Que faire si tu es témoin d’un malaise pendant la canicule ?

Imagine : tu te rends à la poste de ton village pour récupérer un colis. Ici la climatisation est en réparation depuis 2003. Dans la queue, une mamie, ne supportant plus la chaleur, fait un malaise. Eh bien grâce à cet article, tu sauras quoi faire !

Que faire si tu es témoin d’un malaise pendant la canicule ?

En ce doux mois de juillet, la canicule bat son plein et les températures atteignent de nouveaux sommets, avoisinant les 40°c (et les dépassant même !) dans plusieurs villes de France.

Bref, le réchauffement climatique se porte bien, et cet été on va collectivement suer de la raie.

Un malaise est si vite arrivé avec la canicule

Quand bien même j’en rêve, je ne peux hélas pas mettre mon quotidien en pause et rester cloîtrer chez moi en attendant que la canicule passe.

Je dois aller au boulot, faire des courses, dire bonjour à ma grand-mère ou encore faire du shopping pour les vacances (c’est faux, je déteste le shopping). Bref, des activités qui nécessitent :

  1. De sortir de chez moi
  2. De prendre le métro

Et si de manière générale le métro aux heures de pointe c’est déjà un supplice pour moi, durant l’été ça devient tout bonnement invivable. Principalement parce que dans les rames bondées la température avoisine celle d’un brasier éternel.

La dernière fois que j’ai pris le métro, un rapide coup d’œil à l’intérieur du wagon a confirmé mon intuition : mes compagnons de sudation et moi-même partagions tous le même enfer et invoquions secrètement les dieux de la RATP pour que la clim soit installée sur toutes les rames du réseau.

Coincée entre un dos dont la chemise avait été imbibée de sueur et la vitre du métro, je me suis demandée ce qui se passerait si là, maintenant, l’un de nous décidait de faire un malaise, étourdi par cette chaleur étouffante.

Que faire en cas de malaise pendant la canicule ?

Ma formation PSC1 étant bien loin derrière moi, je me suis dit qu’il serait peut-être temps de revoir les bases du secourisme avec l’aide de professionnels.

J’ai donc contacté Ève et Lena, toutes deux infirmières, pour leur demander les gestes à adopter si le ou la Jean-Michel à côté de toi était soudainement pris de malaise.

Lena explique :

« Tous les malaises se traitent de la même façon ».

Dans un premier temps il faut allonger la personne.

Les deux jeunes femmes préconisent également de mettre la personne dans un endroit climatisé, ou au minimum à l’ombre et d’éviter l’attroupement.

Dans le cas d’un malaise lié à la chaleur, tu peux appliquer un linge humide sur le visage de la personne, toujours afin de la rafraîchir.

Enfin si l’état de conscience le permet, tu peux asseoir la personne et lui proposer à boire.

Lena précise :

« Surtout, il faut rester à côté pour surveiller cette personne ».

Tu peux la questionner sur sa vie et ses projets, mais vraiment dans ce moment là c’est surtout utile de lui demander si elle a des antécédents médicaux dont tu devrais informer le SAMU.

Car oui, même si « un malaise n’est pas forcément grave », comme l’explique Ève, « il vaut mieux appeler le SAMU (15) pour avoir un avis médical, surtout s’il s’agit d’une personne âgée ou d’un nourrisson. »

Lena complète :

« Un malaise n’est pas anodin et vient forcément de quelque part. »

Donc même si la personne t’affirme que « ça va aller », appelle le SAMU. Le ou la professionnel·le qui te répondra saura te conseiller au mieux.

Enfin, Lena ajoute :

« Si la personne est inconsciente ou devient inconsciente il faut la mettre en position latérale de sécurité et appeler tout de suite le 15. »

Pour résumer il faut donc :

  1. Allonger la personne
  2. Faire de la place autour d’elle
  3. La rafraîchir/l’hydrater si son état le permet
  4. Lui poser des questions pour la maintenir consciente
  5. Appeler le SAMU (15) pour avoir un avis médical.

Si la personne perd conscience, il faut s’assurer qu’elle respire puis la mettre en position latérale de sécurité si c’est le cas, ou entamer un massage cardiaque si besoin.

Comme dirait Derek :

« C’est une belle journée pour sauver des vies ! »

Le B.A.-BA pour survivre à la canicule

Ève souligne que dans la plupart des cas un malaise lié à la chaleur peut être éviter avec des actes préventifs.

Bien s’hydrater pendant la canicule

« Le risque principal [durant la canicule] c’est la déshydratation. Il faut donc boire (de l’eau !) même si on n’a pas soif »

Ève conseille donc à ses patients d’avoir une bouteille d’eau d’1.5L et de se mettre comme objectif de la finir avant la soirée.

Tu peux aussi suivre les conseils de Clémence, qui pendant la canicule instaure un système malin à base de gourde de 75cl, de glaçons et de frigo !

Se rafraîchir régulièrement durant la canicule

« Le plus important c’est d’éviter le malaise en se rafraîchissant régulièrement en prenant des douches. »

Attention cependant ! Pas de douches froides voire glacées, qui « rafraîchissent uniquement sur le moment. »

Privilégie plutôt une douche rapide et tempérée pour mieux gérer les hautes températures.

Rester au frais pendant la canicule

Je me doute bien que tu ne vas pas aller courir un marathon par 40°C, mais rester telle une crêpe allongée sur ton lit ne suffit parfois pas à bien vivre la canicule.

L’infirmière en formation secouriste te conseille de « passer quelques heures dans un endroit climatisé et de ne pas sortir entre midi et 16 h », heures durant lequel le soleil tape le plus.

Si tu ne possède pas de clim’ chez toi ou que tu te refuses à l’utiliser, tu peux toujours te la jouer McGyver en plaçant un linge humide devant un ventilo. Effet brise océanique assuré !

Enfin, pour ne pas gâcher tous ces efforts, n’oublie pas de fermer tes volets durant les heures les plus ensoleillées de la journée afin de d’empêcher la chaleur de rentrer, tout en gardant la fraîcheur créée à l’intérieur !

Bon été et bon courage à toi !

À lire aussi : Comment survivre à une semaine de canicule

LouiselleD

LouiselleD


Tous ses articles

Commentaires

zazouyeah

Article très intéressant, j'essaierai de garder tout ça en tête pour la prochaine fois où ça arrive.
Concernant le fait de ne pas passer à côté sans rien faire, je me pose beaucoup de questions : effectivement si je vois quelqu'un chanceler et s'effondrer je vais voir ce qui se passe (même si je suis plus à l'aise si j'ai quelqu'un avec moi à ce moment là), par contre pour le moment il y a énormément de sans-abris dans la rue qui ont l'air de somnoler/se reposer mais pourraient tout aussi bien être inconscients. Je n'ose en général pas les réveiller pour voir s'ils vont bien (par peur d'une réaction négative de leur part et aussi parcequ'il y en a vraiment à tous les coins de rue) mais je me dis à chaque fois que ça pourrait être de la non assistance à personne en danger...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!