Ce qui me manque quand je ne suis pas en Angleterre

Sophie-Pierre Pernaut aime bien l’Angleterre et revient pour vous sur quelques trucs spécifiquement britons qui lui manquent quand elle n’y est pas. Ce qui l’intéresse ? La télé et la bouffe. Longtemps, j’ai rêvé de faire ma vie en Angleterre – du moins jusqu’à ce que je fasse des projets personnels, professionnels et estudiantins en France. […]

Ce qui me manque quand je ne suis pas en Angleterre

Sophie-Pierre Pernaut aime bien l’Angleterre et revient pour vous sur quelques trucs spécifiquement britons qui lui manquent quand elle n’y est pas. Ce qui l’intéresse ? La télé et la bouffe.

Longtemps, j’ai rêvé de faire ma vie en Angleterre – du moins jusqu’à ce que je fasse des projets personnels, professionnels et estudiantins en France. Si je ne regrette pas une seule seconde d’avoir fait le choix de rester dans nos contrées, je retourne régulièrement en Albion où je me sens finalement comme un poisson dans l’eau (en même temps, sachant que j’y vais pour y passer des vacances, il est tout à fait logique que je m’y sente détendue).

Du coup, j’ai eu envie de revenir avec vous sur quelques tout petits trucs anglais qui me manquent lorsque je n’y suis pas.

En Angleterre, la nourriture n’est pas QUE dégueu

On va pas tortiller du fondement : la bouffe anglaise ne vend pas du rêve. Souvent raillée, bien heureusement jamais égalée, elle regorge pourtant de petits détails qui changent tout. Voici donc la liste de quelques trucs qui manquent à mes papilles quand je ne suis pas en Angleterre et que j’ai fini mes réserves :

>> La Marmite

La Marmite, c’est très bizarre. C’est une sorte de pâte à tartiner, à consommer au petit-déjeuner sur des tartines ou des crumpets avec un peu de beurre. Présentée comme ça, la Marmite s’apparente à de la confiture, sauf que rien à voir : composée de levure de bière, elle a un goût très fort et très salé.

Cet aliment est souvent considéré comme étant adoré ou détesté, sans hésitation possible. Laissez-moi vous dire que c’est faux : j’en ai mangé quasiment tous les matins depuis un mois, et je n’ai jamais réussi à me faire une opinion sur ce que je pensais de ce truc. C’est à la fois pas trop mauvais, et totalement infâme.

J’en ai donc acheté plusieurs pots.

(Note : si tu souhaites tenter cette expérience gustative des plus étranges, la Marmite n’est pas facile à trouver en France, mais il paraît que sa variante australienne, la Vegemite, est un peu moins rare).

>> La sauce pour sandwich Heinz

Si je n’arrive pas à me faire une opinion sur la Marmite, il en est tout autrement pour la Heinz Original Sandwich Spread. J’ai découvert ce condiment en Irlande du Nord, quand mon hôte m’a sorti une multitude de mini-sandwiches faits maison du frigo après une balade. J’ai failli mourir d’amour en-dedans de moi.

La sauce est composée en autres d’oignons, de cornichons, de sucre, de vinaigre, de chou, de poivron et de moutarde et transforme vos sandwichs lambda en véritables délices. Il suffit de mélanger un peu de salade iceberg, de tomates, d’oignons coupés finement et de jambon (ou fromage en plastique pour les végétariennes) avec un peu de Sandwich Spread et de mayonnaise et de foutre le tout entre deux tranches de pain de mie.

A chaque séjour en Angleterre, j’en achète donc une demi-douzaine de pots ; si tu résides près d’une épicerie de cuisine du monde, par contre, il paraît que tu peux en trouver assez facilement.

>> Les scones sucrés

Les scones, c’est un peu comme une petite brioche compacte. Avec un scone, on pourrait nourrir une famille pendant une journée.

A consommer de préférence avec de la confiture et de la clotted cream (une crème très, très épaisse), ils sont également parfaits avec du beurre ou de la confiture (ou les deux en même temps).

Les scones me manquant atrocement et n’ayant pour l’instant trouvé qu’une adresse de salon de thé anglais sachant réellement les faire comme là-bas, j’ai moi-même essayé d’en cuisiner. Je vous laisse constater combien j’ai tout foiré.

Ah bah oui. Ah bah quand même.

La télévision anglaise

>> Du trash en veux-tu-en-voilà-même-si-t’en-veux-pas

Prenons l’exemple de The Jeremy Kyle Show, l’équivalent UK du Jerry Springer Show : des cris, des pleurs, des embrouilles, des chaises qui volent, un public qui hue. Tous les éléments sont réunis pour passer ses après-midis de repos en rigolant comme une baleine. Un jour, j’y ai vu une femme ayant demandé à son ex de venir sur le plateau après avoir fait un test de paternité pour lui prouver qu’il était bien le père de sa fille. Le problème, c’est que le test a également été fait faire au frère du principal concerné, avec qui la jeune femme le trompait à l’époque. Verdict : le père du bambin était le frère du père présumé. Tu suis ? Du coup, ils ont crié, pleuré et tout ce beau monde en serait presque venu aux mains, dis donc.

Bien évidemment, c’est drôle parce que ça sent le pipeau à plein nez et si j’ai ri à gorge déployée, c’est bel et bien parce que je suis persuadée que les protagonistes de l’émission sont des acteurs.

>> Les séries anglaises

Petite sélection des meilleures séries du monde, qui nous viennent tout droit du pays du Fish’n’chips :

  • The IT Crowd : l’histoire d’un geek, d’un nerd et de leur ambitieuse patronne. Trois losers qui évoluent dans leur bureau miteux situé dans les sous-sols d’une entreprise prospère aux agissements douteux. Avec de l’humour complètement crétin.
  • Black Books, où l’on suit les aventures d’un libraire porté sur l’alcool et la clope, avec un charmant petit côté loser égoïste qui n’a pas envie de changer, tout simplement parce qu’il s’en fout.
  • Little Britain : une série dont chaque épisode est composé de sketches tous plus loufoques et cruels les uns que les autres. Souvent, ça me fait rire aux éclats. Parfois, c’est un peu trop hardcore pour moi.

Bien évidemment, il y a plein d’autres trucs, comme les pasties (les fricadelles anglaises : tu sais pas ce qu’il y a dedans si ce n’est un kilo de poivre pour cacher le goût de la viande mais c’est plutôt bon), les fish and chips (pour manger du gras sans goût) ou les milkshakes au kinder bueno de chez Shake Away (que je prononce Chez Cauet pour faire comme si j’étais drôle).

Cependant, relativisons. Tout n’est pas parfait en Angleterre. D’ailleurs, je vais faire ma whistleblower (ces mecs qui dénoncent des trucs super graves en faisant fi des pressions gouvernementales) pour pointer le doigt sur un scandale – en caps lock, s’il vous plaît :

EN ANGLETERRE Y A PRESQUE JAMAIS DE MELANGEUR A EAU SUR LES ROBINETS !

J’ai pas peur des conséquences de mes paroles, moi, je suis pas une pisse-froid ; je suis Sophie-Pierre Zorro, justicière à visage découvert qui en a marre de se laver la face avec de l’eau glacée ou brûlante chaque fois qu’elle va en Albion et qui pense que c’est une manipulation pour que tout le monde ait la peau grasse. (note de Jack : cet affront se payera).

Sophie-Pierre Zorro : la justice en étendard.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 75 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ayla-
    Ayla-, Le 4 août 2015 à 18h34

    Poppycute13
    Ce qui me manque quand je ne suis pas en Angleterre c'est le fringues de Primark. Suis-je la seule à penser que les fringues de ceux de Paris (et j'imagine aussi Marseille et les autres) sont moins bien que ceux de Londres et qu'on ne retrouve pas le petit style de la-bas ? :disco:
    Non, je suis d'accord, les Primark de Paris n'ont rien à voir avec ceux du Royaume-Uni.

Lire l'intégralité des 75 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)