Live now
Live now
Masquer
Photo_libre_de_droit_Gérald_Darmanin_ministre_de_l’Intérieur_2021
Féminisme

La dernière trouvaille de Darmanin pour l’accueil des victimes de viols ? Des gommettes

Dans la catégorie idées stupides, on retiendra celle-ci : des files d’attente identifiées pour les personnes qui viennent porter plainte pour viol ou violences conjugales dans les commissariats.

C’est la réponse de Gérald Darmanin pour faciliter le dépôt de plainte dans les commissariats : des files identifiées par un rond orange pour les personnes qui veulent porter plainte pour violences conjugales ou pour viol.

Imaginons déjà la force qu’il faut pour oser franchir la porte du commissariat. L’appréhension de devoir tout raconter à un inconnu. La peur de croiser quelqu’un que l’on connaît. La crainte de ne pas être comprise ou de ne pas être crue, de faire tout cela pour rien.

Et puis, on vous indique dès l’entrée une file d’attente pour votre cas particulier.

La voilà donc la solution pour que les victimes soient mieux traitées dans les commissariats ? Des files d’attentes identifiées par des gommettes de couleur ? Après les numéros verts, les files oranges pour les femmes battues ? Nous prend-on pour des enfants ?

Un accueil des victimes qui laisse DÉJÀ à désirer

Une trouvaille qui tombe à pic, au lendemain des révélations du Canard Enchaîné sur le policier qui le 15 mars dernier, avait enregistré la plainte de Chahinez Daoud pour violences contre son ex-mari. Plainte qui n’a pas servi à grand-chose puisque quelques semaines plus tard, le 4 mai, Chahinez Daoud était assassinée par lui.

Le policier en question venait donc d’être condamné, pour violences intra-familiales, à huit mois de prison avec sursis. Ces gommettes font donc doucement rigoler tant le problème de l’accueil des victimes est profond et nécessiterait des solutions à la hauteur.

Alors comment se sentir en sécurité dans un commissariat si la personne qui prend notre plainte est elle-même condamnée pour des faits similaires ? Une telle ironie pourrait prêter à rire si tout cela ne s’était pas soldé par un féminicide.

Un tollé sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, l’annonce a provoqué un tollé au point que le ministre de l’Intérieur a tenté (mollement) de calmer le jeu et de justifier le bien fondé de son annonce.

Confidentialité, vous dites ? En voyant la photo du journal La République du Centre pour illustrer le dispositif, on se permet d’être dubitative sur le concept de confidentialité, tant les deux files sont distinctes, mais surtout très visibles et ne semblent pas permettre une quelconque discrétion pour les victimes :

Un dispositif ni fait ni à faire ?

Stigmatisant, infantilisant mais aussi dangereux : quid de la sécurité la plus élémentaire quand on vient porter plainte et que l’on s’expose à de potentielles représailles ? Et pourquoi pas un signe encore plus distinctif après tout ? Un badge, peut-être ? Ou alors un mégaphone pour annoncer dès l’entrée le motif de sa visite au commissariat, histoire que cela soit vite expédié ?

Alors c’est sûrement pratique : c’est facile à mettre en place pour peu que l’imprimante marche, et ça coûte moins cher que de la formation, ou du personnel supplémentaire.

Dans son article présentant le système dans un commissariat du Mans en mars dernier, Libération faisait état d’un nombre de plaintes en hausse, sans pour autant pouvoir affirmer que cela soit lié à ce dispositif d’accueil.

Toujours est-il que l’annonce de son extension reste tristement ironique et rageante quand celui qui annonce la mise en place d’une file adressée aux victimes de viols fait lui-même l’objet d’une plainte pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance.

Crédit photo de une : Pierrot75005, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

À lire aussi : Un an après #MeToo : comment accompagner les victimes de viol lorsqu’elles portent plainte ?

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

9
Avatar de Bleu pastel
25 juillet 2021 à 18h07
Bleu pastel
Darmanin? Le mec lui même accusé de viols veut mettre en place un dispositif pour aider les victimes de viols ? De qui se moque t'on ?
0
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin