Et si on envoyait valser les codes obsolètes (et sexistes) de la séduction ?

Par  |  | 21 Commentaires

Au XXIè siècle, ne serait-il pas temps de sortir des codes rigides, sexistes et parfois incompréhensibles de la séduction ? Zoom sur un message rafraîchissant.

Et si on envoyait valser les codes obsolètes (et sexistes) de la séduction ?

La séduction et moi, ça fait douze.

J’ai longuement hésité avant de l’avouer, mais il faut me résoudre à admettre cette évidence : la raison de mon célibat prolongé est sans doute liée à mon incompréhension profonde de la parade nuptiale des humains.

Sérieusement, c’est quoi cette histoire de « règle des trois jours » à attendre avant de répondre à un texto ? Comment je suis censée m’habiller, me comporter à un premier rendez-vous ?

Pourquoi c’est au mec de faire le premier pas ? Pourquoi quand c’est moi qui suis entreprenante, on se permet alors de spéculer sur ma sexualité — ou plutôt, disons-le crûment, de faire du slut-shaming ?

Ces réflexions, je me les faisais dès mes années étudiantes, alors que je n’étais pas encore féministe, mais juste un peu perdue dans des « codes » que je ne maîtrisais absolument pas.

La séduction et mon féminisme

À mesure que mes lectures et mes expériences construisaient mon féminisme, j’ai compris que cette pression sociale et ces fameux « codes de la séduction » auxquels je n’arrivais pas à me plier participaient parfois de la culture du viol.

Ce n’étaient pas les jeux de séduction qui posaient problème : c’était l’absence d’écoute de l’autre et de ses envies. Et parfois, l’écoute de soi-même et de ses propres envies.

C’est pourquoi je me retrouve totalement dans la campagne de sensibilisation pensée par les étudiant•es de l’Espace santé de Bordeaux.

La séduction et le consentement mis en scène dans Sex On the Campus

Ces étudiant•es étaient déjà à l’origine de ces affiches de prévention, mais aussi de ce super spot au sujet du consentement (qu’il est beaucoup plus facile d’écouter et de déceler que le mythe de la « zone grise » peut laisser penser…).

Avec cette série de sketchs courts rassemblés sous la punchline « pour séduire, j’aurais dû rester moi-même », les étudiant•es dédramatisent la séduction et ringardisent au passage quelques codes dépassés.

La règle des 3 jours

Attendre trois jours avant de répondre à un SMS, c’est so 2005, non ?

À lire aussi : Ces photos que tout le monde prenait au collège/lycée dans les années 2000

La pub

Deuxième coup de cœur dans cette série, je nomme la parodie d’une pub pour un déodorant qui versait déjà dans l’exagération au départ.

À lire aussi : Ces trucs que j’ai fait pour devenir cool et populaire

Et cette mise en scène me rassure un peu parce que c’est précisément la réflexion que je me faisais en regardant la pub originale : il doit sentir super fort le mec, non ?

Décomplexer la séduction, une mission d’utilité publique ?

Ces spots imaginés par les étudiant•es bordelais•es m’ont fait sourire, mais ils m’ont surtout fait du bien.

J’ai la sensation d’avoir regardé les parades de séduction autour de moi comme dans la fable du Roi nu. Tout le monde fait mine d’admirer les vêtements et personne n’ose dire que le souverain est à oilp.

Du coup, chacun se sent très con et humilié dans son coin, sans oser exprimer à voix haute son incompréhension. Mais voilà, je ne suis pas seule à trouver que les codes de la séduction, observés religieusement et poussés à l’extrême, sont complètement cons.

Mention spéciale à la scène supra-romantique du « je te plaque contre un mur pour t’embrasser ». Non seulement c’est vraiment pas confortable, dans la vraie vie, mais en plus c’est une agression sexuelle aux termes de l’article L.222-22 du Code pénal.

Alors je ne vous cache pas que ce sketch en particulier m’a fait un bien fou.

Derrière ces parodies sympathiques, la campagne Sex On the Campus diffuse un message essentiel.

Pour que les jeux de séduction soient un plaisir pour tous et toutes, il est indispensable d’être à l’écoute de ses propres désirs et de ceux des autres, de respecter ses envies et le consentement des autres !

Le romantisme n’est pas mort, et ce ne sont ni des scènes de films clichés, ni des pubs pour déodorants, ni des codes ringards qui le maintiennent en vie.

À lire aussi : Art de la séduction, coaching et féminisme : des idées incompatibles ?

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (21) Facebook ()
  • Kaus Australis
    Kaus Australis, Le 9 avril 2017 à 12h45

    Bah moi je préfère draguer que d'être draguée (J'ai l'impression de parler de fonds aquatiques :rire:) parce que je comprends jamais rien quand on me drague. Avant je croyais qu'un mec qui me payait à boire le faisait par pure générosité. Maintenant c'est presque de la parano, j'insiste pour payer ma boisson ou payer un autre coup s'il m'a payé la mienne avant. Comme ça on est quittes et y'a pas de problème.
    Ça arrive souvent que je passe complètement à côté de ce qui semble évident pour mes potes «meuf t'as une touche»; faut que ce soit très explicite, sinon je comprends pas :rire:

    La règle des trois jours c'est complètement con, comme si on était des oeuvres cinématographiques nécessitant trois jours de réflexion avant d'y accoler une notation-j'ai tendance à penser, si ça a l'air de se passer très bien avec quelqu'un.e, pourquoi attendre? C'est idiot.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!