Je suis écolo, mes parents non, et c’est l’enfer !

À 14 ans, Raphaëlle a eu un réveil écologique. Depuis, elle a changé ses habitudes pour diminuer son impact négatif sur la planète... sauf que ses parents sont loin de la soutenir.

Je suis écolo, mes parents non, et c’est l’enfer !©Markus Spiske/Unsplash

Je suis fille unique, écolo, et seule contre ma mère et mon père qui sont bien loin de me soutenir.

Ma prise de conscience écologique

Il y a environ un an et demi, j’ai commencé à regarder des documentaires sur YouTube et à la télé sur plein de sujets, dont l’écologie.

Je les trouvais passionnants et ils m’angoissaient (il y a de quoi), mais surtout, ils m’ont fait prendre conscience que la Terre va mal et que si l’on ne fait rien, ça ne va pas aller en s’arrangeant.

La moi d’il y a un an était PA-NI-QUÉE à l’idée qu’il allait arriver des catastrophes sans qu’elle ne puisse rien faire… puis elle s’est rendu compte que si, elle pouvait agir, et que ça s’appelait l’écologie.

Après cette phase « on va tous mourir aidez-moi », je me suis demandée ce que je pourrais faire à mon échelle.

Je pense que c’est souvent ce qui bloque les gens de mon âge dans l’écologie, c’est qu’ils ont l’impression qu’ils ne peuvent rien faire, car de toute façon, c’est leurs parents qui achètent, qui font tout, etc.

Donc j’ai réfléchi, je me suis documentée, et j’ai compris que le problème était la consommation, et que les deux types de consommation que je pouvais rendre plus vertes (en plus de plein d’autres petits gestes) étaient : l’alimentation et les vêtements.

Mon premier changement écolo : vers le végétarisme

J’ai commencé fort, mon premier engagement a été de devenir pesco-végétarienne. Oui, comme ça, je me suis levée un matin et je suis allée voir mon père pour lui dire.

Il a fait des énormes yeux et un grand QUOI ?! Ma mère, elle, n’était pas plus choquée que ça étant donné qu’elle n’est pas une grande fan de viande.

À lire aussi : Je suis végétarienne depuis 9 ans, voici tout ce qui a changé depuis

Ils l’ont accepté, mais mon père continue depuis un an à me faire des blagues à base de :

« Naaaan mais c’est du poulet végétal, tu peux y aller. »

« T’inquièèète ça pousse dans les arbres les steaks. »

Papa, tu es lourd.

Pour les repas, mes parents achètent des galettes végétales, ou alors je mange comme eux, mais sans la viande. Mais ils font rarement un gros plat de viande.

Mes autres changements d’habitudes écolos

Ensuite, j’ai voulu arrêter d’acheter autant, donc j’ai voulu réduire la quantité de vêtements neufs que j’achetais (qui était énorme).

Ça n’a pas été difficile vu qu’acheter en friperie est à la mode et que ça coûte moins cher.

Donc maintenant je ne mange plus de viande, je mange très peu de poisson, et je n’achète que d’occasion à part des petites exceptions… donc j’ai bien réduit.

Un autre changement a été de me mettre à la cup, et je n’ai eu aucun problème avec, sauf face à ma mère qui n’est absolument pas informée et pleine de préjugés.

Elle panique à l’idée que « jE mEtTe Du PlAsTiQuE dAnS mOn VaGiN ».

Dans les autres petits gestes du quotidien que je fais, il y a :

  • ne plus boire de l’eau en bouteille en plastique chez moi, mais ma mère trouve que l’eau du robinet a un goût bizarre donc on se retrouve avec ma carafe et sa bouteille à chaque repas, ce que je trouve ridicule ;
  • essayer (tant bien que mal) de combattre la pollution numérique, pour l’instant à part utiliser Ecosia et tout mettre en mode économie d’énergie j’ai du mal ;
  • couper le robinet quand je ne l’utilise pas ;
  • couper l’éclairage quand on ne l’utilise pas, avec ma mère qui rallume tout après que j’ai éteint ;
  • essayer de vider le frigo des restes (en les mangeant) pour ne pas gaspiller, mais apparemment je suis la seule dans ma famille dérangée par le gaspillage ;
  • faire le tri, du moins j’essaie, je mets un sac pour la poubelle jaune à-côté de la poubelle habituelle, j’ai même fait un fiche sur ce qu’on peut mettre ou pas dedans, mais mes parents continuent d’y mettre n’importe quoi, et je dois donc repasser tous les jours pour trier de nouveau.

Au quotidien, j’utilise d’ailleurs des applis pour m’aider, et je les recommande. Comme WAG, Frigo Magic et Karbon.

Mon entourage face à mes changements d’habitudes écolos

Finalement, avec un peu de volonté, tous ces changements n’ont pas vraiment été compliqués, ça a même été très facile. Le problème c’est juste que mes parents ne me soutiennent absolument pas.

Comme vous l’avez compris, ils ne sont pas emballés, voire désapprouvent, et ils sont un peu un boulet que je traine dans mon parcours.

Ensemble, on parle beaucoup de plein de choses, il n’y a pas vraiment de tabous (à part sur la sexualité) et on a souvent des débats sur des sujets importants…

Mais on n’a jamais les mêmes opinions, et à chaque fois on se crie dessus.

On en est même arrivés aux larmes sur le débat pour ou contre la PMA (j’étais pour mon père était contre), et le port du voile.

Mon père a aussi une haine des personnes véganes, il ne les comprend pas et pense que se sont des fous et folles en sarouels qui vandalisent des boucheries.

J’ai déjà essayé de lui expliquer que non mais il ne veut rien entendre. En même temps on part de loin, il est pour la corrida et se contre fout de savoir comment a été fait son foie gras.

Nous avons souvent la même discussion sur le véganisme mais il reste sur ses positions et je ressors frustrée à chaque discussion.

Concernant mes amis, ils sont contents que je me préoccupe de l’écologie je pense, et eux aussi doivent s’en préoccuper.

D’autres sont indifférents et ne changent pas spécialement mais ne critiquent pas non plus (faut pas déconner).

J’ai une amie qui elle aussi s’est mise à la cup et qui tend vers le végétarisme, elle m’a dit que je l’avais inspirée et ça m’a fait plaisir (je me suis sentie un peu comme une gourou, j’avoue).

Rester fidèle à mes valeurs écolos, peu importe les remarques

Dans mon malheur, j’ai quand même ma tante qui me soutient (et BIZARREMENT mes parents la détestent). Mes amis sont avec moi et les gens en général trouvent ma façon de penser plutôt bonne et m’encouragent.

Mais c’est quand même difficile de vivre dans la même maison que des gens qui font tout mal et qui sont contre ce que je fais de bien. Combiné aux opinions douteuses de mon père, c’est le jackpot.

Malgré tout, je ne suis pas découragée. Au contraire, je veux encore plus obtenir gain de cause et je ne n’ai pas dit mon dernier mot !

Si toi qui me lis tu as mon âge, et tu te préoccupes de l’écologie, c’est super ! Et si tu es dans ma situation, sache que tu peux mener ton combat, même si tes parents ne sont pas d’accord.

Parles-en avec eux, explique leur, informe les, et sois patiente avec eux. Tu vas réussir !

À lire aussi : Rendre tes parents écolo, c’est possible ?

Oceane

Oceane

Océane est chargée des témoignages sur madmoiZelle ! Sa passion, c’est vos vies, surtout quand elles lui font réfléchir à la sienne. Elle aime aussi le froid, les arbres et les avocats.

Tous ses articles

Commentaires

missaaj

Bravo pour tes efforts!!! :)

Ceci dit je pense que si tes parents achetent drs steaks végétariens c'est quand même suils t'ecoutent en partie et ca cest chouette.. :)

Puis bon y a des gens qui pensent que les gestes individuels ne servent a rien et on ne peut pas les blâmer. Jai limpression qu'on convainct plus en ne discutant pas de tout ca, en montrant simplement... tout le monde n'est pas ouvert d'esprit par rapport a l'écologie...moi jai l'impression que comme de ttes manières ce n'est pas par actions individuels quon sauvera la planète, c'est bien de les faire pour se sentir cohérent mais jirais pas culpabiliser les gens qui gaspillent...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!