L’introspection de Perez Hilton & le journalisme people

S’il y a bien un type boursouflé par l’arrogance et l’humour zizi-caca que je pensais incapable de mea culpa, c’est bien le blogueur people le plus connu de la planète Perez Hilton. Il a fallu qu’une histoire touche à son intimité, et donc à son intégrité, pour qu’il admette enfin qu’il ne valait pas mieux […]

S’il y a bien un type boursouflé par l’arrogance et l’humour zizi-caca que je pensais incapable de mea culpa, c’est bien le blogueur people le plus connu de la planète Perez Hilton. Il a fallu qu’une histoire touche à son intimité, et donc à son intégrité, pour qu’il admette enfin qu’il ne valait pas mieux que la petite frappe du lycée qui se croit tout permis en maltraitant les autres. Alors qu’il militait activement contre les brimades dont sont victimes les adolescents gays suite aux nombres suicides rapportés par les médias américains, les internautes l’ont rappelé à l’ordre : ne faisait-il pas exactement la même chose avec les célébrités ?

"Et n'aurais-je abusé de la décolo ?"

Dur retour à la réalité pour celui qui n’hésitait pas à dessiner des verges près de la bouche du Tout-Hollywood ou à insulter gratuitement la moindre actrice sur un tapis rouge.

Chargement du lecteur...

Perez Hilton a construit sa popularité sur ses informations exclusives et son venin. Là où certains diront qu’il s’agissait de « remarques piquantes », d’autres remarqueront que ces propos étaient en majorité misogynes. La cellulite de Tyra Banks s’en souvient encore. Le blogueur, qui s’appelle en réalité Mario Armando Lavaneira, Jr., s’est construit un empire en devenant un personnage odieux, détestable et… invité aux cérémonies.

En encourageant son attitude, comme l’a fait Madonna en lui criant sur scène « I love you Perez » notamment, les dernières stars à ne pas encore éprouver de la haine pour lui se sont tirées une balle dans le pied. Mais surtout, en visant sans relâche les travers physiques, l’âge et la sexualité des stars, Perez Hilton a participé à la sale image de la presse people.

Car la frontière entre bon et mauvais journalisme people est très mince. Il y a certaines règles à respecter, mais qui tiennent plus à l’éthique personnelle des rédacteurs qu’à autre chose. Inventer, monter une histoire de toutes pièces (« Victoria Beckham devient lesbienne avec l’ancienne maîtresse et prof de gym de David« ) relève par exemple de la pisse-copie. Dire qu’une actrice ferait mieux d’aller à la salle de sport est un commentaire stupide et facile. Critiquer, donner des informations et tourner les propos ou actes des people en dérision, est, à mon sens, du bon journalisme people.

Alors quand on voit avec quel acharnement Perez Hilton a poussé Neil Patrick Harris à avouer son homosexualité* ou ce genre de post, on se dit que s’il décide réellement de changer la ligne éditoriale de son site, ce n’est pas plus mal. A suivre.

*Sur son blog, Perez Hilton avait passé un appel à témoignages, cherchant à retrouver d’anciens amants de l’acteur. Finalement, Neil Patrick Harris a préféré couper court, et faire son coming-out dans le magazine People.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 15 octobre 2010 à 2h20

    Si quelqu'un à un couteau électrique à viande, j'achète.
    Une envie de le zigouiller.

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)