Live now
Live now
Masquer
galanterie – couple
Féminisme

Le spectre de la galanterie hante encore les rapports hétérosexuels

Dans les relations hétérosexuelles, le mythe de l’homme qui fait le premier pas, tient la porte et paye l’addition est loin derrière nous ? Pas si sûr…

Tirer la chaise de Madame pour qu’elle s’assoie, l’aider à ôter sa veste, ouvrir la porte devant elle ou régler l’addition ont longtemps été considérés comme des gestes charmants, signes naturels de courtoisie et d’intérêt.

Aujourd’hui, cette prétendue galanterie est davantage regardée sous le prisme du sexisme bienveillant, un concept défini ainsi dans la revue L’année psychologique :

« C’est une attitude sexiste plus implicite, teintée de chevalerie, qui a une apparence anodine […]. Néanmoins, en suggérant l’idée que les femmes sont fragiles et qu’elles ont besoin de la protection des hommes, le sexisme bienveillant suggère également qu’elles sont inférieures et moins capables qu’eux. »

Marie Sarlet et Benoit Dardenne, chercheurs en psychologie sociale à l’Université de Liège (Belgique)

Des gestes pas si inoffensifs que ça, donc et qui sont de plus en plus décriés par les militants et militantes féministes. Malgré ce rejet grandissant des normes liées à la séduction et aux rôles de genre, une récente étude menée par l’Ifop pour la plateforme Love Advisor, montre toutefois l’attachement des Françaises à ces attentions dans les rapports hétérosexuels.

90% des Françaises en relations hétérosexuelles préfèrent que l’homme fasse le premier pas.

Une « séduction à la française » ?

D’après l’étude en question, les Françaises en relations hétérosexuelles seraient une écrasante majorité (90%) à préférer que l’homme fasse le premier pas. Et cela ne s’arrête pas là, elles seraient 66% à trouver normal qu’un homme leur tienne la porte lorsqu’elles entrent dans une pièce et 51% à considérer que c’est à l’homme de passer à la caisse lors du premier date.

Le spectre de la galanterie hante encore les rapports hétérosexuels

Les femmes interrogées évoquent la timidité, le manque de confiance en soi, la peur d’être rejetée et la crainte d’être perçue comme « une fille facile » pour justifier leur attachement à ces formes de galanterie et leur réticence à prendre les devants. Preuve, s’il en fallait encore une, que les rôles de genre affectent non seulement la confiance des femmes, mais renforcent aussi des concepts sexistes comme le slut shaming.

Face à ces résultats, Louise Jussian, chargée d’études à l’Ifop, fait le constat « d’une société encore largement émaillée par un sexisme bienveillant ». Car même si les lignes tendent à bouger, les règles de séduction sexistes restent encore fermement fixées dans l’imaginaire des Français et des Françaises.

Les rapports hétérosexuels semblent encore fortement guidés par le spectre d’une prétendue « séduction à la française » incarnée par la galanterie et des représentations datées de la femme impuissante à qui il faut sans cesse porter assistance.

Les moins de 30 ans seraient 56% à trouver normal que le femme règle l’addition.

La jeune génération prend les rênes

Tout espoir de voir ces normes disparaître n’est pas perdu. L’étude pointe des différences d’opinions notables sur le sujet en fonction de l’âge, du degré de confiance en soi et du milieu socio-professionnel des personnes interrogées.

Boostées par une vague d’empowerment, les femmes de moins de 30 ans s’affranchissent doucement des normes insidieuses que suivent encore « leurs aînées ». Louise Jussian souligne :

« À l’ère post #MeToo, une friction émerge entre une adhésion persistante aux règles désuètes de galanterie et les signes encourageants d’une prise en main féminine »

Les moins de 30 ans seraient 56% à trouver normal que le femme règle l’addition lors d’un premier rendez-vous (contre 47% des femmes de plus de 50 ans) et seraient 77%, soit 7 points de plus par rapport à une précédente étude de 1994, à trouver normal qu’une femme prenne l’initiative d’un rendez-vous amoureux.

Voir une femme faire le premier pas semble donc être de plus en plus accepté, surtout chez la jeune génération. « À la pointe de cette vague d’empowerment féminin, les trentenaires, les femmes ayant le plus confiance en elles ou les plus féministes semblent porter un nouvel idéal de séduction plus égalitaire », conclut l’étude. Il y a de l’espoir !

À lire aussi : Le mythe de la galanterie « à la française » déglingué par Sophia Aram

Crédit photo : Katerine Holmes (Pexels)

L'affiliation sur MadmoiZelle

Cet article contient des liens affiliés : toute commande passée via ces liens contribue au financement de madmoiZelle. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les Commentaires
21

Avatar de Nanouchette
23 septembre 2021 à 03h59
Nanouchette
je voudrais aussi rajouter un détail pour la galanterie : on le fait aux femmes, certes, mais également avec le critère de beauté qui rentre en compte. être galant, pour un homme, ça se conceptualise souvent par rapport à une femme jugée belle.
Si elle ne rentre pas dans les canons de beauté, ou pire si elle a la malchance d'être considérée comme "moche", pas de galanterie qui tienne.
Selon moi c'est aussi pour ça que c'est sexiste et qu'on peut considérer qu'il y a effectivement une attente chez certains hommes.
Par contre, il ne faut pas confondre galanterie (envers les femmes [belles si possible]) et bienveillance (envers tout le monde), effectivement.
Il est beaucoup plus sain d'agir avec une particulière bienveillance parce qu'on en a envie et/ou parce qu'on trouve normal d'être bienveillant•e envers les autres, que parce que "c'est comme ça"/"c'est la tradition", etc...
Je pense, mais je peux me tromper, que c'est plus précis. Certains hommes sont galants avec la femme qui leur plaît à eux. Le regard des autres importe peu.
0
Voir les 21 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
Étudiante harcelée à l'école

Une étudiante sur 20 victime de violences sexuelles : les facs et grandes écoles sous le feu des projecteurs

Actu mondiale
keep-abortion-lega-vert

Grande nouvelle : l’avortement vient d’être légalisé au Bénin !

Eva Levy

22 oct 2021

2
Musique
Tracy De Sa, rappeuse

« En tant que femme immigrée, le monde veut que je sois sage, silencieuse. Je suis devenue rappeuse. »

Aïda Djoupa

22 oct 2021

Féminisme
que-fait-la-police-vert

Plus possible de faire lautruche, Darmanin annonce des mesures concernant les plaintes pour violences sexuelles

Mymy Haegel

21 oct 2021

Féminisme
combattre-le-cybersexisme-vert

« On veut redire aux victimes “la loi est de votre côté” » : StopFisha déclare la guerre au cybersexisme

Pauline Ferrari

19 oct 2021

Féminisme
miss-france-2021-capture-action-prudhommes

Osez Le Féminisme attaque Miss France en justice, et ce n’est pas le sexisme de l’émission qui est en cause

Santé
serviette-hygienique-sang

On parie que vous ne le saviez pas : les voyages aussi peuvent perturber le cycle menstruel

Enora Hillaireau

18 oct 2021

Féminisme
alexandra-richard-selfie

Condamnée pour le meurtre de son conjoint violent, Alexandra Richard se bat pour sa liberté

Actu en France
pexels-andy-barbour-universite plan actions violences sexistes et sexuelles

Enfin un plan d’actions contre les violences sexistes et sexuelles dans les facs et les grandes écoles

Maëlle Le Corre

18 oct 2021

Féminisme
police justice complices collages feministes format vertical

#DoublePeine : le commissariat de Montpellier visé par une enquête

Maëlle Le Corre

14 oct 2021

3

La société s'écrit au féminin