Live now
Live now
Masquer
etudier-icart-temoignage
Témoignages

J’ai choisi d’étudier ma passion, et je ne le regrette pas !

02 juin 2020 37

Chloé a choisi d’étudier à l’école en management culturel de l’ICART, et te montre qu’il est possible d’allier sa passion avec ses études.

En partenariat avec l’ICART (notre Manifeste)

Je m’appelle Chloé, j’ai 19 ans, je suis depuis toujours passionnée par la culture et je suis en première année à l’ICART.

L’ICART, c’est quoi ?

L’ICART est un établissement privé d’enseignement supérieur reconnu par le Ministère de la Culture qui forme les futurs professionnels et professionnelles du marché de l’art et du management culturel.

L’école propose des formations à Bac+3 ou Bac+5 pour exercer des métiers sur le marché de l’art, de la musique, du cinéma et du spectacle.

L’ICART est implantée dans plusieurs villes : Paris, Bordeaux, Lille, Lyon et New York.

J’ai suivi ma passion au moment de choisir mes études

Dès le lycée, je me suis orientée vers un bac STD2A en arts appliqués et cette filière a confirmé mon envie de travailler dans le domaine de la culture.

Mais je me suis rendu compte que je préférais diffuser et partager ma passion pour l’art plutôt que de faire de la création !

C’est pour ça que je me suis orientée vers l’ICART, une école de management de la culture.

J’avais aussi besoin de rentrer dans un cursus professionnalisant, où l’on va sur le terrain et où l’accent est mis sur les stages et la rencontre avec des professionnels. Je ne voulais pas rester assise sur une chaise comme à la fac !

Les débouchés de l’ICART sont vraiment variés : on peut s’occuper d’une galerie d’art, être agent d’artiste, organiser des festivals ou n’importe quel événement culturel…

Moi, ce que j’aimerais, c’est travailler pour un musée !

Ce que j’aime à l’ICART : être sur le terrain !

Ce que j’aime à l’ICART, c’est que l’école permet d’allier sa passion et ses études, tout en offrant un parcours très professionnalisant !

Nous organisons ainsi de nombreuses activités culturelles toute l’année. Par exemple, nous avons animé des visites guidées dans un musée de street art.

Nous organisons souvent des masterclass au sein de l’école : ce sont des sortes de rencontres ou de conférences avec des personnalités de la culture que nous invitons.

J’ai aussi eu la chance d’organiser mon premier événement professionnel officiel monté avec une équipe d’art : j’ai dû avec d’autres élèves trouver un lieu, des artistes, faire de la communication pour faire venir les gens… J’étais super fière !

Je suis en première année, et j’ai déjà réalisé tout ça. On n’attend pas d’arriver en Master pour aller sur le terrain !

Les cours et l’ambiance à l’ICART

Du côté des cours, on a un enseignement général dans différents domaines de la culture : art, peinture, sculpture mais aussi cinéma, spectacle vivant, musique…

Les deux premières années offrent un large panel de l’histoire de ces domaines, et c’est très enrichissant ! On se spécialise ensuite en Master.

Ce que j’aime aussi, ce sont les relations entre élèves au sein de l’ICART : nous avons tous et toutes la même passion et les promos sont petites, ce qui permet de créer des liens forts !

L’ICART, une formation qui met l’accent sur les stages

Pour professionnaliser les élèves au maximum, l’ICART met l’accent sur les stages, de plus en plus nombreux et longs au fur et à mesure des ans.

Je suis actuellement en stage à distance avec une artiste peintre et je m’occupe de sa communication : je gère son site Web, ses réseaux sociaux, je contacte les galeries d’art…

À cause de l’épidémie de coronavirus, beaucoup de lieux culturels sont pour l’instant fermés, mais ce n’est pas pour cela qu’il n’y a pas de travail !

L’avantage de faire beaucoup de stages, c’est qu’on se fait des contacts utiles pour le jour où on rentrera sur le marché du travail.

Mes conseils pour rentrer à l’ICART

L’entrée à l’ICART se fait par concours hors Parcoursup, à la suite du bac ou à Bac+1 ou Bac+2.

Une grosse partie du concours évalue la culture générale dans le domaine de la culture : ciné, théâtre, art, musique, architecture, design… Il y a aussi une dissertation sur une oeuvre d’art et un test d’anglais, car à partir du Master, 50% des cours se font dans cette langue !

Et bien sûr, il y a un oral de motivation.

Si j’avais un message à faire passer aux lycéens et aux lycéennes qui aimeraient rentrer à l’école, c’est de ne pas paniquer !

L’important, c’est d’être très motivée et de le montrer.

Pour développer sa culture générale, le principal est de s’intéresser à tout ce qui nous entoure, de se montrer curieuse dès qu’on entend une musique, qu’on voit une oeuvre d’art… Il faut s’enrichir de tout ce qu’on rencontre dans sa vie quotidienne, et pas se bourrer le crâne !

À lire aussi : Guide de survie pour étudier depuis chez toi (merci le Coronavirus)

Témoignez sur Madmoizelle !

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
37

Avatar de Markia
4 juin 2020 à 17h51
Markia
Bah moi je suis en 5e année d'étude d'art et je regrette pas mal. Pourtant à mes 19 ans j'étais certaine d'avoir trouvé ma voie.

Entre un ressenti à bac+1 et à bac+5 il y a souvent un monde. Tu te rends compte que les réalités du métiers sont dures, à travers tes stages ou tes conversations avec des professionnels. A posteriori je pense que j'aurais préféré un métier "stable" et dessiner tranquillement à côté, sans pression, comme c'est le cas de certaines madz au-dessus.
6
Voir les 37 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Règlement de comptes
Sarah

Sarah et son mari, 3200€ par mois pour 4 : « J’ai un rapport… compliqué à l’argent »

Camille Abbey

02 déc 2021

Tatouage
la-tessita-par-clara-de-latour

« Besoin de savoir d’où je venais et de le marquer dans ma peau » : quand le tatouage nous relie à nos origines

Anne Chirol

30 nov 2021

Témoignages
maid-violences

C’est un épisode de Maid qui m’a aidée à réaliser que j’avais subi des violences conjugales

Aïda Djoupa

29 nov 2021

9
Témoignages
marre-evjf

Quand les EVJF deviennent un enfer : « La moindre notif me donnait envie de fuir »

Aïda Djoupa

27 nov 2021

52
Témoignages
nanowrimo-4-journal-de-bord

NaNoWriMo, journal de bord d’un échec programmé #4 : l’essentiel c’est de participer

Kalindi Ramphul

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Règlement de comptes
femme en train de faire des travaux

Gwendoline, 3900€ par mois à deux : « Mon conjoint n’achète rien à part des caleçons une fois par an »

Aïda Djoupa

25 nov 2021

3
Témoignages
meeko

Confession : je me masturbe devant les dessins animés de mon enfance

Une madmoiZelle

18 nov 2021

11
Règlement de comptes
Couple en train de discuter

Laurine, 2 577€ par mois à deux : « Je suis très mauvaise gestionnaire »

Aïda Djoupa

18 nov 2021

83
Témoignages
etudiante-prostitution-temoignage

Étudiante, je me prostitue pour rembourser mes dettes

Océane Viala

16 nov 2021

322

La société s'écrit au féminin