Live now
Live now
Masquer
galanterie-sophia-aram
Féminisme

Le mythe de la galanterie « à la française » déglingué par Sophia Aram

Au micro de France Inter, Sophia Aram défend deux chercheuses prises au cœur d’une déferlante d’insultes sexistes pour avoir critiqué le mythe de la galanterie.

Chroniqueuse de talent, Sophia Aram n’y va pas de main morte dès le lundi matin.

Lors de son passage hebdomadaire à la matinale de France Inter, le 8 octobre, elle a choisi de commencer la semaine en prenant la défense de deux historiennes, intervenues sur France Culture, le 3 octobre 2018.

La galanterie étudiée et critiquée par la recherche

Laure Murat et Michelle Perrot sont deux chercheuses qui travaillent sur le mythe du « gentleman » et de la galanterie : selon elles, celui-ci influe sur les rapports sociaux entre les femmes et les hommes.

À lire aussi : « Sois un homme ! », la dangereuse injonction sociale masculine décryptée dans « The Mask You Live In »

Les deux chercheuses expliquent en quoi ces traditions sociales reflètent une relation de dominants à dominées.

En bref, la galanterie sous-entend que les hommes doivent endosser un rôle actif dans la séduction, tandis que les femmes sont censées se montrer passives.

Un rapport inégal basé sur des injonctions sociales elles-même construites dans un cadre patriarcal.

Déferlante d’injures sexistes sur Internet

Et pour avoir critiqué ce modèle de la galanterie à la française, les chercheuses ont eu droit à une vague d’insultes dans les commentaires sous la vidéo de leur intervention.

Postée sur Facebook, cette vidéo est un résumé du propos de Laure Murat et Michelle Perrot.

Mais elle a suffi pour déchaîner une déferlante de haine à leur encontre, déplorée par Sophia Aram dans sa chronique.

Voici quelques exemples qui parlent d’eux-même :

com 3 aram com aram 1 com aram 2

Pour rappel, tout le monde a le droit ne pas être d’accord avec un discours ou une opinion, mais il n’est jamais nécessaire d’avoir recours à la violence verbale.

Insulter sur Internet est d’ailleurs puni par la loi ainsi que le cyber-harcèlement.

Tu trouveras plus d’informations à ce sujet dans ces articles dispo sur madmoiZelle :

À lire aussi : Et si on envoyait valser les codes obsolètes (et sexistes) de la séduction ?


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

11
Avatar de melishnek
11 octobre 2018 à 14h10
melishnek
Vouloir réfléchir sur comment les relations sociales se construisent et évoluent est très intéressant et permet, en outre, de construire une société peut-être plus respectueuse et inclusive.
Pourquoi dès que quelqu'un (à fortiori des femmes) cherche à décortiquer et analyser une construction sociale cela est-il pris comme une attaque?
3
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin