Live now
Live now
Masquer
La Bringue
Témoignages

J’ai testé La Bringue, une soirée 100% entre filles, et c’était ouf

23 oct 2021 2

La semaine dernière, Eva Levy est allée à sa première Bringue, ces soirées parisiennes organisées par Clarisse Luiz dont la spécialité est : il n’y a que des filles. 

Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais en allant à la Bringue. Tout ce que je savais, c’est que ça faisait beaucoup trop longtemps que je n’avais pas fait la fête.

Mais genre : vraiment fait la fête. Quand tu transpires tellement que tu ne sais plus si c’est de la sueur ou de la bière renversée sur ton t-shirt. Quand tu sautes et danses dans tous les sens en pensant que c’est TOI la chanteuse de la soirée. 

J’avais envie de me déchaîner. Mais n’étant allée en club que quelques fois à Paris, je savais que la plupart des soirées ne me permettraient pas de danser all night long comme un démon de minuit.

Pourquoi ? Parce que la plupart des boîtes de la capitale sont bondées, et que c’est toujours compliqué de trouver THE style de musique qui me plaît vraiment. Eh oui, je suis chiante et exigeante, mais bon, après tout… je suis parisienne !

J’avais entendu parler de la Bringue depuis déjà un bon moment sur Twitter. Ces soirées uniquement entre meufs sont organisées par Clarisse Luiz alias @_Clarification qui est aussi membre de la team du podcast Hot Line.

Je ne m’étais jamais décidée à aller à une Bringue, mais cette fois, j’ai cliqué avec mes longs ongles sur le lien Instagram, et j’ai pris deux places pour moi et une amie. 

Eva à la Bringue
Constatez la joie sur mon visage après avoir posé mon gros manteau aux vestiaires

La Bringue, pourquoi des soirées entre filles ? 

Avant de parler de la soirée en elle-même, j’aimerais évoquer de la genèse de la Bringue. Clarisse m’a raconté comment lui est venue l’idée d’organiser des soirées exclusivement entre filles :

« Il y a quelques années, je voulais aller à un showcase en boîte et je trouvais personne pour y aller avec moi. Du coup j’ai demandé sur Twitter si il y avait des filles qui voulaient venir avec moi — parce qu’en gros, sur le flyer de la soirée, il y avait écrit que si on venait en groupe de cinq filles on avait une bouteille de champagne offerte.

J’ai réussi à réunir neuf filles que je connaissais pas du tout, et c’était trop cool. On avait notre propre table, du coup, c’était trop bien. On est restés dans un petit cocon entre nous, et je me suis dit que ça pourrait être trop cool de faire ça, que avec des meufs. »

Après cette aventure, Clarisse a créée la Bringue. La première s’est passé dans un bar gay du quartier de Châtelet (1er arrondissement de Paris), le 8 mars 2019 — la journée internationale des droits des femmes. 

L’idée de la Bringue, c’est de pouvoir faire la fête librement dans un espace bienveillant. C’est d’ailleurs ce qu’explique le site internet : 

« Une soirée QUE pour les filles, pour toutes les filles ! Dans un espace privatisé rien que pour nous. Avec de la bonne musique, des meufs cools. Où tu peux t’habiller comme tu veux, danser comme tu veux, le tout sans avoir peur de te faire embêter par des mecs relous. » 

Un beau programme, non ? 

La Bringue, une soirée pas comme les autres 

Hormis le fait que la Bringue était ma première vraie soirée en boîte depuis le déconfinement, j’étais très très enthousiaste à l’idée de mettre mon meilleur mini crop-top sans avoir à me soucier du regard qu’on porterait sur ma tenue.  

La soirée ne m’a pas du tout déçue. Les filles étaient toutes trop gentilles et trop belles ; dès 22 heures, à l’ouverture des portes, la voix d’Aya Nakamura rythmait nos pas, et tout le monde chantait à l’unisson.

Au fur et à mesure de la soirée, l’énergie était de plus en plus folle. Toutes les filles formaient des cercles pour qu’une de nous danse au milieu en gigotant les fesses, pendant que tout le monde encourageait et criait son enthousiasme. C’était beau !

Je ne pensais pas qu’une soirée qu’entre filles serait tant différente d’une soirée classique en boîte, mais il se trouve que ça l’était. Je pense qu’il y avait juste moins de timidité, moins de gêne, moins de jugement… 

Clarisse elle-même a remarqué que les Bringues étaient des soirées spéciales lorsqu’une fille lui a dit que l’expérience avait marqué sa vie : 

« Une fille m’a dit que grâce a la bringue elle a trouvé son groupe de potes et elle s’est aussi trouvée elle-même. Ça m’a fait tellement plaisir. »

Les prochaines Bringues, ça sera le 28 octobre mais aussi le 31 octobre pour une spéciale Halloween ! Si vous voulez y aller, même seule, n’ayez pas peur de vous lancer : vous ferez obligatoirement des potes. 

À lire aussi : J’ai pris 5 mois de congé sabbatique et c’était ma meilleure idée de l’année

Crédit photo : Instagram @bringue_party

Témoignez sur Madmoizelle !
Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
2

Avatar de magimiz
24 octobre 2021 à 11h32
magimiz
Alors là, merci ! Je sais ce que je vais faire jeudi soir
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Témoignages
marre-evjf

Quand les EVJF deviennent un enfer : « La moindre notif me donnait envie de fuir »

Aïda Djoupa

27 nov 2021

16
Témoignages
nanowrimo-4-journal-de-bord

NaNoWriMo, journal de bord d’un échec programmé #4 : l’essentiel c’est de participer

Kalindi Ramphul

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Règlement de comptes
femme en train de faire des travaux

Gwendoline, 3900€ par mois à deux : « Mon conjoint n’achète rien à part des caleçons une fois par an »

Aïda Djoupa

25 nov 2021

3
Témoignages
meeko

Confession : je me masturbe devant les dessins animés de mon enfance

Une madmoiZelle

18 nov 2021

11
Règlement de comptes
Couple en train de discuter

Laurine, 2 577€ par mois à deux : « Je suis très mauvaise gestionnaire »

Aïda Djoupa

18 nov 2021

83
Témoignages
etudiante-prostitution-temoignage

Étudiante, je me prostitue pour rembourser mes dettes

Océane Viala

16 nov 2021

322
Témoignages
peur-gynéco

« Après avoir lu des témoignages de violences gynéco, je me suis dit : “Je n’irai jamais chez le gynécologue“ »

Aïda Djoupa

15 nov 2021

33
Témoignages
deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

13 nov 2021

8
Livres
journal-de-bord-challenge-nanowrimo

NaNoWriMo, journal de bord d’un échec programmé #2 — Autosabotage et mauvaises critiques

Kalindi Ramphul

12 nov 2021

4

La société s'écrit au féminin