Budweiser dérape avec son slogan #UpForWhatever, aux accents de culture du viol

Budweiser a créé la polémique avec son slogan #UpForWhatever, une idée marketing qui partait sûrement d'une bonne intention mais qui sonne comme un slogan encourageant à ignorer le consentement.

Mise à jour du 5 mai :

Un scandale chez Bud Light ? Il n’en fallait pas moins pour que John Oliver, animateur de l’excellent Last Week Tonight, revienne sur le slogan un peu limite de la marque américaine et leur en mette plein les dents, avec talent et humour, comme d’habitude : « Si la Budweiser est la reine des bières, alors la Bud Light est le paysan féodal recouvert de merde d’âne ».

« Clairement, je ne viens pas de boire une Bud Light parce que NON, Bud Light, NON, il est plutôt évident que ce slogan est problématique.  […] (journaliste citée : Je dirais qu’il y a un peu une allusion au viol.) C’est vrai, mais ça serait super si vous utilisiez un mot légèrement plus sérieux que « un peu », parce que c’est un peu réducteur. »

John Oliver arrive avec brio à faire comprendre la situation, en se moquant des cinq étapes hiérarchiques qui ont validé le slogan, ainsi que la publicité de Bud Light parodiée avec Alex Karpovsky (qui joue Ray dans Girls), lequel compare tout bonnement la bière à une version liquide d’une chanson de John Mayer.

Parce que la vraie info, c’est pas tellement que le slogan de Bud Light est TRÈS mal pensé, c’est surtout que cette bière est franchement pas très bonne. Revenons aux vrais débats quoi.

Article du 29 avril 2015 :

Budweiser, marque américaine de bière, est bien connue pour ses publicités : au début des années 2000, elle lançait une campagne mondiale mettant en scène des grosses feignasses qui buvaient des bières en regardant un match, avec leurs potes au téléphone. La vie, la vraie.

Alors que cette pub est devenue un véritable phénomène de société et que tous les jeunes Américain-e-s se saluaient d’un joyeux « Wazaaaaaa » en arrivant au lycée, Budweiser s’est imposée comme un leader du marché de la bière aux États-Unis, particulièrement chez les jeunes hommes. Logique donc que leurs publicités aient ce public et que leurs slogans soient orientés vers les folles soirées entre copains !

Mais personne n’est à l’abri d’un petit dérapage marketing, même pas Bud qui a récemment lancé une campagne publicitaire pour la Bud Light, bière phare de la marque, avec le slogan « The perfect beer for removing « No » from your vocabulary for the night. #UpForWhatever » qu’on traduirait par « La bière idéale pour enlever le mot « Non » de ton vocabulaire ce soir. #OpéPourTout ». Oups.

On imagine bien que l’idée de base est de dire qu’en buvant une Bud Light à l’apéro, tu seras partant-e pour fiester jusqu’au bout de la night et que tu ne répondras pas « Non » à l’éternel « Hey, on va au Macumba? ». Mais le slogan sonne aussi comme une incitation aux pires idioties alcoolisées (prendre le volant, consommer des substances illicites…) ou carrément à l’oubli de règles de base comme le consentement lors d’une relation sexuelle.

À lire aussi : Culture du viol, consentement et « zone grise »

bud-light-up-for-whatever

Les internautes n’ont pas tardé à réagir à ce slogan, considéré comme un appel au viol : parmi eux, une mère de famille qui écrivait sur la page Facebook de Budweiser.

 « En tant que femme, en tant que mère d’une fille et d’un garçon, je trouve ce message dérangeant et dangereux. Je bois de la Bud Light depuis un moment, mais tant que cette campagne ne s’arrêtera pas, je ne vous donnerai plus un dollar. »

Le souci, c’est que la marque avait déjà été montrée du doigt pour un tweet assez limite le soir de la Saint Patrick : « On #StPatricksDay, you can pinch people who don’t wear green. You can also pinch people who aren’t #UpForWhatever. », en français « Le soir de la #SaintPatrick, tu peux pincer les gens qui ne portent pas de vert. Tu peux aussi pincer ceux qui ne sont pas #OpéPourTout. »

Budweiser s’était rapidement excusé, comme après cette campagne, à propos de laquelle Alexander Lambrecht, vice-président de Bud Light, a réagi dans un communiqué de presse :

« C’est clair que ce message a raté sa cible et nous le regrettons, nous ne cautionnerons jamais un comportement irrespectueux ou irresponsable. »

Par la suite, la marque a retiré ce slogan de ses bières, prenant conscience du caractère UN PEU dangereux de ce genre de message. Et on évite de recommencer, hein Bud ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Artemis-diane
    Artemis-diane, Le 30 avril 2015 à 10h25

    J'avoue qu'il faut creuser un peu pour trouver le "mauvais message", honnêtement ce n'est pas bien méchant.
    Et pour ce qui est de la pub avec la mayo, il y a un petit jeu de mot, de l'humour graveleux je dirais. Là encore ça ne m'alarme pas plus que ça étant habituée a ce genre de plaisanterie.
    Si on commence a analyser toutes les pubs, chercher leur messages cachés, on en trouvera forcement, puisque ça sera le but (d'en trouver). Il faut essayer de prendre un peu plus de recul.

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)