En replay #1 – Sélections de reportages et de documentaires

En replay est une sélection de reportages télé marquants : à consommer dans vos piaules d'étudiants sans télé, les soirs où vous voulez vous distraire autrement que devant un "programme débile à bas apport intellectuel" comme on les appelle.

En replay #1 – Sélections de reportages et de documentaires

Depuis que…

  • le spectre de la fermeture des sites de téléchargement illégal menace l’Internet tout entier
  • vous avez déménagé à Paris et la place de ciné à 10 euros vous fait maintenant hésiter avec une bonne brasserie (c’est jamais que 5 ou 6 euros de plus)
  • vous vous êtes rendues compte que s’aérer l’esprit devant autre chose qu’une émission débile et se coucher moins bête, c’est possible

… vous envisagez de plus en plus souvent de vous regarder un bon petit reportage le soir pour décompresser ?

Bienvenue dans le club des gens qui 1. aiment se distraire, 2. aiment apprendre, 3. mais s’endorment quand ils ouvrent un livre au lit. Le reportage (« de journalistes ») et le documentaire (« d’auteurs ») sont la solution adéquate !

Voici donc 3 documentaires et reportages que j’ai aimé regarder l’année dernière. Si ça vous plaît, on vous fera d’autres sélections updatées !

1. Le documentaire Pirat@ge

Il retrace l’histoire d’Internet grâce aux témoignages de ceux qui l’ont construit, les hackers. Il se place au cœur des préoccupations de cette génération Y, dont il analyse les modes de communication en réseau, de consommation de biens culturels et de leur partage.

Un reportage à voir et à revoir, à l’heure où les Anonymous font la une de l’actualité.

>> Suite : 2e épisode, 3e épisode et 4e épisode.

2. Apocalypse Hitler

Des documentaires sur le Führer, il y en a eu un nombre incalculable. Celui-ci est un des meilleurs que j’ai jamais vu : un des moins soporifiques et un des plus imagés. Pas étonnant : ce film est rythmé par de nombreuses archives colorisées et la voix off est celle de Mathieu Kassovitz.

Télérama juge que le documentaire s’inscrit dans une longue lignée et n’apporte rien de novateur. Si d’un point de vue factuel, on n’apprend effectivement « rien de nouveau par rapport aux autres reportages du genre », reste que le film, dans sa forme, est une très bonne piqûre de rappel et permet de découvrir des archives, le tout dans une trame linéaire intéressante.

Chargement du lecteur...

3. La cité du Mâle

Septembre 2010. Nombreux sont les téléspectateurs à attendre la diffusion sur Arte du reportage La cité du mâle, un film de Cathy Sanchez sur la violence des relations hommes/femmes dans les cités de banlieue. Mais 45 minutes avant l’heure de diffusion, la chaîne décide de déprogrammer. Vers minuit, le site Internet dédié au docu est actualisé, il annonce :

« Certains protagonistes du premier documentaire “La Cité du mâle” se sentant en danger, Arte a décidé d’une déprogrammation temporaire de ce film. »

Finalement, le reportage sera reprogrammé, les menaces ayant vraisemblablement été fictives. Ne manquez pas ce film, qui aura fait beaucoup parler de lui (lire ce papier de Rue89 qui donne la parole à 2 jeunes de cité après les avoir fait regarder La cité du mâle).

 

>> Suite : 2e partie, 3e partie et 4e partie

Bon visionnage !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 30 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Magnogne
    Magnogne, Le 28 mars 2012 à 13h11

    Vous êtes déjà nombreuses à avoir réagi sur la Cité du Mâle, mais je voulais rajouter quelque chose qui m'a choquée et que personne n'a souligné : l'incrustation dans l'image, à certains moments du reportage, de l'adresse "Fdesouche.com" ... un des sites d'extrême droite les plus influents, que Marine Le Pen déclare lire régulièrement. J'aimerais bien savoir d'où vient cette incrustation, et rappeler qu'un reportage, aussi révoltant soit-il, ne doit pas permettre de se faire une opinion sur toute une cité, car après tout, une majorité d'entre nous admet qu'elle n'y est jamais allée et nous jugeons donc sur des représentations. Dangereux machistes aux pensées extrêmes, d'accord (le féminisme et l'égalité de l'homme et de la femme sont mes combats quotidiens), l'exploitation de la peur, non.

Lire l'intégralité des 30 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)