Live now
Live now
Masquer
pexels-ketut-subiyanto-wwf sport
Ecologie

Eh oui, le réchauffement climatique va aussi bouleverser nos activités sportives

07 juil 2021
Un petit footing par 35°C ? Ça ne vous fait pas envie, mais c’est pourtant l’avenir qui se profile, d’après l’organisation WWF qui nous met en garde contre l’impact du dérèglement climatique sur le sport.

Cela fait partie des conséquences qui ne nous viennent pas tout de suite en tête. Mais une fois qu’on y a réfléchi, cela parait évident. L’organisation WWF nous met en garde sur l’impact du réchauffement climatique dans un secteur bien particulier : celui du sport.

Car oui, avec un risque de hausse des températures de plusieurs degrés dans les décennies à venir, il est clair que toutes nos activités en seront modifiées, et les loisirs ne seront pas épargnés :

« Quelle skieuse sans neige ? Quel rugbyman ou marathonien à 40 ou 45 degrés ? Quel régatier dans des mers couvertes d’algues toxiques ? Quel kayakiste dans des rivières à sec ? Quels sports de nature dans des paysages devenus arides ? Le climat influe non seulement sur les performances, mais aussi sur la pratique du sport tout court. »

Des athlètes de premier plan comme la navigatrice Isabelle Autissier ou le décathlonien Kevin Mayer alertent sur les conséquences très concrètes des changements climatiques à venir.

Car les sports de haut de niveau subiront des conséquences très concrètes, comme des annulations d’événements sportifs de grande ampleur. Mais nous les sentirons, nous aussi, dans notre pratique quotidienne.

32°C, la limite pour notre santé

À quoi doit-on s’attendre ? Le rapport de WWF propose deux scénarios : l’un porte sur une hausse de deux degrés, l’autre quatre. Autant le dire tout de suite, les deux ne sont pas de bonne augure.

Dans un cas comme dans l’autre, il va falloir s’attendre à une augmentation des journées où la température dépasse les 32°C, jusqu’à 66 jours pour les régions les plus chaudes en France métropolitaine. Oui, vous avez bien lu : deux mois de fournaise dans l’année.

Vous l’avez sans doute remarqué – puisqu’on n’en est pas à notre première canicule — faire du sport par forte chaleur, c’est nul et en plus, c’est aussi dangereux pour la santé. 32°C, c’est un peu notre limite. Au-delà, il est déconseillé de pratiquer un sport.

Jean-François Toussaint, directeur de l’institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes), l’explique d’ailleurs dans le rapport de WWF :

« La température du corps doit rester sous les 40°C-41°C afin d’éviter les malaises et coups de chaleur, potentiellement mortels. Pour cela, évidemment, plus la température extérieure est élevée et plus l’activité est intense et prolongée, plus la capacité de dissipation thermique est réduite. »

Les préconisations de WWF

Disparition ou altération du manteau neigeux en montagne, montée des eaux et érosion du littoral, que ce soit pour les sports d’hiver ou les sports nautiques, des infrastructures sont menacées et avec elles, des régions, des emplois, des activités économiques.

Vous pensiez vous réfugier dans le sport en salles ? Quelle naïveté ! Car oui, les salles de sport ne seront pas en reste : beaucoup de gymnases sont aujourd’hui trop vieux et inadaptés à accueillir du public par forte chaleur.

Que préconise WWF ? Parmi ses nombreuses recommandations, l’ONG estime qu’il est primordial d’intégrer la défense des valeurs écologiques dans les pratiques sportives :

« Il devient de plus en plus inacceptable que la pratique, la performance et le spectacle sportif puissent se faire au détriment de la planète. Il est donc important de mettre la lutte contre les pollutions au même niveau que la lutte contre le dopage, le fairplay, le respect des décisions d’arbitrage… »

Elle estime que « l’ensemble des activités sportives doivent être alignées avec les objectifs de l’Accord de Paris. »

Comme pour la nourriture, WWF nous invite aussi à pratiquer le local et le saisonnier. Par exemple, « adopter une pratique sportive de saison sous-entend d’accepter une certaine saisonnalité des pratiques sportives, des conditions de pratiques et des sites de pratique. »

WWF l’assène, le sport ne peut pas être mis de côté dans les mesures prises pour endiguer les phénomènes de réchauffement climatiques à venir :

« Nous devons avancer collectivement et accélérer la transition écologique de nos sociétés et le sport peut et doit, par son rôle d’exemplarité, nous y aider. Le besoin de changer le monde n’a jamais été aussi urgent. Le moment est venu pour le monde du sport de relever le défi, et de devenir le premier défenseur du climat. »

À lire aussi : Survis à la canicule grâce à madmoiZelle !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Ecologie

greta thunberg
Ecologie

Greta Thunberg a été interpellée par la police lors d’une manifestation en Allemagne

Maëlle Le Corre

18 jan 2023

Crédits : Oneinchpunch
Ecologie

Vous êtes milliardaire ? Voilà 5 activités pour s’occuper en avion

Mathis Grosos

17 jan 2023

11
pexels-arminas-raudys-bananerais chlordécone
Ecologie

Scandale du chlordécone : la justice déclare un non-lieu

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

7
cosmetiques-solides
Hygiène

Les cosmétiques solides sont cool pour la planète, mais sont-ils efficaces et bons pour la santé ?

Barbara Olivieri

30 déc 2022

11
Une femme faisant une randonnée dans la nature au Canada © Edgar Bullon's Images via Canva Pro
Ecologie

Pendant que Macron était au Qatar, l’ONU a signé un accord historique pour la biodiversité

Camille Lamblaut

20 déc 2022

naja-bertolt-jensen-unsplash-pollution-plastique-oceans-WWF
Ecologie

COP15 : Et l’océan dans tout ça ?

Camille Lamblaut

16 déc 2022

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.48.45
Politique

Marine Tondelier, le nouveau visage d’Europe Ecologie-Les Verts

Camille Lamblaut

14 déc 2022

geran-de-klerk-WJkc3xZjSXw-unsplash
Ecologie

Il était temps : l’UE a adopté une mesure historique pour agir contre la déforestation

Camille Lamblaut

07 déc 2022

george-chandrinos-bv0ZMB6Nn1g-unsplash
Ecologie

« Fournaise : à la recherche d’une ville vivable » est le documentaire pour contrer l’éco-anxiété

markus-spiske-r1BS0pzlr1M-unsplash
Ecologie

Fin de la COP27 : pourquoi celles et ceux qui n’attendaient rien ont eu raison

Camille Lamblaut

21 nov 2022

La société s'écrit au féminin