Le dépistage du cancer du col de l’utérus bientôt remboursé à 100%

Par  |  | 1 Commentaire

Dans le cadre d'un plan de prévention visant à améliorer la santé des Français et Françaises, le dépistage du cancer du col de l'utérus va être remboursé à 100% par la Sécurité sociale !

Le dépistage du cancer du col de l’utérus bientôt remboursé à 100%

Ce lundi 26 mars 2018, Édouard Philippe, le Premier ministre, et Agnès Buzyn, ministre de la Santé, ont présenté un grand plan de prévention.

Il comprend diverses mesures. Par exemple, les amendes prochainement distribuées aux consommateurs de cannabis serviront à financer des aides supplémentaires aux structures dédiées à encadrer des jeunes souffrant d’addictions.

D’autres points concernent la prévention autour de l’alcool, du tabac ou encore une meilleure formation des citoyen·nes aux premiers secours.

À lire aussi : « L’appli qui sauve » de la Croix Rouge, pour des conseils premiers secours à portée de main en cas d’urgence

Et celui qui m’intéresse aujourd’hui concerne une mesure qui touche principalement les femmes : le dépistage du cancer du col de l’utérus, bientôt remboursé à 100% !

Le dépistage du cancer du col de l’utérus intégralement remboursé

Le Huffington Post fait le point sur cette avancée et cite Agnès Buzyn :

« Nous allons prendre en charge à 100%, c’est-à-dire rendre accessible à toutes les femmes le dépistage du cancer du col de l’utérus. »

Chaque année, le cancer du col de l’utérus cause 1100 décès, et environ 3000 nouvelles personnes sont touchées. Il se transmet par infection (transmission de papillomavirus) lors d’un rapport sexuel.

Mais le cancer du col de l’utérus n’est pas forcément mortel. Les statistiques publiques indiquent :

« Plus de 6 femmes sur 10 (63 %) diagnostiquées en France avec un cancer du col de l’utérus survivent à leur cancer après 5 ans (femmes diagnostiquées en 2005-2010) ; et 6 femmes sur 10 (59 %) après 10 ans (femmes diagnostiquées en 1999-2004). »

Le dépistage, qui sera donc remboursé à 100%, se fait par frottis. Il est également possible, sous certaines conditions, d’être vaccinée contre le papillomavirus, mais cela n’annule pas tous les risques et ne remplace pas le dépistage.

Toutes les informations à ce sujet sont sur Ameli, le site de l’assurance maladie.

Et comme d’habitude, je vous encourage à consulter un·e généraliste, gynécologue, sage-femme… dès que vous avez un doute ou une inquiétude concernant votre état de santé. Car comme l’indique le site d’Ameli :

« Plus une anomalie est détectée tôt, mieux elle se soigne. »

À lire aussi : J’ai eu un papillomavirus — Témoignage

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Loucy2
    Loucy2, Le 26 mars 2018 à 14h25

    Juste une petite rectification sur l'article qui n'est pas très clair: il est dit que le cancer se transmet par infection au papillomavirus lors d'un rapport sexuel. Or, tout le monde qui a été infecté par le HPV n'aura pas forcément un cancer du col et heureusement ! Il existe plusieurs sortes d'HPV et même pour les plus dangereux, la femme arrive à s'en débarrasser naturellement. Quand le corps ne s'en débarrasse pas de lui même il faut surveiller les éventuelles lésions qui pourraient alors évoluer vers un cancer au bout de 15 * 20 ans...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!