Live now
Live now
Masquer
avocat-du-diable
Féminisme

On lève le voile sur un grand mystère : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Enquête sur cette incompréhensible concept qui était, à la base, un procédé rhétorique utile, mais qui devient un outil de trolling discriminant : se faire « l’avocat du diable ».

Le 8 mai 2021

Vous l’avez forcément déjà entendu en soirée, dans une discussion entre collègues au boulot, ou juste en laissant traîner vos oreilles traîner à l’occasion de n’importe quelle situation impliquant des interactions sociales.

Vous l’avez entendu, oui, celui qui engage la discussion par un (faussement) innocent :

« Je vais me faire l’avocat du diable, mais… »

C’est celui qui va dire que quand même, ça pose question qu’un enfant élevé par deux femmes soit privé de connaître son père. Ou celui qui va dire qu’il faudrait réfléchir aux conséquences des fausses accusations d’agressions sexuelles avant de mettre tous les hommes dans le même panier. C’est celui aussi qui se demande quand même si les personnes blanches ne souffriraient pas aussi de discriminations.

À la base, c’est un procédé rhétorique. Mais dans certaines circonstances, c’est de la provocation facile, un moyen de nous faire sortir de nos gonds.

« Se faire l’avocat du diable », de procédé rhétorique à trolling hypocrite

Se faire l’avocat du diable, c’est défendre une opinion à laquelle on ne croit pas forcément et dont on sait qu’elle va dans le sens contraire à la majorité ou aux personnes que l’on a en face de soi.

À la base, c’est un procédé rhétorique. Mais force est de constater que dans certaines circonstances, on a aussi l’impression que c’est de la provocation facile, un moyen de nous faire sortir de nos gonds. Du trolling, grandeur nature, avec le son et l’image.

Cassandre Begous, doctorant en sciences politiques spécialisé sur les questions de genre, a déjà observé ces situations, en lien avec son expérience en tant que personne trans :

« Tel que je l’ai vécu dans mon parcours, c’était dans des soirées avec un type généralement de mon âge, qui s’affiche de bonne foi sur les questions féministes et LGBTQI+ ; qui veut, pour mon bien, me dire “nan mais si le genre n’existe pas, est-ce qu’on pourrait dire que tu n’as pas besoin de prendre des hormones” et qui va presque trouver une solution à ma transidentité, rapide, comme ça, dans une soirée. »

Il m’explique qu’il s’agit pour ces personnes de faire « une expérience de pensée » :

« Parce qu’il n’est pas concerné, c’est de l’ordre de l’abstraction. Mais ça peut être pris avec beaucoup de violence pour une personne trans comme moi, parce que son abstraction a des réalités vraiment concrètes qui s’appliquent à ma vie quotidienne, ça touche à mes droits. Ce n’est pas une expérience de pensée pour moi. »

Lors de discussions avec d’illustres inconnus, amis d’amis croisés en soirée, je repense à certains échanges sur le « mariage pour tous », ou sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes. Je repense à quel point je ressortais de ces discussions fatiguée et en colère d’avoir dû justifier de mon vécu, de la validité de mon expérience face à des personnes qui avaient juste très envie d’un débat, et pas du tout envie de remettre en question leur vision du monde ou leurs privilèges.

« Ces discussions sont peut-être un jeu pour toi, mais pour beaucoup de gens dans la pièce, c’est de leur vie dont il s’agit », résume très justement Juliana Britto Schwartz dans une lettre ouverte publiée sur Feministing et adressée aux privilégiés qui s’amusent à se faire l’avocat du diable.

Le reflet de l’opposition entre la raison et l’émotion

Ce qui ressort quand on se penche sur cette notion d’avocat du diable, c’est qu’elle met en évidence l’opposition entre la raison et l’émotion. « Un dualisme très occidental » selon Cassandre Begous :

« Dans la tradition philosophique occidentale, on a d’un côté la raison, de l’autre l’émotion, d’un côté le masculin et de l’autre le féminin. Ça signifie que la raison est masculine, et l’émotion féminine, mais aussi que la raison ne peut pas coexister avec l’émotion. »

Ce constat éclaire la démarche intellectuelle d’une personne qui va s’octroyer la place de l’avocat du diable dans un débat ou même une simple discussion : « celui qui prend le rôle du rationnel se considèrera du coup protégé de l’émotion, il estimera que toute objection émotionnelle sera hors du champ intellectuel, ça truque le jeu d’emblée », analyse Cassandre Begous.

Dire avec des guillemets ce qu’on n’aurait « pas le droit » de dire tout court permet-il réellement de dénoncer un point de vue ?

L’avocat du diable se donne le beau rôle en se mettant à bonne distance de son sujet. Il se positionne en observateur neutre, objectif. Une posture bien pratique pour dire le fond de sa pensée, mais aussi pour exposer des propos qu’il peut qualifier de « non politiquement correct » afin de les mettre à distance.

Mais dire avec des guillemets ce qu’on n’aurait « pas le droit » de dire tout court permet-il réellement de dénoncer un point de vue ? Ou cela met-il justement l’emphase sur le sous-entendu ?

Pourtant, se faire l’avocat du diable peut aussi être une démarche intellectuelle très saine « c’est un procédé que j’utilise parfois pour me faire ma propre opinion », explique Cassandre Begous, avant de poursuivre :

« Mais c’est un exercice d’esprit critique qui fonctionne que si tu le fais en bonne foi, si tu es prêt à changer ta façon de penser. Dans un environnement social où l’on est en face de personnes qui vont être à peu près toutes d’accord avec certaines bases du féminisme, les personnes qui se font l’avocat du diable vont savoir que leur opinion ne va pas forcément être bien accueillie… et elles ne se font pas tant l’avocat du diable, que l’avocat d’elles-mêmes. »

Le débat est permis, ne pas répondre l’est aussi

Alors que faire face à l’avocat du diable ? Quel comportement adopter ? Cassandre Begous y voit une bonne occasion d’éduquer :

« Ce que je vais dire à cette personne, c’est l’argument qui va lui rester en tête. C’est presque un pouvoir : quand quelqu’un se fait l’avocat du diable, il nous donne aussi les clefs pour qu’on lui propose une certaine vision du monde, face à laquelle il devra se justifier. »

Mais c’est aussi possible de se dire qu’on ne veut pas mettre les pieds dans un débat biaisé. Qu’on n’a pas d’énergie et de temps à perdre à essayer de convaincre une personne pour qui l’expérience des discriminations restera théorique.

On a souvent mieux à faire que de répondre à l’avocat du diable.

Pour ma part, j’ai envie de pouvoir choisir de ne pas me laisser envahir par la colère alors que je passe un moment agréable. Si mes émotions disqualifient d’emblée mon propos, à quoi bon se donner du mal ?

Et une fois le débat terminé, l’avocat du diable, lui, peut poursuivre sa vie, satisfait de son expérience, tandis que moi, il ne me reste qu’à ressasser tous les arguments que je n’ai pas réussi ou pas eu le temps d’avancer et à encaisser l’énervement et la fatigue qui vont avec.

On a parfois — souvent — mieux à faire que de répondre à l’avocat du diable.

À lire aussi : Comment gérer ce relou qui veut ABSOLUMENT débattre du féminisme

Les Commentaires
24

Avatar de Jesilma
27 septembre 2021 à 20h47
Jesilma
Concernant les incels, je pense que c'est tout simplement parce qu'on a l'habitude depuis toujours de faire passer les besoins des hommes (notamment émotionnels et sexuels) avant ceux des femmes. Donc forcément on va dire qu'il doivent se sentir seuls, être malheureux etc. Inversement, le sexe et le soin est toujours plus ou moins vu comme un devoir chez les femmes.
Au final, les incels sont juste l'aspect grossissant et monstrueux d'un phénomène qui reste courant et intégré. Aller buter des femmes dans la rue, tout le monde condamne cela, mais ce discours sur la "difficulté de draguer", "des femmes qui sont très difficiles" bah je trouve quand même que c'est vraiment répandu.
1
Voir les 24 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
daddy-issues-concept-sexiste-vf

Les femmes n’ont pas des « daddy issues », elles ont des darons nuls et vivent dans un monde sexiste

Clémence Boyer

25 juin 2022

6
Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Témoignages
pexels-karolina-grabowska-8107537 (1)

Américaine et childfree, la loi anti-IVG au Texas m’a poussée à me faire stériliser

Aïda Djoupa

24 juin 2022

12
Témoignages
5 personnes aux identités et expressions de genre différentes en train de faire la fete

« Ma non-binarité a été la révélation de ma vie » : 4 personnes non binaires embrassent leur identité de genre

Val Leroy

20 juin 2022

Société
Police-drague-abusive-harcelement-plainte-france-feminisme-

Des policiers détournent les données personnelles de plaignantes pour les draguer

Marie Chéreau

08 juin 2022

16
Actu mondiale
harvey-weinstein-metoo-viol-cinéma-agressions-sexuelles-

Appel rejeté pour Harvey Weinstein, il purgera bien sa peine pour ses crimes sexuels

Marie Chéreau

03 juin 2022

12
Féminisme
féminisme-santé-tca

Grossophobie, patriarcat, TCA… Souffrons-nous toutes d’anxiété alimentaire ?

Marie Chéreau

02 juin 2022

17
Série télé
Secrets-of-playboy-hugh-hefner

Les dessous glaçants du manoir Playboy, révélés par une série documentaire

Marie Chéreau

31 mai 2022

5
Féminisme
[Site web] Visuel vertical Édito copie 2

« On ne peut pas laisser ce lieu disparaître ! » : elles ont décidé de reprendre Violette and Co, librairie féministe et LGBTI+

Marie Chéreau

30 mai 2022

2
Féminisme
Lasso-consentis-lutte-contre-les-violences-sexuelles-en-soirée

La fête reprend, le combat aussi : comment l’asso Consentis lutte contre les violences sexuelles en soirée

Anthony Vincent

26 mai 2022

Féminisme
féminicide-violences-faites-aux-femmes

À l’origine des féminicides, ce docu Arte décrypte les ravages des violences masculines

Marie Chéreau

25 mai 2022

4

La société s'écrit au féminin