Live now
Live now
Masquer
pexels-ketut-subiyanto-wwf sport
Ecologie

Eh oui, le réchauffement climatique va aussi bouleverser nos activités sportives

07 juil 2021
Un petit footing par 35°C ? Ça ne vous fait pas envie, mais c’est pourtant l’avenir qui se profile, d’après l’organisation WWF qui nous met en garde contre l’impact du dérèglement climatique sur le sport.

Cela fait partie des conséquences qui ne nous viennent pas tout de suite en tête. Mais une fois qu’on y a réfléchi, cela parait évident. L’organisation WWF nous met en garde sur l’impact du réchauffement climatique dans un secteur bien particulier : celui du sport.

Car oui, avec un risque de hausse des températures de plusieurs degrés dans les décennies à venir, il est clair que toutes nos activités en seront modifiées, et les loisirs ne seront pas épargnés :

« Quelle skieuse sans neige ? Quel rugbyman ou marathonien à 40 ou 45 degrés ? Quel régatier dans des mers couvertes d’algues toxiques ? Quel kayakiste dans des rivières à sec ? Quels sports de nature dans des paysages devenus arides ? Le climat influe non seulement sur les performances, mais aussi sur la pratique du sport tout court. »

Des athlètes de premier plan comme la navigatrice Isabelle Autissier ou le décathlonien Kevin Mayer alertent sur les conséquences très concrètes des changements climatiques à venir.

Car les sports de haut de niveau subiront des conséquences très concrètes, comme des annulations d’événements sportifs de grande ampleur. Mais nous les sentirons, nous aussi, dans notre pratique quotidienne.

32°C, la limite pour notre santé

À quoi doit-on s’attendre ? Le rapport de WWF propose deux scénarios : l’un porte sur une hausse de deux degrés, l’autre quatre. Autant le dire tout de suite, les deux ne sont pas de bonne augure.

Dans un cas comme dans l’autre, il va falloir s’attendre à une augmentation des journées où la température dépasse les 32°C, jusqu’à 66 jours pour les régions les plus chaudes en France métropolitaine. Oui, vous avez bien lu : deux mois de fournaise dans l’année.

Vous l’avez sans doute remarqué – puisqu’on n’en est pas à notre première canicule — faire du sport par forte chaleur, c’est nul et en plus, c’est aussi dangereux pour la santé. 32°C, c’est un peu notre limite. Au-delà, il est déconseillé de pratiquer un sport.

Jean-François Toussaint, directeur de l’institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes), l’explique d’ailleurs dans le rapport de WWF :

« La température du corps doit rester sous les 40°C-41°C afin d’éviter les malaises et coups de chaleur, potentiellement mortels. Pour cela, évidemment, plus la température extérieure est élevée et plus l’activité est intense et prolongée, plus la capacité de dissipation thermique est réduite. »

Les préconisations de WWF

Disparition ou altération du manteau neigeux en montagne, montée des eaux et érosion du littoral, que ce soit pour les sports d’hiver ou les sports nautiques, des infrastructures sont menacées et avec elles, des régions, des emplois, des activités économiques.

Vous pensiez vous réfugier dans le sport en salles ? Quelle naïveté ! Car oui, les salles de sport ne seront pas en reste : beaucoup de gymnases sont aujourd’hui trop vieux et inadaptés à accueillir du public par forte chaleur.

Que préconise WWF ? Parmi ses nombreuses recommandations, l’ONG estime qu’il est primordial d’intégrer la défense des valeurs écologiques dans les pratiques sportives :

« Il devient de plus en plus inacceptable que la pratique, la performance et le spectacle sportif puissent se faire au détriment de la planète. Il est donc important de mettre la lutte contre les pollutions au même niveau que la lutte contre le dopage, le fairplay, le respect des décisions d’arbitrage… »

Elle estime que « l’ensemble des activités sportives doivent être alignées avec les objectifs de l’Accord de Paris. »

Comme pour la nourriture, WWF nous invite aussi à pratiquer le local et le saisonnier. Par exemple, « adopter une pratique sportive de saison sous-entend d’accepter une certaine saisonnalité des pratiques sportives, des conditions de pratiques et des sites de pratique. »

WWF l’assène, le sport ne peut pas être mis de côté dans les mesures prises pour endiguer les phénomènes de réchauffement climatiques à venir :

« Nous devons avancer collectivement et accélérer la transition écologique de nos sociétés et le sport peut et doit, par son rôle d’exemplarité, nous y aider. Le besoin de changer le monde n’a jamais été aussi urgent. Le moment est venu pour le monde du sport de relever le défi, et de devenir le premier défenseur du climat. »

À lire aussi : Survis à la canicule grâce à madmoiZelle !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Ecologie

Ecologie
Ilya Alashevskiy pour Getty Images

Sécheresse et chaleur extrêmes, comment agir autour de chez soi ?

Bénédicte Carrio

03 août 2022

7
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Ecologie
iguanes-1

Une espèce disparue d’iguanes revient dans les îles Galápagos

Manon Portanier

03 août 2022

1
Ecologie
Rachel Carson

Qui est Rachel Carson, la « mère de l’écologie », dont l’ouvrage incontournable vient d’être réédité ?

Servan Le Janne

30 juil 2022

1
Ecologie
pexels-markus-spiske-no planet b jour du depassement environnement ecologie

Face au jour du dépassement, comment agir ?

Maëlle Le Corre

28 juil 2022

Ecologie
canicule-alerte-france-chaleur

Arrêtons de nous réjouir de la chaleur de cette semaine, ça n’a rien de cool

Manon Portanier

14 juin 2022

54
Ecologie
echantillons-beaute-ecologie

Pourquoi il faut arrêter de collectionner les échantillons beauté

Ecologie
planet-over-profit-vert

8 sujets écolo aussi primordiaux qu’absents de cette campagne présidentielle

Bénédicte Carrio

22 avr 2022

Mode
minuit-sur-terre-chaussure-responsable
Sponsorisé

Slow vs Fast fashion, quelles sont les vraies différences ?

Ecologie
miranda whelehan good morning britain

Dans une séquence hallucinante de mépris, cette activiste écolo tient tête au sexisme et à la condescendance

Maëlle Le Corre

13 avr 2022

5
Ecologie
allan-lainez–unsplash – burger

En théorie, 1 Français sur 2 est prêt à réduire la viande. En pratique, par contre…

La société s'écrit au féminin