L’« affaire » Hollande-Julie Gayet : vivement le futur…

Closer a sorti hier soir sur le Web sa Une annonçant que François Hollande et l'actrice Julie Gayet entretiennent une relation. Au-delà de son aspect racoleur, qu'est-ce que ce « scoop » dit de notre époque ?

L’« affaire » Hollande-Julie Gayet : vivement le futur…

Closer a dévoilé hier sur Internet sa couverture du jour, qui annonce « L’AMOUR SECRET DU PRÉSIDENT », avec en arrière-plan des photos toutes mosaïquées et donc méconnaissables — ç’en est d’ailleurs risible, mais c’est le prix à payer pour sortir un tel « scoop », ma p’tite dame.

Oui, le voilà le scoop : un mec a un « amour secret » avec une autre femme que sa concubine. François Hollande n’est certes pas n’importe qui, mais on a du mal à voir où est le scoop dans la « révélation » de cette rumeur, qui semblait être un secret de polichinelle depuis plusieurs semaines, à en juger par les allusions bien reloues d’Antoine de Caunes, accompagnées des rires de Stéphane Guillon et du regard gêné de l’actrice au Grand Journal le 16 décembre. La séquence de la gêne se trouve à 14 minutes.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Sur son blog, Renaud Revel raconte que l’actrice est sortie furieuse de ce direct, insultant le présentateur et « lui jurant de ne plus jamais remettre les pieds sur son plateau ».

En mars 2013, Julie Gayet avait d’ailleurs porté plainte, tentant d’identifier les auteurs de rumeurs qui circulaient sur Internet, lui prêtant une relation avec le Président de la République.

Pas de « droit au respect de la vie privée » pour les puissants ?

Visiblement touché par la publication de ces photos volées par Closer, François Hollande a annoncé par communiqué qu’il « examine les suites judiciaires [et] déplore les atteintes au respect de la vie privée ». Le président a précisé qu’il s’exprimait « en son nom propre », mais peut-il se détacher ainsi de sa fonction ?

Par le passé, la presse française avait respecté le secret de la deuxième famille de François Mitterrand. Alors même que toutes les rédactions en avaient connaissance, personne n’a révélé au public l’existence de Mazarine. Mais il s’agissait aussi de préserver sa sécurité, alors que dans le cas de François Hollande, il s’agit uniquement d’une relation entre adultes consentants.

Avec la réactivité des réseaux sociaux, le secret serait aujourd’hui difficile à garder, dès lors que n’importe qui, équipé d’un smartphone, peut se transformer en paparazzi et en média grâce à son compte Twitter ou YouTube. De fait, même si la presse française s’accordait pour protéger le droit au respect de la vie privée du président, rien ne garantit que les « secrets » de ce genre ne seraient pas étalés sur Internet.

Sur le Huffington Post, Guy Birenbaum pointe justement l’évolution de la diffusion de l’information à l’ère des réseaux sociaux :

« L’époque où une vingtaine de journalistes parisien(ne)s « protégeaient », des années durant, la deuxième famille d’un président de la République est révolue. Avec Twitter, les secrets de François Mitterrand auraient tenu un mois; les « frasques » de Jacques Chirac pas plus de trois semaines… C’est un constat, pas un cri de joie.

La vie publique et la vie privée 2.0 n’ont plus rien à voir avec celle(s) du siècle dernier; les frontières se sont totalement modifiées, ouvertes plutôt, modifiant fortement, violemment les rapports de forces. »

Erwann Gaucher, journaliste et fin observateur des médias sur son blog, pointe également l’hypocrisie des rédactions, et ironise sur le mépris de la presse papier vis-à-vis des sites d’information sur Internet et des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information : L’info sur internet et les réseaux sociaux, c’est vraiment n’importe quoi.

Et ces réseaux sociaux servent depuis ce matin à relayer les avis des uns et des autres sur cette fameuse « affaire Gayet». Politiques, peoples ou anonymes, chacun y va de son commentaire.

De notre côté, on considère que cette affaire n’a strictement rien à faire sur la place publique, mais qu’effectivement, les temps ont changé ma bonne dame. Entre temps, Nicolas Sarkozy est passé par là avec la médiatisation à outrance de sa vie privée, changeant le statut de la vie privée des futurs présidents.

La preuve avec cette affaire. À bien y réfléchir, Closer vient peut-être de faire péter une nouvelle digue : à quand les blogs de quartier, tenus par les voyeurs du coin, qui répertorieront les affaires de baises illégitimes du voisinage ?

Comme dit Navo sur Twitter, vivement le futur…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 69 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sir S.
    Sir S., Le 14 janvier 2014 à 23h18

    Quand la vie privée interfère dans le public : http://lci.tf1.fr/culture/gayet-nommee-au-jury-de-la-villa-medicis-par-filippetti-8347957.html

    Aberrant. :facepalm:

Lire l'intégralité des 69 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)