Live now
Live now
Masquer
pexels-arthouse-studio-iel dans le dictionnaire
Société

Le pronom « iel » arrive dans le Petit Robert et les rageux ragent

Contraction des pronoms « il » et « elle », « iel » fait son entrée dans la version en ligne du Petit Robert. Un symbole fort, notamment pour les personnes non-binaires, mais qui, sans grande surprise, suscite l’indignation d’une partie de la classe politique.

« Hors de question, ça n’existe pas, ce n’est pas dans le dictionnaire ! »

Vous avez peut-être déjà entendu cette rengaine dès lors que vous – ou une autre personne – avez utilisé le pronom iel, ou son pluriel, afin de désigner une personne non-binaire, ou bien pour désigner un groupe de personnes sans devoir tout conjuguer au masculin.

Réjouissez-vous, le pronom « iel » – et son pluriel « iels » – a fait son entrée ni vu ni connu dans la version en ligne du Petit Robert en octobre dernier, avant d’être repéré cette semaine et partagé sur Twitter.

C’est donc un des arguments préférés de ceux et celles qui refusent son usage qui s’effondre :

Le pronom « iel » arrive dans le Petit Robert et les rageux ragent

Cette entrée nous rappelle bien une chose : la langue est vivante, et c’est avant tout son usage qui la modèle et la façonne.

Comme l’explique la directrice éditoriale du Petit Robert, Marie-Hélène Drivaud, auprès de Têtu, c’est parce qu’il y avait une demande sur ce mot que la maison d’édition a voulu répondre aux demandes des usagers, et ainsi se positionner du côté du progrès et de l’inclusion :

« On a relevé dans les statistiques que beaucoup de gens s’interrogeaient sur le mot “iel”, donc ça nous semblait normal de leur répondre ».

La linguiste Laélia Véron a réagi sur Twitter dans un thread passionnant sur la signification de cette évolution :

Pour l’instant, rien n’indique si « iel » sera dans la version papier du dictionnaire l’an prochain.

La sempiternelle indignation face à l’écriture inclusive

Il y a des mots qui passent crème, comme « truffade », qui a rejoint le Petit Robert cette année. Et puis il y en a d’autres pour qui c’est toujours un peu plus compliqué.

Comme le mot « racisé » qui a aussi fait son entrée il y a quelques mois dans le Petit Larousse Illustré, l’arrivée de « iel » est un signal fort… et qui suscite une levée de boucliers.

Sans grande surprise, même si on s’en serait bien passé, l’accusation en wokismece mot fourre-tout qui ne désigne aucun réel courant de pensée structuré et qui est utilisé à tort et à travers pour décrédibiliser des positionnements progressistes – a le vent en poupe face à ce choix éditorial du Petit Robert.

Montrer son hostilité à l’écriture inclusive, la dénigrer ouvertement, clamer à qui veut l’entendre que « ça va trop loin », pousser des cris d’orfraie à chaque fois que des personnes minorisées obtiennent un minimum de respect… oui, on commence à avoir l’habitude.

C’est le député LREM François Jolivet qui a été un des premiers à dégainer son tweet indigné, lui qui semble avoir fait du combat contre l’écriture inclusive son cheval de bataille.

Une indignation aussitôt soutenue et partagée par un certain… Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale :

Vous aussi, vous seriez un peu inquiètes de voir un ministre ou un gouvernement décider de ce qui pourrait ou non être dit, qui validerait le sens et les usages des mots ?

Voir notre langue évoluer pour s’adapter aux parcours et aux vécus qui ne se retrouvent ni dans le masculin, ni dans le féminin, cela constituerait donc une menace pour une partie de la population.

Derrière ces tweets qui râlent et enragent de voir le mot « iel » gagner en légitimité et être validé par une institution comme Le Petit Robert – en attendant le feu vert de l’Académie française, mais soyons honnêtes et que François Jolivet se rassure, ce ne sera pas de notre vivant –, c’est malgré tout une visibilité pour les personnes non-binaires qui continue d’émerger à travers l’usage de ce pronom.

Et on préférera retenir cela, plutôt qu’une énième polémique sur un soi-disant danger pour notre langue française.

À lire aussi : « Je me suis senti•e revivre » : 4 personnes non binaires embrassent leur identité de genre

Crédit photo : ArtHouse via Pexels

Les Commentaires
44

Avatar de LadyOscar
25 novembre 2021 à 12h40
LadyOscar
@Esmé. @Esturgeon je ne pense pas qu'il faille au vu de ces infos remettre l'intégrité de l'équipe du Petit Robert en cause. La décision d'y faire rentrer iel peut avoir été fait de façon complètement indépendante des desseins de Bolloré. C'est le choix de surmédiatiser cette info qui pose question.
J'ajouterai aussi à votre conversation (très intéressante) que la main mise de Bolloré sur un grand nombre de média d'informations ne vise pas seulement à promouvoir son poulain mais aussi à ne pas ébruiter certaines infos.... Au hasard :
4
Voir les 44 commentaires

Plus de contenus Société

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Société
foie-gras

Foie non grata : la mairie de Strasbourg bannit le foie gras de ses évènements officiels

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Parentalité
députée

Scandale au Royaume-Uni : une députée OSE venir bosser avec son bébé

Camille Abbey

26 nov 2021

18
Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sylvia-cecile-claire-nouvian-hulot-envoye-special-temoignages

Affaire Nicolas Hulot : après la diffusion d’Envoyé Spécial, de nouveaux témoignages émergent

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Culture Web
Yassification-du-casting-de-Friends

Culture queer, retouches, racisme… le mème de la yassification est plus profond qu’il n’y paraît

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sérielisa

« Mais je l’aime… » : cette série explique parfaitement l’emprise et la violence dans le couple

Camille Abbey

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Psychologie
Femme triste dans sa chambre

Stress post-traumatique, dissociation… comment gérer l’« après » des violences conjugales ?

La société s'écrit au féminin