314 profs s’engagent à ne plus enseigner que « le masculin l’emporte sur le féminin »

Par  |  | 41 Commentaires

314 membres du corps professoral ont décrété ne plus vouloir enseigner que « le masculin l'emporte sur le féminin ». Et rassurez-vous, les alternatives sont loin d'être des « périls mortels » pour la langue française !

314 profs s’engagent à ne plus enseigner que « le masculin l’emporte sur le féminin »

Si tu suis l’actualité, notamment féministe, tu n’es probablement pas sans savoir que l’écriture inclusive – qui permet de rendre le genre féminin plus visible dans la langue – fait débat depuis un moment.

Récemment, ce sujet est allé jusqu’à mobiliser l’Académie Française. Tu sais, les « sages » qui se réveillent une fois par an pour émettre un avis sur telle ou telle évolution de la langue vivante qu’est le français ?

Eh bien cette année, cette institution a estimé que l’écriture inclusive présentait un « péril mortel » pour la langue française.

Écriture inclusive et langage non-sexiste

Sur madmoiZelle, on te parlait de la grammaire non-sexiste (et on décidait par la même de l’appliquer dans nos articles) dès 2012.

Ces derniers temps, le sujet a pris de l’ampleur, et beaucoup d’articles ont expliqué les différentes façons d’écrire sans imposer le masculin : l’accord de proximité (lire ci-dessous), les néologismes, les points médians…

À lire aussi : Pourquoi la réforme de l’orthographe est une bonne chose pour la langue française ?

Plusieurs centaines de professeurs ont décidé d’agir à leur façon.

La fin du « masculin l’emporte sur le féminin » .

N’en déplaise à l’Académie Française, 314 membres du corps professoral ont décrété cesser d’enseigner que le masculin l’emporte sur le féminin.

Dans une tribune publiée sur Slate et faisant l’objet d’une pétition sont énumérées trois raisons pour lesquelles les signataires ont décidé d’enseigner désormais l’accord de proximité, de majorité, ou l’accord au choix :

  1. La règle « le masculin l’emporte sur le féminin » est récente
  2. Elle a été créée pour des raisons politiques et non par une volonté de faciliter la langue ou une évolution « naturelle »
  3. Continuer à enseigner cette règle crée des schémas mentaux encourageant les inégalités hommes-femmes.

À lire aussi : 8 nouveaux signes de ponctuation totalement indispensables

Pour rappel, l’accord de proximité consiste à accorder au substantif le plus proche (« un homme et deux femmes apprêtées »).

L’accord de majorité, c’est dans le cas de plusieurs substantifs, accorder selon la majorité (« dix hommes et trois femmes apprêtés »).

Au choix, eh bien, c’est : comme on veut !

À lire aussi : Les signes de ponctuation méconnus qui mettront du piquant dans vos écrits

Cette pétition incite chacun•e, quelque soit sa position, à appliquer l’une de ces règles.

Tu peux y apposer ta signature sur Change.org, et retrouver un autre article chez Slate dont rédaction a décidé d’appliquer dès aujourd’hui l’accord de proximité !

À lire aussi : Communiquez sans stéréotypes genrés grâce au guide du Haut Conseil pour l’Égalité !

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (41) Facebook ()
  • Maud Kennedy
    Maud Kennedy, Le 14 novembre 2017 à 19h10

    Loopyo
    Je vois pas en quoi ce serait de fouttre de la gueule du monde. Le masculin ne serait pas neutre ce serait juste cette règle qui le ferait passer en neutre. Contrairement à ce que tu dis je pense que beaucoup de problèmes sont du à des formulations justement. En soit par exemple, cette règle de grammaire ne dérangerait personne si justement la formulation « le masculin l’emporte sur le féminin » était pas foireuse. Le neutre existe pas mais le langage inclusif non plus, ça empêche personne ici de prôner ça comme étant une solution. Je considère que le pluriel neutre peut tout à fait être aussi une solution, c’est pas plus hypocrite qu’autre chose. Du moins, à mon sens.
    (J’édite juste pour ajouter qu’il n’y a pas non plus d’agressivité dans mes propos mais des fois a l’écris on peut avoir l’impression mais c’est pas le cas)
    C'est simple:ça ne change strictement rien. C'est la même technique qui consiste à appeler les facteurices "préposé.e.s aux PTT" .
    Dire que le masculin devient neutre ne change rien au fait qu'on va continuer à écrire "1000 femmes et un homme sont venus à la manifestation". Dire que le "masculin l'emporte sur le féminin" est une formulation foireuse en effet mais c'est loin d'être le seul problème. Cette règle invisibilise complètement le genre féminin.
    Quand je dis que le neutre n'existe pas,je veux dire par là que ce serait un peu bancal de considérer le masculin comme du neutre juste au pluriel alors qu'il n'existe pas par ailleurs. Ce serait différent si un vrai neutre et pas un masculin déguisé était crée.
    C'est un peu le problème de l'accord de proximité: il ne change finalement pas grand chose puisque c'est assez facile de mettre le nom masculin en second,pour permettre de continuer à accorder avec le masculin.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!