Live now
Live now
Masquer
Une personne de dos, tenant le drapeau des fiertés LGBTI // Source : Emma Rahmani de baseimage
Sport

Les LGBTphobies dans le sport sont loin d’avoir disparu, selon une étude

Ce mercredi 6 septembre, l’institut de sondage Ipsos, en partenariat avec la Fédération Sportive LGBT+ ont publié les résultats d’une longue enquête sur l’homophobie et la transphobie dans le sport.

L’homophobie et la transphobie dans le sport ont encore bon dos, en témoigne une enquête publiée par Ipsos ce mercredi 6 septembre.

L’institut de sondage, en collaboration avec la Fédération Sportive LGBT+ ont interrogé les premiers concernés, qui font état d’une discrimination encore bien présente à leur encontre. Ainsi, selon 77% des personnes LGBTQI+ interrogées, le milieu sportif est encore homophobe et transphobe.

75 % des Français estiment que le milieu sportif est homophobe

Ainsi, les milieux sportifs sont toujours jugés LGBTphobes, car respectivement 77% des Français LGBTQI+ et 75% de l’ensemble des Français les perçoivent comme étant homophobes

À lire aussi : Homophobie : des footballeurs refusent de porter les couleurs du drapeau arc-en-ciel

Selon 40% des Français, les sports d’équipe sont ceux où l’homophobie et/ou la transphobie sont les plus fortes. Et sans surprise, le football se hisse en première position, juste devant le rugby. Un quart des personnes pratiquant un sport d’équipe, soit 26% d’entre eux, estiment d’ailleurs que les mots « p*d*s » et « encul*s » criés dans les stades ne sont que des expressions populaires et non des insultes homophobes.

Toujours sur les injures, 40% des personnes sondées ont déjà été témoins ou visés par une injure homophobe telle que « p*dé » ou « g*uinasse ». Un chiffre qui monte à 67% auprès de la communauté LGBTQI+.

Une petite majorité des sportifs LGBTQI+ fait son coming-out

Autre chiffre alarmant : en apprenant l’homosexualité ou la transidentité d’un nouveau membre de leur équipe, environ un sportif sur deux signale que certains de leurs coéquipiers auraient une mauvaise réaction, allant de la moquerie à la violence physique. Si ces réactions sont inacceptables pour 47% des sondés, 39% d’entre eux estiment qu’elles sont « inadéquates mais compréhensibles », tandis que pour 14% « normales ».

À lire aussi : On ne devient pas trans par « pression sociale » prouve une étude sur la dysphorie de genre

Un quart ont rapporté avoir vu ou vécu une agression verbale à ce sujet au sein de leur équipe sportive. Le chiffre grimpe à 60% auprès des LGBTQI+. Une agression qui est devenue physique pour 44% de ces derniers. 

Des chiffres qui ont de réelles conséquences : à la suite de ces agressions, 29% ont décidé de cacher leur orientation sexuelle et 15% ont arrêté le sport. En écho à ces résultats, les répondants LGBT+ ne sont que 55% à avoir fait leur coming-out auprès de leur entourage sportif.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Sport

Source : Madmoizelle
Sport

Paris 2024 : « Mon objectif, c’était de battre mon frère ! » rencontre avec B-Girl Syssy, prodige du breakdance

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Athletes_JO_V
Sport

JO 2024 : ces 8 athlètes féminines qu’on espère voir briller aux Jeux de Paris

Source : Robin JARRY
Sport

3 conseils pour mieux gérer sa pratique sportive quand on a ses règles

1
Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

2
131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

football // Source : Unsplash / Emilio Garcia
Sport

Le sexisme se niche jusque dans les crampons des footballeuses, dénonce le Parlement britannique

1
Source : @cakebycourtney sur TikTok - Capture d'écran
Sport

Alerte chialade : une petite fille aide sa mère à terminer son marathon

Source : Photocreo
Daronne

Les athlètes, aussi parents, pourront bénéficier d’une dérogation pendant les JO de Paris 2024

comment-marche-pole-dance
Sport

Arrêtez tout, je viens de comprendre le principe de la pole dance !

18
amelie-mauresmo
Justice

Humiliations, chantage et insultes : Amélie Mauresmo obtient gain de cause face à son ex-compagne

La société s'écrit au féminin