Comment vis-tu la crise financière mondiale ?

Depuis la mi-septembre, le monde vit une crise financière majeure (cf. notre « je veux comprendre« ). Face à la chute des cours de bourse et au rationnement du crédit (le sang de notre économie de marché), les gouvernants de tous les grands pays industrialisés mobilisent des centaines de milliards pour sauver les établissements bancaires en difficulté. […]

Comment vis-tu la crise financière mondiale ?

Depuis la mi-septembre, le monde vit une crise financière majeure (cf. notre « je veux comprendre« ).

Face à la chute des cours de bourse et au rationnement du crédit (le sang de notre économie de marché), les gouvernants de tous les grands pays industrialisés mobilisent des centaines de milliards pour sauver les établissements bancaires en difficulté.

Objectif : éviter la contagion des faillites qui conduirait à l’effondrement du système financier mondialisé.

Qu’ils soient de gauche ou de droite, les experts nous disent quasi- unanimement que cette façon de faire est la bonne pour limiter les dégâts.

Mais des dégâts, il y en aura. Dès le 25 septembre, dans son discours de Toulon, Nicolas Sarkozy a prévenu les Français que cette crise aura des conséquences « sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d’achat ».

A la rédac, on se demande comment tu vis tout ça. Es-tu inquiète ? As-tu changé quelque chose dans ton mode de vie ? Vois-tu déjà des répercussions de cette crise autour de toi ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 29 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mackounette
    Mackounette, Le 30 avril 2009 à 13h00

    Nyx;835798
    Je vis en Espagne, et je la ressens beaucoup, pas au niveau des banques, mais au niveau de l'emploi. J'ai des amis qui vont avoir des jours de congés forcés non rémunérés, parce que l'entreprise ne peut pas se permettre d'ouvrir à temps "plein". Et pour ma part, je dois trouver un travail pour pouvoir subvenir à mes besoins sans trop m'appuyer sur mes parents, or il y a eu tellement de licenciements en Espagne en l'espace de quelques mois (hausse de 30% du chômage tout de même...), que c'est mission impossible pour se faire embaucher, surtout en étant non-espagnole (on vient voler le boulot des espagnols en gros, surtout dans une ville à forte tendance PP et très à droite). Donc si ça continue comme ça, mes 9 mois de plus ici vont peut-être se convertir en moins que ça...
    Courage Nyx!
    J'ai de la famille en Espagne (près de Tarragone) et quand je suis allée les voir ce qui m'a le plus choqué c'est le nombre de chantiers en arrêt. Vers la fontière, à la Joncquerra il y avait un gros projet de supermarchés et aujourd'hui, il y a juste le squelette et les grues à l'arrêt... C'est vraiment impressionant car l'Espagne devait être un nouveau eldorado économique.
    Au niveau du boulot (famille de routiers lol), il y a beaucoup de liscenciements, les sous-traitants ferment car il y a beaucoup moins de contrats... C'est assez tendu!

    Des amis polonais sont aussi en galère. Chez eux, pas moyen de trouver du boulot même dans les secteurs comme les services que la crise ne touche pas encore vraiment. Du coup, ils cherchent à revenir bosser en france mais là aussi les domaines du bâtiment, surtout le gros oeuvre est à l'arrêt total...

    Personnelement, j'habite vers Nice et on ressent un certain ralentissement. Beuacoup de maisons sont à vendre (impots locaux sont très élevés et les gens n'y arrivent plus, du coup ils vendent), les villages de l'arrière-pays sont désertés car peu de boulot et il te faut une voiture pour bouger, sinon tu ne fais rien. Dans l'hôtellerie, la saison tarde à commencer...
    C'est un tout petit ralentissement mais ça n'annonce pas de bonnes choses du tout, surtout avec les dettes que les politiques ont créées, ils vont forcément augmenter les impôts. Enfin bon, au niveua de l'intérim il y a moins de misson...
    Enfin j'espère que ça n'empirera pas..

Lire l'intégralité des 29 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)