Live now
Live now
Masquer
slumdog-millionaire-critique
Cinéma

Slumdog Millionaire passe ce soir sur NRJ12 !

Slumdog Millionaire l’histoire de cet orphelin indien des bidonvilles qui trouve toutes les réponses du jeu Qui veut gagner des millions ?, passe ce soir sur NRJ 12.

Article initialement publié le 18 janvier 2009 – 

Slumdog Millionaire, sorti en 2009, est une adaptation d’un livre de Vikas Swarup. Je ne l’ai pas lu et il s’intitule longuement : Les Fabuleuses Aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire (2007). Si tu as réussi à tout lire sans respirer, félicitations. Sinon, je vais te parler du film : ça suffit les détours !

Slumdog Millionaire, ça parle de quoi ?

SLUMDOG MILLIONAIRE - Trailer

Slumdog Millionaire, c’est la vie d’un gamin indien des bidonvilles de Bombay qui défile sous nos yeux. Vite orphelins, livrés à eux-mêmes avec son frère Salim, ils grandissent à la faveur de la saleté, allant de manche en manche.

À l’aube du vagabondage, ils cheminent comme ils peuvent, et Jamal, va-nu-pieds, applique ses pas à rechercher son amour perdu : Latika.

Issus des mêmes galères, les deux enfants ne cessent d’être séparés pour mieux se retrouver. Jusqu’à ce que leurs retrouvailles deviennent de plus en plus périlleuses.

À lire aussi : Le syndrome de l’Inde, cet étrange pétage de plombs qui peut vous arriver

Jusqu’au jour où Jamal, dix-huit ans à peine, devenu serveur dans un centre d’appel de la capitale, est sélectionné pour participer à Qui veut gagner des millions ?

Et là, miracle, tout se bouscule, il gravit les échelons et répond correctement à toutes les questions. Plutôt étrange, pour un gamin des bidonvilles, n’est-ce pas ?

La police se met alors sur le coup et l’accuse de tentative de fraude. Suspense, suspense, je n’en dis pas plus.

Slumdog Millionaire, un film en trois dimensions qui ne manque pas d’animation

Loin d’une narration linéaire, les scènes se déroulent en parallèle des unes des autres en se complétant : les souvenirs de Jamal, sa captivité au commissariat et son passage sur le plateau télé.

On pourrait croire qu’il est facile de se perdre dans cette histoire labyrinthique, mais non.

Au contraire, le scénario est limpide, fluide. On ne voit pas le temps s’échapper.

Suspense et suspension. Que va-t-il se passer ensuite ? Imprévisible, le film nous mène de surprise en surprise.

Il faut dire que Danny Boyle a plus d’un tour dans son sac : s’il lui faut montrer la crasse, il la montrera.

S’il veut nous révolter, il en est capable.

S’il veut provoquer de la compassion chez son public, il ne se réfrène pas et met en scène l’inacceptable immoralité régissant ce monde qui n’est pas le notre, le monde de la rue et de ses magouilles.

Jamal Malik (Dev Patel) face à Prem Kumar (Anil Kapoor) dans la version indienne de Qui veut gagner des millions ?

Une sournoise critique cachée sous la poussière des bidonvilles

Malgré les apparences, ce film balance sévère. Les puissants profitent des plus faibles, oui, mais pas que.

En deux heures de pellicule, se forme un étourdissant tourbillon, transportant des portraits minutieux de la société contemporaine, de ses vices et de ses inepties.

À lire aussi : Carte postale d’Inde

En toile de fond, c’est la mondialisation de la torture (à plusieurs échelles d’ailleurs), la colonisation moderne sous couvert de la « culture » (Qui veut gagner des millions, ne serait-ce là un jeu d’argent et de paillettes typiquement occidental par hasard ?).

C’est la prolifération des bâtiments qui grattent le ciel.

L’invasion touristique n’échappe pas non plus au référencement (et les scènes découlant de l’arrivée des deux frangins au Taj Mahal sont tout bonnement excellentes).

Quand à l’esclavagisme sexuel, il est aussi porté à l’écran. Rien ne nous est épargné.

À lire aussi : « La Saison des femmes » dénonce la condition féminine en Inde

Pourtant, jamais le spectateur ne pense : « C’est un film engagé ». Car ces petites piques que Danny Boyle a bien cachées, elles ne sont pas aussi piquantes qu’il n’y paraît.

Au final, il reste en nous une impression de film dur, réaliste mais beau tout de même.

Les couleurs sont belles, les acteurs sont sublimés et il ne faut pas oublier que notre héros est en passe de gagner des millions et d’entrer ainsi dans l’histoire. Alors, la pilule passe mieux, grâce à cet enrobage acidulé.

Et comment oublier Jai Ho, chanson phare du film ?

A.R. Rahman, The Pussycat Dolls - Jai Ho (You Are My Destiny) ft. Nicole Scherzinger

À lire aussi : Yesterday, le film qui chante les Beatles avec… Ed Sheeran !

Les Commentaires
26

Avatar de Pipistrelle.
18 février 2009 à 17h44
Pipistrelle.
Je suis allée le voir hier soir, ce film est remarquable et je crois qu'on ne peut pas en parler sans évoquer la B.O composée par A.R. Rahman. J'envisage même de l'intégrer au club très select de mes films préférés.
0
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Cinéma

jessica chastain iran
Pop culture

Pour Jessica Chastain, les médias US taisent la révolte iranienne car elle est menée par des femmes

Maya Boukella

06 fév 2023

titanic fin 2
Pop culture

Dans Titanic, « un seul pouvait survivre » : James Cameron le prouve avec une étude scientifique

Maya Boukella

05 fév 2023

9
aftersun 1
Pop culture

Charlotte Wells : « avec Aftersun, je voulais dépeindre la dépression de manière authentique, désordonnée, compliquée »

Maya Boukella

04 fév 2023

films famille
Cinéma

4 films à regarder en famille

Maya Boukella

03 fév 2023

1
PR_V
Pop culture

Un petit frère : rencontre avec Léonor Serraille, la réalisatrice qui filme ceux qu’on ne voit jamais au cinéma

Maya Boukella

01 fév 2023

disney +
Pop culture

Les 8 meilleurs films à voir sur Disney+

Maya Boukella

29 jan 2023

jared-leto-et-la-methode
Cinéma

Le « Method Acting » des comédiens n’excuse pas le fait d’être un gros con, et ça commence à se savoir

Kalindi Ramphul

28 jan 2023

21
aftersun
Pop culture

Une bande-annonce magnifique et intrigante pour Aftersun de Charlotte Wells avec Paul Mescal

Maya Boukella

27 jan 2023

1
the whale
Cinéma

The Whale : Darren Aronofsky répond que les accusations de grossophobie n’ont « aucun sens »

Maya Boukella

26 jan 2023

14
everything leonine
Cinéma

Aux Oscars, aucune femme nominée dans la catégorie meilleure réalisation

Maya Boukella

25 jan 2023

10

La pop culture s'écrit au féminin