France, 2017 : des femmes refusent les avances d’un homme, il leur tire dessus

Par  |  | 56 Commentaires

Plusieurs hommes éconduits par des femmes qu'ils avaient abordées en fin de soirée les ont poursuivies pour leur tirer dessus. En France, en 2017.

France, 2017 : des femmes refusent les avances d’un homme, il leur tire dessus

Le harcèlement de rue est un sujet abordé sur la place publique depuis quelques années maintenant.

Et à force d’en entendre parler, de vivre dans une bulle toujours plus large de gens sensibilisés au sujet, on pourrait se dire que « ça va, ça bouge dans le bon sens ». Que ce n’est plus un SI gros problème.

Moi-même, je fais parfois l’erreur de croire qu’on est à ÇA d’être débarrassé•es de ce souci… Jusqu’à ce que je tombe sur une histoire comme celle d’aujourd’hui.

Elles éconduisent des hommes, ils leur tirent dessus

C’est Le Parisien qui relaie l’histoire racontée sur Nord Éclair.

Roubaix, près de Lille, 5h du matin. Une voiture passe, remplie de jeunes femmes revenant d’une soirée. Trois hommes, eux aussi en voiture, les abordent mais elles ne sont pas intéressées.

Les hommes les suivent, arrivent à leur hauteur, l’un d’entre eux sort une arme et tire. Une vitre, côté jeunes femmes, éclate. Ils prennent la fuite.

La police n’a pas retrouvé de douilles, ce qui pourrait indiquer que l’assaillant a utilisé une arme d’airsoft. Ce n’est pas un vrai pistolet, mais ses projectiles peuvent blesser gravement.

À lire aussi : J’ai pris un coup par un harceleur de rue (et il l’a payé cher) — Témoignage

Le harcèlement de rue existe toujours, et il fait peur

Ce fait divers m’a noué le bide. Je me suis mise à la place de cette bande de femmes, que j’imagine fatiguées mais heureuses après leur soirée. Heureuses d’être ensemble, de s’être amusées.

Je les imagine prudentes avec les hommes qui les interpellent, car on ne sait jamais si le « non » va changer un homme en loup. Si celui-ci est vraiment dangereux, et pas « juste un relou ».

J’imagine leur terreur en voyant la gueule noire du pistolet, cette sentence définitive pour leur crime, celui d’avoir osé éconduire des hommes.

À lire aussi : Le féminicide : quand des femmes sont tuées à cause de leur genre

J’imagine la peur qui colle aux tripes, qui refuse de partir. Toutes ces journées, toutes ces soirées pendant lesquelles ces femmes vont peut-être restreindre leurs déplacements, limiter leurs activités, par peur de voir l’histoire se répéter.

Je n’ai que de l’empathie pour ces femmes, et que du mépris pour cet homme qui a jugé qu’un refus lui donnait le droit de leur gâcher la vie, de les blesser, de les attaquer.

En 2017, en France, on a toujours besoin du féminisme. Ne l’oublions pas.

À lire aussi : Aux mecs qui me harcèlent dans la rue, sachez que je ne vous laisserai pas gâcher mes journées

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu’elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.


Tous ses articles

Commentaires
  • LovelyLexy
    LovelyLexy, Le 22 juillet 2017 à 18h44

    @just_in_case

    Spoiler: GOT

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!