Que faire si vous êtes victime d’une agression dans les transports ?

Par  |  | 6 Commentaires

La journaliste Anaïs Condomines raconte sur Twitter l'atteinte sexuelle qu'un passager du métro lui a fait subir. Un véritable tuto pour agir en cas d'agression.

Que faire si vous êtes victime d’une agression dans les transports ?

Le harcèlement de rue ne s’arrête malheureusement pas à la porte du bus ou au tourniquet du métro.

Fin 2017, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) balançait des chiffres alarmants.
En deux ans, quelques 267 000 personnes ont rapportées être victimes d’agressions sexuelles dans les transports en commun.

Frottage, attouchements, exhibitions… Les actes commis sont variés et touchent des femmes dans 85 % des cas, les 18-21 ans étant les plus exposées.

À lire aussi : Une caméra cachée révèle la réaction du commun des mortels face à une agression dans le métro

De nouvelles formes d’agressions sont aussi apparues avec les smartphones.

L’upskirting désigne par exemple le fait de soulever la jupe de quelqu’un pour filmer en dessous.

La semaine dernière, la journaliste Anaïs Condomines a elle subi cette pratique qui consiste à imposer des images pornographiques à sa victime.

Suite à cette « incident », elle a partagé sur Twitter les bons comportements à adopter en cas d’agression dans le métro.

Agression sexuelle dans les transports : comment réagir ?

Les agents RATP ont indiqué précisément à la journaliste les réflexes pour qu’une agression ne reste pas impunie. 

Agression dans les transports : toujours porter plainte

Anaïs Condomines rappelle pour finir que porter plainte est TOUJOURS utile, qu’elle que soit la façon dont on a vécu l’agression.

Rapporter l’évènement permet de construire des statistiques fiables, mais aussi de potentiellement identifier l’agresseur et d’éviter qu’il récidive. 

Victime ou témoin d’une agression, tu as enfin la possibilité d’utiliser le numéro d’urgence des transports, 31 17 7 par SMS ou 3117 par téléphone.

Cette plateforme, créée il y a 20 ans par la SNCF, a été étendue à tout le réseau RATP et Transilien en mars 2017.

La dernière campagne d’affichage de la RATP contre les agressions sexistes invite d’ailleurs les usagers à utiliser ce numéro avec un mot d’ordre : « Ne minimisons jamais le harcèlement sexuel. »

À lire aussi : « Je viens de me battre contre un homme qui frappait sa copine », quand la peur change de camp

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Chess Fenrir
    Chess Fenrir, Le 23 mai 2018 à 20h11

    @Ezryth : Hello ! Je comprends tout à fait ton point de vue, et je le partage aussi quand même :)
    J'en ai discuté ensuite, j'y ait réfléchi aussi... C'est vrai que ma méthode coup de coude aurait pu se retourner contre moi, le mec aurait pu répliquer, aurait pu porter plainte... Mais sur le moment, entre la peur et la colère, je n'ai pas su réagir d'une autre manière. Et pourtant, j'ai essayé avant ! J'ai tenté de me dégager, j'ai parlé fort pour que d'autres personnes puissent comprendre que ce mec m'importunait (et je pense que s'il avait porté plainte, certaines personnes - j'espère - aurait pu soutenir ma version de l'histoire).
    Mais après, je suis toujours mal à l'aise : déjà de l'agression que j'ai subi, le fait de ne pas avoir eu la présence d'esprit sur le moment d'aller porter plainte/d'avertir le conducteur/de l'avoir pris en photo/etc etc etc... On ne sait jamais trop comment réagir face à ces situations malheureusement....
    Et si j'ai commencé les arts martiaux, c'est bien pour essayer d'apprendre à garder la tête froide (ce qui n'a pas marché à 100% ici), et de me défendre contre des agressions. Après, même si on est très entraînés, il y a effectivement toujours le risque de mal gérer son mouvement, et le Krav peut être effectivement très dangereux. On nous apprend toujours à essayer de gérer la situation et d'adapter la défense face à l'agression : clairement ça ne vaut pas le coup de tuer un mec "juste" pour une main sur les seins ou les fesses (même si j'en ai parfois trèèès envie !). Dans la situation présente, je savais qu'un seul petit coup sec pouvait faire l'affaire : je n'avais pas assez d'amplitude pour envoyer toute ma force, et ce n'était pas mon intention de toute manière. Mon idée était simplement qu'il me lâche et d'attirer son attention sur le fait que "non, je n'ai pas envie de me faire tripoter par un inconnu".
    Mais je suis totalement d'accord avec toi, ça aurait pu être dangereux, de plusieurs manières différentes :)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!