Live now
Live now
Masquer
diana-princesse-interview-bbc
Société

L’iconique interview de la Princesse Diana en 1995 a été obtenue grâce au mensonge

Un rapport indépendant visant la BBC et son journaliste Martin Bashir vient de prouver que l’interview explosive de la princesse Diana, diffusée en 1995, avait été obtenue par mensonge et tromperie. Mais que s’est-il vraiment passé ?

Sale temps pour la BBC. Les moins jeunes d’entre nous s’en souviennent sûrement : en 1995, la princesse Diana avait accordé une interview choc à la BBC et à son journaliste Martin Bashir. Cet entretien, diffusé sur la chaîne Panorama et regardé par près de vingt-trois millions de personnes, avait secoué très fortement toute la famille royale d’Angleterre.

Lors de leurs échanges, la Princesse avait balancé les plus gros dossiers de l’époque sur son mariage et sa vie de princesse au sein de la famille royale. Elle avait expliqué, avec pudeur et souffrance, que son mari le Prince Charles avait une liaison depuis des années avec Camilla Parker Bowles,  et qu’elle entretenait, elle aussi, une liaison avec James Hewitt, son moniteur d’équitation.

Mais les révélations ne s’arrêtaient pas là : pour la première fois, un membre de la famille royale peignait un portrait explosif et négatif de ceux qui représentent la Couronne d’Angleterre, et notamment de l’héritier du trône. Diana avait affirmé que la vie royale l’avait conduite à la boulimie et à l’automutilation et que personne dans la famille royale ne l’avait aidée, bien au contraire. Ils l’avaient, selon ses propos recueillis dans cette interview de la BBC, simplement qualifiée « d’instable ».

Cette interview avait hissé Diana au statut de victime d’une monarchie insensible et glaciale, mais avait également torpillé l’image de la famille royale, et celle de Charles en particulier. Opinion publique qui a du mal à changer encore aujourd’hui, même près de 25 ans après la diffusion de cette interview. Il n’y a qu’à voir les réactions lors de la diffusion de la dernière saison de la série The Crown pour voir que non, rien n’a changé.

Voilà pour les grandes lignes, ce qui avait été dit dans cet entretien iconique, qui avait à tout jamais ébranlé la famille royale. Deux ans après cette interview, la Princesse de Galle mourrait dans un accident de voiture, à Paris, laissant derrière elle un peuple endeuillé et deux enfants traumatisés.

Mais pourquoi reparle-t-on de cette interview aujourd’hui ?

La BBC est épinglée pour tromperie

En novembre 2020, une enquête avait été ouverte pour déterminer dans quelles conditions Martin Bashir, le journaliste de la BBC, avait obtenu l’interview-choc de la princesse Diana, en 1995.

En effet, le frère de Diana, Charles Spencer, avait accusé le journaliste d’avoir falsifié des relevés de compte afin d’obtenir la fameuse interview de sa sœur.

Ce 20 mai 2020, les conclusions du rapport indépendant sont claires et terribles : Martin Bashir avait bien menti en présentant des documents censés prouver que deux personnes étaient payées à la Cour pour espionner la Princesse.

À l’époque, avec ces informations terrifiantes (mais fausses) en main, Charles Spencer avait réussi à convaincre sa sœur de donner une interview où elle pourrait enfin dire la vérité sur la manière dont elle était traitée par la famille royale.

Épinglée, la BBC, par la voix de Tim Davie, son directeur général, s’excuse :

« Bien que le rapport indique que Diana, princesse de Galles, était favorable à l’idée d’une interview avec la BBC, il est clair que le processus d’obtention de l’interview n’a pas été à la hauteur de ce que le public est en droit d’attendre. Nous en sommes vraiment désolés. »

Martin Bashir, quant à lui, estime malgré tout que ces relevés de comptes n’avaient pas joué de rôle déterminant dans le « choix personnel » de Diana de répondre à ses questions. Il a tout de même reconnu que « c’était une chose stupide à faire et c’était une action que je regrette profondément ». 

Concernant les propos de la princesse Diana dans son interview,  il salue, dans une interviewée rapportée par Le Monde :

« La décision courageuse de la princesse de raconter son histoire, de parler courageusement des difficultés auxquelles elle a été confrontée. Elle a ouvert la voie en abordant un si grand nombre de ces problèmes et c’est pourquoi je resterai toujours immensément fier de cette interview. »

Pourtant, de cette interview ont découlé de nombreux évènements négatifs et déterminants pour la Princesse Diana, mais aussi pour toute la famille royale.

Suite à l’entretien et au tollé qu’il a provoqué, le divorce de Lady Di avec le Prince Charles a été officiellement prononcé, près de deux ans après leur séparation, poussée fortement par la Reine elle-même. Diana s’est retrouvée exclue, seule avec ses troubles, sa santé mentale en berne, sa paranoïa et sa dépression.

Un effet papillon des plus dramatiques, quand on connait l’issue finale et la fin tragique de la princesse.

Harry et William réagissent à la tromperie de la BBC

Les plus à même aujourd’hui de réagir et de s’exprimer sur ce rapport prouvant que la princesse Diana avait été induite en erreur, sont ses deux fils, les princes William et Harry.

L’ainé et héritier du trône, le duc de Cambridge, a déclaré sur Twitter :

« Selon moi, la manière trompeuse dont l’interview a été obtenue a considérablement influencé ce que ma mère a dit. L’interview a grandement contribué à l’aggravation de la relation entre mes parents et a depuis blessé d’innombrables autres personnes. »

« Ce qui m’attriste le plus, c’est que si la BBC avait correctement enquêté sur les plaintes et préoccupations soulevées pour la première fois en 1995, ma mère aurait su qu’elle avait été trompée. (…) Elle a été trahie non seulement par un journaliste voyou, mais par des dirigeants de la BBC qui ont regardé ailleurs plutôt que de poser les questions qui fâchent. »

Le prince William poursuit en déclarant que « l’interview ne devrait plus jamais être diffusée ».

Le prince Harry, quant à lui, a diffusé un communiqué de presse suite à l’annonce des résultats du rapport d’investigation contre la BBC et Martin Bashir :

« Notre mère était une femme incroyable qui a consacré sa vie au service des autres. Elle était résiliente, courageuse et incontestablement honnête.

Les conséquences de cette culture et de pratiques non éthiques lui ont finalement coûté la vie (…) ce qui m’inquiète profondément, c’est que ce genre de pratiques – et d’autres pires encore – sont encore répandues aujourd’hui. »

La BBC a annoncé à la mi-mai le départ, pour raisons de santé, de Martin Bashir de son groupe.

Les Commentaires
4

Avatar de Raven K. Barbicane
23 mai 2021 à 06h35
Raven K. Barbicane
@EiraRozen Ils découvrent avec nous les machinations des journalistes pour obtenir l'interview, donc ils réagissent, c'est normal. Par contre, pour ce qui est des révélations de Diana, ils sont au courant depuis qu'ils sont enfants, l'information est affreuse mais pas nouvelle. Qu'ils s'indignent là-dessus alors que le monde entier sait depuis 1995 et qu'ils étaient aux premières logés, ça me ferait au contraire l'effet de deux enfants qui ne se sont jamais intéressés à leur mère (et on sait qu'ils étaient très proches de Diana).
3
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Société

national-cancer-institute-VJVsEnR_vNE-unsplash
Daronne

La parentalité est plus stressante et dangereuse pour les personnes racisées

Sihem Belouahmia
Société

Féminicide de Sihem Belouahmia : pourquoi les mots sont importants

Elisa Covo

03 fév 2023

Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

La cellule d’enquête interne d’EELV annonce la clôture du dossier Julien Bayou

Elisa Covo

02 fév 2023

Pancarte de manifestation
Société

Inscription de l’IVG dans la Constitution : réelle avancée ou mesure symbolique ?

hemicycle-2017-300
Société

Le Sénat se prononce en faveur de la constitutionnalisation de l’IVG

denis brogniart
Société

Denis Brogniart est accusé d’humiliations et de violentes crises de colère par d’anciennes collaboratrices

Maya Boukella

30 jan 2023

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Pourquoi Aya Nakamura est-elle si méprisée en France ?

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

1280px-FIBD2018LuciaBiagi – papmetoobd
Société

Alors que le festival d’Angoulême vient de s’ouvrir, le monde de la BD va-t-il enfin se remettre en question ?

La société s'écrit au féminin