Mariage pour tous : on recherche des homosexuel.les qui se sentent stigmatisé.es

Pondu par Sophie-Pierre Pernaut le 17 novembre 2012     

On lance un appel à témoins à destination des homosexuel-le-s pour un futur article traitant du climat ambiant relatif à l’évolution du projet de loi pour le mariage et l’adoption pour tous.

Sur madmoiZelle, on suit le projet de loi pour le mariage et l’adoption pour tous, en vous relatant des anecdotes mignonnes à ce sujet ou en vous présentant un reportage qui donne la parole aux couples homosexuels qui veulent ou ont adopté.

Comme à chaque fois que la législation a tenté d’évoluer sur des sujets un peu touchy, les esprits s’emballent, les langues se délient et les opinions se dévoilent plus facilement, quitte à blesser. Dans le forum l’actu en France, Rainbowarrior explique son mal-être tout récent :

« Je crois que si je trouve si important que madmoiZelle s’engage vraiment, c’est parce que depuis que je sais que je suis lesbienne, 7 ans maintenant, c’est la première fois que la société me donne l’impression d’être une sous-merde. Et je crois que c’est ce que ressentent beaucoup de gays et de lesbiennes aujourd’hui. »

(Pour lire l’intégralité de son commentaire, c’est par ici.)

Alors voilà, vous êtes homosexuel.les et vous avez remarqué un changement dans la façon dont les gens vous regardent, vous perçoivent ? Vous avez l’impression que l’homophobie est plus agressive qu’à l’accoutumée ? Vous vivez plus ou moins mal cette période ? Vous vous sentez pointé-e-s du doigt, jugé-e-s, voire carrément rabaissé-e-s dans ce débat ? On prépare un article qui tentera de comprendre à quoi ça ressemble d’aimer une personne du même sexe que le sien dans la France du moment.

Si tu souhaites témoigner, contacte-moi sur spp@madmoizelle.com ou via notre page Contact !

Ça vous a plu ? Partagez !

45 BIG UP

Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Entrez votre email ici :

Cet article a été pondu par Sophie-Pierre Pernaut - Tous ses articles

Sophie-Pierre Pernaut (dite SPP, dite Sophie) écrit pour madmoiZelle depuis l'an 2011. Elle s'est donnée pour mission de vous informer, de vous divertir et d'éventuellement vous faire rigoler avec son humour somme toute assez crétin. Elle aime la tartiflette et les chèques en blanc.

Plus de Sophie-Pierre Pernaut sur le web :

Tous les articles Actu, Actu en France et aussi Vis ta vie
Les autres papiers parlant de , , , , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. philatelaphilatela

    Le 18 novembre 2012 à 19:01

    D'accord avec October Rain, ça serait vraiment très bien que tu développes Alice. Parce que moi l'homme qui n'a pas le même statut que la femme, en général ça m'intéresse…ça m'intéresse beaucoup même


    Et dans la plupart des cas j'aime pas, mais je te laisse le bénéfice du doute hein…
  2. AriesAries

    Le 18 novembre 2012 à 20:26

    Bon bah je l'ai déjà dit sur le forum mais je suis lesbienne aussi et j'avoue que le contexte en ce moment est assez pourri. Quand il y avait mes parents (homophobes) à mon appartement, je me terrais dans mon coin dès que j'entendais les mots "mariage homo" à la télé, tellement j'avais peur d'entendre le moindre soupir d'exaspération voire insulte. Alors que je ne devrais pas avoir honte ! Parfois le naturel reprend le dessus et j'ai essayé de leur expliquer que "hey, l'égalité des droits c'est trop cool !" sauf que non. Et ils s'en foutent que ça me fasse du mal, je pense qu'ils ne s'en rendent même pas compte, ils sont tellement persuadés que mon homosexualité n'est qu'une phase et que je vais me marier avec un mec…

    Sans compter des potes qui sont contre. Une fois j'en pouvais tellement plus que j'ai crié sur une de mes potes (en salle de classe à l'intercours, ambiance), tellement je n'en peux plus d'entendre des gens dire que si nos enfants se font insulter ça sera de notre faute et pas celle du gamin qui insulte, que si je veux des enfants je suis une grosse égoïste qui les rendra complètement tarés et malheureux.

    Ces gens ne se rendent pas compte qu'en disant ça, ils pointent des milliers de gens du doigt et leur disent "Je ne te connais pas, mais je pense que tu es indigne. Indigne d'égalité, indigne d'être heureux, indigne d'être épanoui comme tout le monde."

    Je ne pensais pas que l'homophobie pleinement assumée était si répandue en France. Je voyais les groupes anti-mariage aux États-Unis et je me disais "nous au moins on échappe à ça". Malheureusement ce n'est pas le cas. C'est dur de ne pas avoir la trouille quand on voit tant de gens nous détester, tantôt nous traitant de fléau de l'humanité, tantôt de minorité sans importance qu'on peut parfaitement ignorer.

    J'aimerais me battre plus mais j'habite dans une petite ville, alors je signe des pétitions et j'en parle. Ça ne m'empêche pas de me sentir complètement impuissante. Si je pouvais, je participerais à toutes les manifs possibles, tellement j'ai la rage d'être traitée comme ça, tellement j'ai la rage que ça soit considéré comme une opinion comme une autre de me considérer comme sous-citoyenne. Comme ces gens qui te traitent d'anormal, de déviant, de taré et te comparent à un pédophile, et si t'as le malheur de les traiter de cons ils disent à tous leurs potes "Regardez comme ils sont pas beaux et pas gentils les homos ! Vous ne confieriez pas des enfants à des gens si méchants, si ?"

    Bref, comme beaucoup, je n'en peux plus d'essayer de comprendre et d'être gentille, de demander "est-ce que vous auriez l'extrême gentillesse de me considérer comme un humain normal, cela serait tellement généreux de votre part, je vous remercie grandement, je vous présente toutes mes salutations distinguées, etc." comme si c'était une faveur alors que c'est une évidence.

    Maintenant, je suis en colère.


    (En tout cas maintenant j'ai trouvé le prénom de ma future fille hypothétique : Victoire.
    Parce que bon sang on aura dû en mener une sacrée bataille pour que je puisse être sa maman ! :cretin:)

    Spoiler!
    Sinon hier j'ai écouté la chanson L'air du vent dans Pocahontas et…

    Pour toi l'étranger ne porte le nom d'Homme
    Que s'il te ressemble et pense à ta façon
    Mais en marchant dans ses pas, tu te questionnes
    Es-tu sûr, au fond de toi, d'avoir raison ?

    Hey ça colle un peu à la situation quand même ! :cretin:
  3. _Fadette_Fadette

    Le 18 novembre 2012 à 21:02

    Posted by Aries
    (En tout cas maintenant j'ai trouvé le prénom de ma future fille hypothétique : Victoire.
    Parce que bon sang on aura dû en mener une sacrée bataille pour que je puisse être sa maman ! :cretin:)


    Tout ton message m'a énormément touché, mais alors là j'ai grave les yeux qui picotent :tears:
  4. SouiticSouitic

    Le 18 novembre 2012 à 21:23

    Je suis en couple avec une femme et je me sens stigmatisée.
    Il y a quelques mois, je ne me sentais pas homosexuelle.

    Je suis tombée amoureuse fin 2009, il s'est trouvé que c'était d'une fille et il se trouve que je suis toujours avec cette fille, que l'on vit ensemble depuis 2010, qu'on a adopté un chat et qu'on projette notre avenir ensemble.
    Je dis qu'il y a quelques mois je ne me sentais pas homosexuelle parce que finalement la seule chose qui avait concrètement changé dans ma vie (passé les moments de doute en mode WTF-comment-moi-groupie-de-tout-ce-qui-a-les-yeux-bleus-le-torse-musclé-et-une-barbe-de-trois-jours-j'ai-le-battant-qui-s'emballe-pour-une-FILLE?) c'est que je suis désormais en couple. Du reste, mon caractère, mon look, mes idées politiques, mes ambitions, rien n'a changé et je n'avais aucune envie de laisser une étiquette stupide redéfinir mon identité.
    Il n'y avait tellement rien de changé que mes envies bien tradi de me marier, fonder une famille, etc. se sont naturellement maintenues voire concrétisées puisque j'avais (et j'ai toujours) quelqu'un avec qui les envisager.


    Seulement voilà, depuis quelques semaines je me sens différente, discriminée et forcée à me définir en grande partie par ce mot que je déteste: homosexuelle. (Je précise que je déteste non pas le concept mais le terme, qui sert grossièrement à désigner une partie de la population dont la différence AMOUREUSE peut se voir, mais en aucun cas la sexualité qui reste toujours du domaine de la vie privée).
    Non pas parce que mon amour pour une femme me porte à un sentiment de fière revendication d'une différence dans mon mode de vie comme certains aiment à le penser (idée totalement absurde, mon amoureuse et moi-même sommes terriblement vieux-jeu et à des milliers de kilomètres d'une quelconque volonté exubérante de différence); mais parce que le débat sur le mariage ouvert aux homos et l'homoparenté dans son existence et dans sa forme m'y oblige.

    Je comprends qu'on ait des doutes. Je ne suis pas la personne la plus ouverte et la plus tolérante qui soit. J'ai parfois autant envie de soupirer quand j'entends parler des associations LGBT que quand j'entends parler Christine Boutin (ou Nadine Morano, qui a ma préférence en terme de mégalol). Je fantasmais allègrement sur les gays quand j'étais ado mais l'amour entre deux femmes me mettait mal à l'aise. Bref, je ne traiterai pas de fascistes ceux qui doutent, car j'ai douté.

    Simplement, j'ai douté dans mon for intérieur, sans pour autant que me vienne à l'esprit, l'idée de vouloir interdire à autrui ce qui ne m'est pas préjudiciable.
    Par ailleurs, douter c'est une chose, s'exprimer sur le débat du mariage et de l'adoption de la façon dont beaucoup s'expriment actuellement c'en est une autre.

    Je me sens discriminée par cette parole décomplexée qui fait si bon genre depuis quelques années. Cette idée qu'au nom de la liberté d'expression on peut tout dire et que les "bien-pensants" sont les véritables fascistes, d'infâmes militants d'une pensée unique modérée qu'ils voudraient imposer à tous. En 2012, avoir des propos mesurés, chercher à ne pas heurter, garder pour soi ce qui dépasse les limites, c'est has been.

    Zoophilie, pédophilie, inceste, folie, décadence, honte et j'en passe.

    Ce sont les extrémistes me dit-on. En 2012 il est admis que les extrémistes exagèrent et qu'il ne faut pas se sentir blessé par leurs propos. Chacun peut dire ce qu'il veut. Au nom de l'abus de liberté d'expression communément accepté des uns, je dois garder la souffrance que m'inspirent leurs injures pour moi. Soit.


    Vient ensuite le versant le plus sournois de la parole décomplexée. C'est la parole des forums, la parole des cafés et celle des commentaires sur des articles de presse en ligne. Ce sont tous ces gens qui ne voient pas pourquoi les homos veulent absolument le mariage. Ces gens qui ne comprennent pas pourquoi on ne pourrait pas seulement se contenter du PACS ou même d'une union civile qui apporteraient les mêmes droits.
    La raison pour laquelle je veux me MARIER, c'est parce que je ne vois pas en quoi tomber amoureuse d'une fille aurait changé mon identité au point de justifier qu'il me faille une catégorie juridique dérogatoire pour célébrer mon union amoureux et mon désir d'engagement matrimonial. Chaque personne qui remet en cause cette évidence au nom de sa liberté d'expression (tue un petit poney) me discrimine. Elle m'impose une identité différente de celle qui est la mienne.

    Je me sens discriminée quand les gens remettent en cause le projet parental que je construis petit à petit avec mon amoureuse du fait de notre orientation.
    Je souffre de voir que mon couple si sérieux et engagé sera toujours moins considéré sur ce plan que des couples d'amis hétéros pour qui la fidélité est une absurdité avant l'âge de 30 ans.

    Je souffre de ne plus pouvoir être moi, mais de devoir être "l'homo", celle qui s'en prend plein la gueule au détour d'un blog, d'un tweet, d'un journal, d'une réunion, d'une discussion, d'un discours. Et, à ce titre, je souffre que des milliers de personnes se prononcent librement et sans complexe (synonyme de sans modération donc) sur moi et mon avenir, sans me connaître.
  5. JasmaJasma

    Le 18 novembre 2012 à 21:31

    Posted by Little Alice
    Avec plaisir :) Ce qui me choque un peu dans le débat, c'est que j'ai l'impression que beaucoup de personnes ont une vision déformée de ce qu'est le mariage civil. Ca n'est pas un modèle universel, seulement une institution juridique, un contrat entre un homme et une femme désirant fonder une famille. La femme n'a pas le même statut que celui de l'homme dans cette institution. Dans le cas de l'union de deux personnes de même sexe, c'est un nouveau type de mariage qu'il faudrait créer, où les deux personnes auraient le même statut. Parce que quoi qu'on en dise, une famille homoparentale ne sera jamais une famille hétéroparentale (et ce n'est pas un problème hein!).


    Comme @October Rain, je veux bien que tu développes sur ce point. Non, en fait je vais directement te renvoyer au Code civil français, Titre V, et citer les articles 212 et 213 qui disposent :
    Les époux se doivent mutuellementrespect, fidélité, secours, assistance.
    Les époux assurent ensemblela direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l'éducation des enfants et préparent leur avenir.
    Tu ne trouveras nulle part que les époux n'ont pas le même statut, tout simplement parce que ce serait discriminatoire.
    Je serais tout de même curieuse de savoir d'où tu tiens cette (non-)information. Je pense que c'est toi qui a une vision déformée du mariage civil. Il ne s'agit pas de créer un nouveau type de mariage mais simplement de ne pas le restreindre à un homme et une femme. En gros, le mariage pour tous ne fera (je ne prends pas la peine de mettre du conditionnel) que proposer un cadre et une protection juridique à une situation qui existe déjà dans les faits : les couples et les parents homosexuels.


    :fleurs:
  6. October RainOctober Rain

    Le 18 novembre 2012 à 21:39

    Merci @Jasma. Je ne savais pas où aller chercher le renseignement (je suis perdue dès qu'il s'agit de droit) mais il me semblait bien que la loi elle-même n'était pas sexuée.
  7. JasmaJasma

    Le 18 novembre 2012 à 21:43

    De rien @October Rain, c'est toujours un plaisir de donner un cours de droit le dimanche soir ! J'aime me rendre compte que j'ai retenu des choses. :happy:
  8. MageriaMageria

    Le 19 novembre 2012 à 11:55

    Je trouve cela dommage que ça fasse autant de bruit (pour rien).
    Qu'on donne le droit à deux personnes du même sexe de se marier, en quoi cela regarde x et y que ces deux-là désirent se passer la bague au doigt?
    Avant, le mariage à l'église était une institution. Maintenant, celui fait à la mairie n'est là que pour une question de droits pour une bonne partie des gens alors en quoi le fait que ce soit deux personnes du même sexe changerait quelque chose?
    Que le mariage à l'église soit interdit, je peux le comprendre même si, pour moi, le mariage ne veut rien dire donc en soi, je m'en fiche.
    Mais de là à faire un tel pataquès non. Laisser donc les gens vivre leur vie. Tant qu'ils n'enfreignent pas les lois établies (avant qu'on vienne me parler de pédophilie ou autre sujet), laissons les vivre.

    Ou alors, si cela faire taire les gens parce que là, c'est juste le mot "mariage" qui pose problème je pense, qu'on utilise un autre terme avec les mêmes droits. Je suis sûre que ça passerait mieux même s'il est dommage d'en arriver là.
  9. FeiFei

    Le 19 novembre 2012 à 12:59

    J'ai transmis le lien de votre article à un ami, qui est très affecté par le débat en ce moment. J'espère que ça le soulagera un petit peu, et que l'apport de tous ces commentaires divers permettrons aux personnes de trouver le soutien dont elles ont besoin.
    Je suis consternée par le climat actuel et tout le débat autour du mariage homosexuel. Et voir l'effet que ça fait à mon entourage me révolte encore plus.

    J'ai hâte de voir l'article :coeurquibat: en attendant, continuons à nous battre pour l'égalité, et à soutenir ceux qui se prennent autant de mépris qu'ils ne méritent pas en pleine face.

    Amour et paix dans vos vies :free:
  10. Marie CannelleMarie Cannelle

    Le 19 novembre 2012 à 17:22

    Non mais de quel droit interdire quelque chose qui ne nous regarde pas !!!
    Pour moi c'est exactement comme être contre les mariages mixtes (blancs-noirs-asiatiques etc …)

    Personnellement je suis bisexuelle et quel que soit la personne avec qui je serais je veux avoir les mêmes droits.

    ça me rend malade de penser que seul le sexe de la personne avec qui je suis m’enlève ou me rajoute des droits !

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !