AdBlock : si vous aimez madmoiZelle, désactivez-le ! (màj)

AdBlock est un petit logiciel qui permet de masquer les publicités sur le Web. Fab vous explique concrètement ses conséquences économiques sur les éditeurs de sites Internet — et sur madmoiZelle.

AdBlock : si vous aimez madmoiZelle, désactivez-le ! (màj)
Juste une précision : loin de moi l’idée de tenter de vous culpabiliser avec ce texte, simplement de vous informer avec le plus de transparence possible des conséquences d’AdBlock sur notre petite économie.

Publié initialement le 6 août 2014,
remis à jour le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 — Si vous ne comptez pas désactiver AdBlock sur madmoiZelle — pour des raisons que je respecte grandement — et que vous souhaitez malgré tout contribuer à notre développement économique, vous pouvez désormais nous envoyer des sous en cliquant sur ce lien, que vous pourrez retrouver en bas de chaque article :

Cet article t’a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !


Le 3 janvier 2016 —
Un an et demi après la première édition de cet article, la situation a bien entendu beaucoup évolué sur le marché de l’adblock. Le rapport Pagefair 2015 recensait en août dernier près de 200 millions d’utilisateurs et estimait le manque-à-gagner des éditeurs dans le monde à environ 22 milliards de dollars.

Ces chiffres astronomiques ne sont pas réellement significatifs à l’échelle d’une PME comme madmoiZelle. Donc on a avancé activement sur le sujet depuis un an et demi.

Entre 35 et 40% d’adblockers chez madmoiZelle

  • Après avoir installé un script Pagefair sur le site il y a quelques mois, nous savons aujourd’hui qu’il y a chaque jour entre 35 et 40% de notre audience qui navigue sur madmoiZelle avec un bloqueur de pubs.
  • Ces 35% sont bien au-dessus du taux de pénétration français annoncé par Pagefair dans son rapport annuel, estimé à 10%. J’explique ceci par le fait que les madmoiZelles sont jeunes, plutôt au courant de ce qu’il se passe sur le marché pub, et surtout vous avez été élevées au marketing depuis le plus jeune âge — il suffit de voir à quel point ce sujet vous a passionné lors de sa publication l’année passée !
  • Ces 35% sont cohérents avec une enquête menée à la rentrée à propos de notre modèle économique. Vous avez été un peu plus de 2 000 à répondre en quelques jours et vous étiez 34% à nous dire que vous utilisiez un adblocker, 33% à nous affirmer que vous n’utilisez pas de bloqueur et 33% à nous dire « Oui mais pas sur madmoiZelle ». Comme quoi cet article a certainement eu de l’effet sur vous, et je vous en remercie du fond du coeur… parce que la perspective d’avoir les 2/3 de notre audience sur Adblock fait un peu froid dans le dos, à vrai dire.

Face à cette progression exponentielle, le marché pub a ENFIN réagi : l’Internet Advertising Bureau, l’instance mondiale qui donne le « la » du marché publicitaire en ligne, a publié en octobre dernier une longue tribune démarrant par « We messed up »on a déconné »).

Le marché publicitaire admet avoir « déconné »

Scott Cunningham, patron des aspects technologiques de l’IAB, y explique que le modèle publicitaire actuel a complètement oublié l’utilisateur final (qui n’est autre que le client des annonceurs) et son expérience sur le Web, tout en contribuant au ralentissement de l’internet et à « l’usure des batteries ».

« Avec le recul, nos petites économies chèrement gagnées nous ont peut-être coûté une fortune en loyauté de nos clients. »

Il y explique aussi qu’il est temps pour la pub de revenir à des basiques pour la publicité, notamment qu’elles soient légères et « non-invasives ». À suivre, donc, dans les mois à venir : ça va être intéressant de voir si le marché pub suit ces prérogatives.

De notre côté, nous avons depuis l’année passée et la création de notre régie pub tenté d’imposer sur madmoiZelle et aux yeux de nos annonceurs un nouveau modèle : le native advertising, ou « contenu sponsorisé ». La rédac est fortement prescriptrice au niveau des annonceurs et valide systématiquement en amont toutes les opés sponsorisées.

Nos lectrices aiment nos contenus sponsorisés (et c’est cool)

Les retours sont excellents, comme le montrent les résultats de notre enquête, puisqu’à la question « À propos de nos articles sponsorisés, tu dirais », vous répondez :

  • Oui à 82% à « Ils sont clairement indiqués en tant qu’article sponsorisé »
  • Oui à 81% à « Je les trouve plus intéressants que de la pub classique »
  • Non à 80% à « Je trouve qu’on cherche trop à me vendre quelque chose »
  • Oui à 92% à « J’ai confiance dans l’éthique de la rédaction pour choisir de chouettes opés sponsos »
  • Oui à 64% « Je me laisse séduire par le contenu (et le produit) qu’ils proposent »

L’avénement des adblocks oblige depuis quelques mois toute l’industrie à bouger — que ce soit du côté des éditeurs ou du marché publicitaire — et ceux qui ne bougeront pas assez vite risquent de payer le prix fort. La presse numérique vient par exemple de lancer le site Jaimelinfo.fr, qui permet à 170 sites de récolter des dons de la part de ses lecteurs.

Il faut bouger !

Chez madmoiZelle, on a donc décidé de tester des trucs, des moyens alternatifs à la publicité pour gagner des sous… et pour commencer, vous pourrez donc dans les jours à venir participer financièrement à l’évolution de madmoiZelle. Le projet est plus détaillé dans ce post, en attendant que le système voit vraiment le jour.

Ceci permettra notamment à celles d’entre vous qui ne souhaitent pas enlever leur bloqueur, mais qui préféreraient donner des vrais sous à madmoiZelle plutôt que de regarder de la pub, de pouvoir le faire !

N’hésitez pas à désactiver votre adblock sur madmoiZelle !

Pour les autres, et pour toutes celles et ceux d’entre vous qui utilisent des bloqueurs de pubs, n’hésitez pas à le désactiver : je vous explique plus longuement pourquoi ci-dessous, dans mon article initial daté d’août 2014.

Le 6 août 2014 — AdBlock est une extension de navigateur qui permet, comme son nom l’indique, de bloquer les publicités sur le Web. Elle a été téléchargée plus de 200 millions de fois et compte en France plus de 5 millions d’utilisateurs actifs — 200 millions dans le monde.

Derrière leur idéologie d’anti-pubs (« nous sauvons l’âme d’Internet »), qui est compréhensible et bien sûr défendable à de nombreux points de vue, l’utilisation d’AdBlock a des conséquences économiques qu’il faut avoir en tête, en tant qu’internaute.

Selon un test effectué il y a quelques mois, les lectrices et lecteurs de madmoiZelle qui utilisent AdBlock sont de l’ordre de 15 à 20%. C’était beaucoup à mes yeux, jusqu’à ce que j’apprenne que sur certains sites hi-tech ou de jeux vidéo, cette part montait à 45-50% des internautes.

adblock-evolutionLes adblockers explosent littéralement depuis deux ans
(source LaRéclame, dans son article très intéressant si vous voulez en savoir plus sur les implications)

Vu la croissance d’AdBlock ces derniers mois, je me dis qu’il n’y a aucune raison pour qu’on n’y arrive pas sur madmoiZelle à plus ou moins long terme — màj de novembre 2014 : pour vous donner un exemple, on vient de passer en quelques mois de 15% d’utilisateurs d’Adblock à près de 30%.

Ajoutez à cela l’indépendance commerciale que nous venons d’acquérir depuis début novembre (et les risques qu’elle comporte pour cette entreprise), je me suis dit qu’il était temps que je me fende d’un post pour vous expliquer les conséquences d’AdBlock sur l’économie de madmoiZelle !

madmoiZelle est un magazine gratuit, qui emploie aujourd’hui 12 salarié-e-s, qui a des bureaux, des frais de fonctionnement, bref un budget annuel qui est financé par les revenus que le magazine nous apporte.

Aujourd’hui, la quasi-intégralité de ces revenus provient de la publicité, par de nombreux canaux divers et variés, que ce soit via la pub « classique » dans la sidebar de madmoiZelle, avant nos vidéos, sur YouTube ou encore via notre rubrique Shopping ou nos articles « sponsorisés ».

Comment est-ce que madmoiZelle gagne des sous ?

Comme je l’avais expliqué dans cette vidéo, le mode de rémunération le plus fructueux pour les sites internet est le CPM, qui consiste à être payé en fonction des pubs affichées sur nos pages. Le CPM est opposé au CPC, qui nécessite une action de l’internaute (un clic) pour que le site éditeur soit payé.

En gros, plus vous affichez de publicités au fil de vos lectures sur madmoiZelle, plus vous nous permettez de nous rémunérer.

Il faut savoir que je réinvestis la grande majorité de cet argent dans madmoiZelle, afin de permettre au projet de grandir. C’est une possibilité qui m’est offerte en tant qu’actionnaire majoritaire de ma petite entreprise, et tant que ce sera le cas, je continuerai dans cette voie.

À chaque fois que vous vous baladez sur madmoiZelle avec AdBlock activé, il faut savoir que vous nous privez d’une partie de ces sous, qui nous permettraient — éventuellement – de créer de nouvelles rubriques.

Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock sur le site !

Le principe est donc simple : si vous avez AdBlock et que vous aimez madmoiZelle, si vous voulez soutenir notre projet, la meilleure façon de l’aider est de désactiver AdBlock sur madmoiZelle. « Subissez » nos pubs tout en vous disant que vous contribuez à faire grandir le projet.

Pour cela, il suffit de deux clics : un premier sur l’icône, puis sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine ».

Et une fois que vous l’avez fait pour le magazine,
vous pouvez le refaire pour le forum !

Notons qu’il est possible, pour un site, de demander à AdBlock d’être sur « liste blanche », mais les critères d’acceptation sont tellement drastiques (des pubs sans animations, avec uniquement du texte…) qu’ils me semblent à des années-lumière des demandes actuelles des annonceurs.

Il faut signaler enfin qu’AdBlock a été récemment attaqué en justice en Allemagne par de grands groupes média pour concurrence déloyale.

Bientôt une alternative ?

Pour info, je réfléchis actuellement à une solution alternative, qui consisterait à vous proposer le paiement d’un abonnement mensuel / annuel en échange d’un service simple : vous cacher les pubs sur madmoiZelle. Je ne l’envisage pas comme du crowdfundingcomme l’année passée, mais comme un service qui vous serait offert en l’échange de quelques euros si l’affichage des pubs vous gonfle.

Je n’en sais pas encore plus, mais je vous tiendrai bien sûr informé-e-s dès que possible.

Enfin, de mon côté, sachez que je suis plus que jamais à l’écoute de vos suggestions concernant la publicité, notamment à travers ce topic dédié à la pub sur madmoiZelle, mon objectif restant toujours de vous proposer un magazine de la meilleure qualité possible tout en permettant au projet de continuer à grandir.

Merci pour votre attention et bonnes vacances à celles et ceux d’entre vous qui ont la chance de partir dans les jours à venir !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 141 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • BruteEpaisse
    BruteEpaisse, Le 22 septembre 2016 à 14h55

    En rapport avec le mouvement #onvautmieuxqueça sur Twitter, des témoignages d'anciennes rédactrices apparaissent pour dénoncer les méthodes de management et de rémunération des rédactrices de Madmoizelle (entre autres problèmes dailleurs).
    Pour le moment difficile de juger de la véracité de ces infos, aussi j'aimerais savoir si la desactivation d'Adblock est demandée dans le but de payer correctement ces rédactrices ainsi que leurs charges plutôt que les obliger à se mettre en autoentrepreneuse.
    Le sujet me paraît bien grave et si la moitié de ces témoignages, qui parlent également de comportements digne d'un patron fort médiocre et mesquin, sont vrais, je ne verrai plus jamais ce site de la même façon.
    Étant donné que ces témoignages parlent de pression pour ne pas dévoiler des faits peu reluisant, je ne sais pas si les rédactrices actuelles ont les moyens de nous assurer en toute bonne foi que ces choses sont fausses.
    J'espère que c'est un complot. Parce que vraiment ça fait très mal au coeur tout ça.

Lire l'intégralité des 141 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)