particulier…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Marinouchka
    Marinouchka, Le 21 novembre 2016 à 20h34

    Nyxi
    Comme il est dit dans l’article, monsieur Poisson est président du parti chrétien (son nom de famille lui était prédestiné faut croire), donc, pourquoi s'étonner de cette partie de son programme ? Est-ce qu'on s'étonne que les vert défendent des propositions "pro-environnement" ? Non. Pourquoi faudrait-il s'étonner que des croyants chrétiens défendent des propositions allant dans le sens de leur croyances ?
    Il ne faut pas tout mélanger : ce n'est pas parce que certains chrétiens soutiennent ces idées extrémistes que ce sont des idées chrétiennes. La bible dit plein de choses, parfois contradictoires, les dignitaires chrétiens disent plein de choses qui varient d'un dignitaire à l'autre et selon les époques. Etre chrétien, ce n'est pas suivre aveuglement tout cela, mais réfléchir à partir de ce qui est dit et écrit et se forger sa propre opinion en ne perdant jamais de vue l'importance de l'attention à l'autre et du pardon. De mon côté, je soutiens activement le droit à disposer de son corps, le mariage et l'adoption pour les homosexuels, et surtout le droit à affirmer sa personnalité et le fait que celle-ci soit indépendante du genre. Bref, que des choses qui feraient hurler la manif pour tous et le seul extrémiste chrétien que je connais, mais que soutiennent pleinement les autres chrétiens que je connais (et ça va du prêtre au non pratiquant en passant par des caricatures du petit journal qui vont à la messe tous les dimanches, à Lourdes et aux JMJ). Je ne connais pas la proportion de chrétiens qui sont comme moi et la proportion qui sont comme Poisson, mais quand bien même, ils seraient majoritaires, ce ne serait pas une raison pour faire des amalgames.

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)