Live now
Live now
Masquer
saison-des-femmes-critique
Actu mondiale

« La Saison des femmes » dénonce la condition féminine en Inde

25 avr 2016
La Saison des femmes vous embarque dans un voyage dans des contrées inconnues pour mettre en lumière la condition féminine dans la province indienne.

Le dernier film à voir tourné par une femme, traitant des femmes avec des femmes et pour les femmes s’intitule La Saison des femmes. Il a été réalisé par Leena Yudav et vient de sortir en salles le 20 avril.

Et même s’il s’agit d’un film indien, on est très loin d’un Bollywood… non, on est plutôt dans un cinéma plus indépendant, tout en authenticité.

À lire aussi : Le syndrome de l’Inde, cet étrange pétage de plombs qui peut vous arriver

La Saison des femmes, bande annonce, sortie le 20 avril 2016

De quoi ça parle ?

Tout se déroule en Inde, dans l’État du Gujarat, l’un des plus prospères du pays. Cela n’empêche pas les petits villages de rester toujours très conservateurs et traditionnels dans leurs modes de vie sous le joug du patriarcat masculin et d’un conseil d’anciens.

big-vie-femmes-inde

Même si on reste dans des caricatures, les conditions de ces femmes demeurent trop peu dépeintes dans le cinéma pour passer à côté.

L’histoire s’articule autour de quatre femmes très différentes mais pourtant dans des positions assez similaires. Même si on reste dans les statuts un peu clichés de femme battue (Lajjo), de prostituée (Bijli), de veuve esseulée (Rani) et d’adolescente mariée de force (Janaki), ces conditions demeurent trop peu dépeintes dans le cinéma pour passer à côté.

Pendant quelques jours, on va entrer dans leur quotidien et enrager face à tant d’injustice. Il faut dire qu’elles en subissent beaucoup, et qu’elles ne peuvent pas se révolter, alors en quelque sorte, on se révolte à leur place.

saison-des-femmes-critique4

L’émancipation des femmes

Les films autour de l’émancipation des femmes dans des pays non-occidentaux, où leurs libertés sont encore plus limitées, commencent à se multiplier.

Les films autour de l’émancipation des femmes dans des pays non-occidentaux, où leurs libertés sont encore plus limitées que chez nous, commencent à se multiplier.

L’an dernier, le César était revenu à une co-production franco-turque intitulée Mustang sur le mariage forcé en Turquie, mais un autre long-métrage sur la prostitution au Maroc, titré Much Loved, avait également bien fait parler de lui…

Le point commun des personnages de ces films ? Malgré des vies difficiles, avec des affrontements quotidiens, ces femmes arrivent toujours à rire et à rester optimistes.

saison-des-femmes-critique3

C’est également le cas dans La Saison des femmes où le sens de la générosité et du partage font vraiment plaisir à voir. Parallèlement, les personnages recherchent un bonheur oublié. Oublié, car leurs normes sociétales ont un peu effacé leur bonheur et qu’elles croient au début ne pas y avoir droit.

À lire aussi : Carte postale d’Inde

Si elles ne peuvent pas compter sur les hommes de leurs vies, ce qui est certain, c’est qu’elles peuvent compter les unes sur les autres. Chacune comprend profondément ce que traverse l’autre, car elles subissent toute une forme d’exclusion. Et je peux vous dire que les actrices incarnent à merveille ces portraits.

Une misogynie ancrée dans les mœurs

Ironiquement, le film montre un aspect assez troublant de l’époque actuelle. Ce sont les jeunes hommes de la nouvelle génération qui manifestent le plus de rejet à l’égard des femmes.

En fait, ce n’est pas étonnant que ce soit eux qui expriment le plus de violence à l’idée d’un changement, car le village les traite comme des rois, et ils sont donc persuadés d’être à leur place légitime.

À lire aussi : #TwitterAgainstWomen, pour lutter contre la misogynie sur Twitter

saison-des-femmes-critique2

Mais oui, ce sont eux qui résistent le plus à la modernisation, alors que dans La Saison des femmes, certains essayent d’apporter un peu du nouveau monde au village par des échanges commerciaux, et même la télévision.

Malgré les efforts de quelques esprits qui sortent du lot, les conservateurs prennent toujours le dessus dans ces provinces indiennes éloignées des mégalopoles.

À lire aussi : « WOMAN », la série documentaire qui annonce la révolution féminine

Cela dit, le film reste optimiste car il montre des portraits de femmes qui ne se laissent pas abattre par cet état de faits et qui vont essayer d’y échapper.

En tout cas, pour se sensibiliser encore plus à la condition féminine actuelle, La Saison des femmes est à voir au cinéma (mais sûrement pas pour très longtemps) !

Les Commentaires
1

Avatar de Lyah92
25 avril 2016 à 15h11
Lyah92
Il y a l'actrice qui joue dans Rendez-vous à Brick Lane, super film aussi au passage !
En tout cas il donne envie de le voir, par rapport au sujet du film mais aussi pour les décors, paysages et traditions/coutumes vestimentaires Gujarati que je trouve magnifique uppyeyes:
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Actu mondiale

solen-feyissa-UWVJaDvXW_c-unsplash
Société

Comment Google ralentit l’accès à l’IVG aux États-Unis

Elisa Covo

07 fév 2023

Lifestyle

5 conseils pour une Saint-Valentin sous le signe de l’amour de soi

Humanoid Native
GGNZ_Swearing_of_new_Cabinet_-_Jacinda_Ardern_2
Actu mondiale

Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise, démissionne, à la stupeur générale

Anthony Vincent

19 jan 2023

5
trans rights terfs fuck off flickr mat hrkac
Actu mondiale

Pourquoi une loi pour les personnes trans en Écosse a été retoquée par le Royaume-Uni

Maëlle Le Corre

17 jan 2023

Un drapeau chinois qui flotte au vent © glaborde7 de la part de pixabay via Canva
Actu mondiale

En Chine, la population décroit pour la première fois en 60 ans

Anthony Vincent

17 jan 2023

Femme dépitée
Psychologie

Le Blue Monday, le jour le plus déprimant du monde, n’existe pas

Emilie Laystary

16 jan 2023

25
Le footballeur français Benjamin Mendy a été reconnu non-coupable de six viols
Actu mondiale

Le footballeur français Benjamin Mendy reconnu non-coupable de six viols

Anthony Vincent

13 jan 2023

11
lisa marie presley
Pop culture

Lisa Marie Presley, fille unique du King est morte à 54 ans

Maya Boukella

13 jan 2023

libraire jaredd craig unsplash
Actu mondiale

Filippo Bernardini, l’éditeur qui volait des livres très attendus avant leur publication

Maya Boukella

10 jan 2023

Le palais de Westminster, chambre des députés britanniques © NenonJellyfish de la part de Getty Images Signature
Actu mondiale

Sept députées dénoncent le sexisme toxique au Parlement britannique

Anthony Vincent

10 jan 2023

golden-globes-2021
Pop culture

Enlisés dans les scandales, les Golden Globes misent sur des mesures inclusives (et des stars) en 2023

Maya Boukella

09 jan 2023

La société s'écrit au féminin