Live now
Live now
Masquer
Photo_libre_de_droit_Gérald_Darmanin_ministre_de_l’Intérieur_2021
Féminisme

La dernière trouvaille de Darmanin pour l’accueil des victimes de viols ? Des gommettes

Dans la catégorie idées stupides, on retiendra celle-ci : des files d’attente identifiées pour les personnes qui viennent porter plainte pour viol ou violences conjugales dans les commissariats.

C’est la réponse de Gérald Darmanin pour faciliter le dépôt de plainte dans les commissariats : des files identifiées par un rond orange pour les personnes qui veulent porter plainte pour violences conjugales ou pour viol.

Imaginons déjà la force qu’il faut pour oser franchir la porte du commissariat. L’appréhension de devoir tout raconter à un inconnu. La peur de croiser quelqu’un que l’on connaît. La crainte de ne pas être comprise ou de ne pas être crue, de faire tout cela pour rien.

Et puis, on vous indique dès l’entrée une file d’attente pour votre cas particulier.

La voilà donc la solution pour que les victimes soient mieux traitées dans les commissariats ? Des files d’attentes identifiées par des gommettes de couleur ? Après les numéros verts, les files oranges pour les femmes battues ? Nous prend-on pour des enfants ?

Un accueil des victimes qui laisse DÉJÀ à désirer

Une trouvaille qui tombe à pic, au lendemain des révélations du Canard Enchaîné sur le policier qui le 15 mars dernier, avait enregistré la plainte de Chahinez Daoud pour violences contre son ex-mari. Plainte qui n’a pas servi à grand-chose puisque quelques semaines plus tard, le 4 mai, Chahinez Daoud était assassinée par lui.

Le policier en question venait donc d’être condamné, pour violences intra-familiales, à huit mois de prison avec sursis. Ces gommettes font donc doucement rigoler tant le problème de l’accueil des victimes est profond et nécessiterait des solutions à la hauteur.

Alors comment se sentir en sécurité dans un commissariat si la personne qui prend notre plainte est elle-même condamnée pour des faits similaires ? Une telle ironie pourrait prêter à rire si tout cela ne s’était pas soldé par un féminicide.

Un tollé sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, l’annonce a provoqué un tollé au point que le ministre de l’Intérieur a tenté (mollement) de calmer le jeu et de justifier le bien fondé de son annonce.

Confidentialité, vous dites ? En voyant la photo du journal La République du Centre pour illustrer le dispositif, on se permet d’être dubitative sur le concept de confidentialité, tant les deux files sont distinctes, mais surtout très visibles et ne semblent pas permettre une quelconque discrétion pour les victimes :

Un dispositif ni fait ni à faire ?

Stigmatisant, infantilisant mais aussi dangereux : quid de la sécurité la plus élémentaire quand on vient porter plainte et que l’on s’expose à de potentielles représailles ? Et pourquoi pas un signe encore plus distinctif après tout ? Un badge, peut-être ? Ou alors un mégaphone pour annoncer dès l’entrée le motif de sa visite au commissariat, histoire que cela soit vite expédié ?

Alors c’est sûrement pratique : c’est facile à mettre en place pour peu que l’imprimante marche, et ça coûte moins cher que de la formation, ou du personnel supplémentaire.

Dans son article présentant le système dans un commissariat du Mans en mars dernier, Libération faisait état d’un nombre de plaintes en hausse, sans pour autant pouvoir affirmer que cela soit lié à ce dispositif d’accueil.

Toujours est-il que l’annonce de son extension reste tristement ironique et rageante quand celui qui annonce la mise en place d’une file adressée aux victimes de viols fait lui-même l’objet d’une plainte pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance.

Crédit photo de une : Pierrot75005, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

À lire aussi : Un an après #MeToo : comment accompagner les victimes de viol lorsqu’elles portent plainte ?

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :

Les Commentaires
9

Avatar de Bleu pastel
25 juillet 2021 à 16h43
Bleu pastel
Darmanin? Le mec lui même accusé de viols veut mettre en place un dispositif pour aider les victimes de viols ? De qui se moque t'on ?
0
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Féminisme

femme-nue
Chère Daronne

Je suis victime de revenge porn, mais c’est moi qui « ne me respecte pas » selon les potes de ma meuf

Chère Daronne

18 jan 2023

21
Monique_Wittig_ph._Colette_Geoffrey
Féminisme

Pourquoi les féministes d’aujourd’hui doivent redécouvrir l’oeuvre radicale de Monique Wittig

Maëlle Le Corre

08 jan 2023

2
Miss France
Féminisme

Le concours Miss France contrevient-il au droit du travail ? La justice a tranché

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

sex workers rights
Féminisme

Pourquoi lutter contre les violences faites aux travailleuses du sexe est un enjeu féministe

Maëlle Le Corre

17 déc 2022

39
disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

14
assemblee nationale IVG premiere lecture
Féminisme

IVG : les députés votent l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

2
pexels-mart-production-violences conjugales
Féminisme

Mon copain m’a frappée : comment réagir, que faire quand on est victime de violences dans son couple ?

Chloé P.

23 nov 2022

44
nous toutes 2021
Féminisme

Où manifester ce samedi 19 novembre contre les violences faites aux femmes avec Nous Toutes ?

Maëlle Le Corre

18 nov 2022

Megan Fox dans Jennifer's Body
Cinéma

Bimbo non grata : comment la carrière de Megan Fox illustre l’avant-après #MeToo

Anthony Vincent

31 oct 2022

13
Une femme portant une couronne de fleurs au milieu d’un champ d’herbe, Oleg Gekman via Canva
Féminisme

Non, la tendance incitant à se « reconnecter à son féminin sacré » n’a rien de féministe

La société s'écrit au féminin