#1in10 : une femme sur dix souffre d’endométriose, Internet se mobilise

Une femme sur 10 est atteinte d'endométriose. Pour en parler, le hashtag #1in10 s'élève sur les réseaux depuis le 1er mars, premier jour du mois de sensibilisation à l'endométriose.

1n10-une-femme-sur-dix-endometriose
Journée mondiale contre l'endométriose

Le samedi 24 mars c’est la journée internationale de sensibilisation et d’information sur l’endométriose.

Une grande marche est organisée dans les grandes villes du monde entier.

Plus d’infos sur Endomarch France et Endomarch.org pour celles et ceux qui ne sont pas en France et mais qui voudraient soutenir la cause.

L’endométriose, c’est une maladie qui a été maintes fois abordée sur madmoiZelle.com. Sauf que l’ignorance autour de cette pathologie continue d’handicaper le quotidien de nombreuses personnes.

Nombreuses, oui, puisqu’une femme sur dix est atteinte d’endométriose, et l’ignore parfois.

À lire aussi : Je souffre d’endométriose, et non, ce n’est pas « normal » d’avoir aussi mal pendant les règles

Avec le hashtag #1in10, les #endogirls veulent donner une visibilité supplémentaire à l’endométriose sur Internet et sur les réseaux sociaux.

Oui, ça fait beaucoup de hasthag, mais pas de panique, je vous explique.

Les #endogirls, ou #endowarrior sont les personnes atteintes d’endométriose sur les réseaux sociaux.

Il s’agit souvent de femmes, mais plus globalement de tout individu qui a des règles.

Quant au hashtag #1in10, il traduit cette statistique qu’1 femme sur 10 se trouve touchée par l’endométriose.

À l’heure où j’écris ces lignes, #1in10 fait l’objet de 11 846 publications sur Instagram.

Il pullule sur les timelines depuis le 1er mars, premier jour du mois de sensibilisation à l’endométriose (EndoMarch), et à quelques jours du début de la semaine européenne d’information et de prévention de la pathologie.

In honour of Endometriosis Awareness Month, Dr Kathleen Mahannah ND speaks up ? #1in10 #endometriosis #adenomyosis #adenomyosisawareness #naturopathicmedicine #restoreyourhealth #Repost @dr.kathleenmahannah ・・・ 1 in 10 women suffer from endometriosis, which is a chronic, painful, often debilitating condition. Endometriosis occurs when uterine lining cells (or very similar cells) are located not just within the uterus, but displaced elsewhere in the abdominal cavity, lining the bowels, ovaries or other locations in the body. As a result, these cells respond to hormone signals and cause inflammation and pain (to summarize very broadly.) . Do you know what it feels like to have menstrual cramps? Can you imagine experiencing crippling pelvic pain sometimes every single day of the month? Not to mention bowel cramping, pain during intimacy, fatigue, or going to the bathroom, to name a few other symptoms associated with endo. . Now, can you imagine if your doctors dismissed your concerns, or if it took you years to get a proper diagnosis, or if adequate treatment wasn’t easily offered in your region of the country or world… this is often the case with this under-diagnosed and misunderstood condition. . In my practice as a Naturopathic Physician, I treat mostly women, many of whom have or will be diagnosed with endometriosis. Statistically, 1 in 10. I listen when my patients tell me about the pain they are chronically suffering from, and support them through the process of advocating for proper medical diagnosis and care. I provide natural treatments to ease discomfort, support hormones and reduce inflammation, and educate around dietary modifications that can help this condition. . This month is endometriosis awareness month. In support of this, I’ll be writing about how this condition can be supported using natural medicine. Who do you know that suffers from endo? #1in10 ?

A post shared by Restoration Health Clinic (@restorationclinic) on

Au fil des publication, je découvre que les femmes peuvent être une #1in10, vos épouses aussi, vos filles, vos sœurs et vos amies peuvent être des #1in10.

#1in10 : utiliser les réseaux sociaux

Emma, parisienne, a rejoint l’initiative. Sur son post #1in10, elle raconte ressentir des douleurs pendant ses règles depuis quatre ans, mais n’a obtenu son diagnostic qu’en novembre 2017.

Je suis atteinte d'Endométriose. Et parce que chaque jour c'est compliqué, et qu'il n'y a pas un jour sans que j'en souffre. Parce que, pour exemple, depuis hier 16h j'ai des douleurs atroces dans le dos et à mon ovaire droit, je suis clouée au lit. Parce que je dors tout le temps, en moyenne 11h par nuit et que je passe souvent pour une feignasse qui se plaint. Parce que c'est des douleurs qui irradient du ventre vers le dos et le haut des cuisses. Des fois j'en tremble. Des fois j'arrive pas à marcher correctement. Des fois j'ai l'impression que je vais tomber dans les pommes ou vomir. Parce que j'ai mal. Tout le temps. Parce que pour "calmer" les douleurs il faut reprendre un traitement hormonal (alors que j'avais décidé ya 3 ans d'arrêter…). Et quand j'ai des grosses crises je prends des médicaments à l'opium qui me shoot. Parce que cette maladie est incomprise. Et qu'elle ne dort jamais. Parce que moi, comparée a d'autres, mes symptômes semblent presque gentils… Parce que comme beaucoup de femmes atteintes, j'interiorise et je me tais. Et parce que j'en ai marre… Aujourd'hui je rejoins le mouvement #1in10 (comprendre 1 femme sur 10) pour faire parler de cette maladie trop peu connue, et je me permets de vous demander humblement de vous renseigner un peu, pour comprendre et pour en parler autour de vous. Pour celleux que ca intéressent : Le mois de mars est le mois de sensibilisation a l'endomètriose. Du 5 au 11 mars c'est la semaine européenne de prévention et d'information sur l'endo. Et enfin, le samedi 24 mars il y a l'Endomarch, la marche internationale pour l'endometriose. Plus on en parle, plus on avance ! Du fond du coeur, merci ?? #endometriose #endogirl @theendo.co

A post shared by Emma | Parisienne (@jum.ie) on

Elle a répondu à quelques unes de mes questions et m’explique avoir découvert #1in10 dans fil d’actu Instagram. Elle a voulu marquer le coup à son tour pour  le premier jour d’EndoMarch. Elle m’écrit :

« Plus on en parle, plus on avance. J’ai un trio d’amies qui souffrent lors des règles et qui pensent que c’est normal… Il faut en parler, dès le collège. »

Et les réseaux sociaux servent aussi à cela : à diffuser des histoires à une audience la plus large possible qui ne serait pas au courant de l’existence de la pathologie.

C’est ce que pense Emma :

« Ce genre de campagne fonctionne parce que ça fait *tilt* dans la tête des gens. J’ai reçu plein de messages après ce post, dont celui d’une personne qui m’a confié n’avoir jamais entendu parlé de l’endométriose alors qu’elle a plusieurs symptômes… Elle compte aller voir un spécialiste pour en savoir plus. »

À lire aussi : Où s’informer sur l’endométriose ?

Si un simple hashtag peut libérer la parole sur une maladie méconnue, il est capable aussi d’attirer la curiosité et de pousser les gens à se renseigner. Et c’est déjà pas mal.

Le 24 mars prochain aura lieu la Marche Mondiale de lutte contre l’endométriose. Clique ici, si ça tu veux en savoir plus !

À lire aussi : Face à l’endométriose, nous nous battons sur le Web

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!