Live now
Live now
Masquer
ecrans_grandsparents_H
Daronne

Écrans : quand les grands-parents en abusent avec leurs petits-enfants

Beaucoup de grands-parents ne respectent pas les consignes relatives aux écrans quand ils gardent leurs petits-enfants, au risque de créer des tensions au sein des familles. Des lectrices témoignent.

Les recommandations officielles sont formelles : pas d’écran avant trois ans. Si les parents tentent comme ils peuvent de respecter ces consignes, ils se heurtent parfois à l’incompréhension, voire à la mauvaise foi de leurs propres parents.

Entre téléviseur allumé toute la journée et déluge de dessins animés, les grands-parents ont du mal à presser le bouton stop de leur appareil préféré. Mais est-ce vraiment grave ? Et dans quel cas faut-il intervenir ?

À lire aussi : Faut-il interdire les écrans aux enfants ? On s’attaque au sujet qui fâche

Le temps d’écran chez les grands-parents

Chez papy et mamy, la télévision, c’est souvent à volonté. Selon une étude de 2019, menée auprès de 357 grands-parents s’occupant de leurs petits enfants au moins une fois par semaine, la moitié de leur temps de garde était passée devant un écran.

Cette consommation télévisuelle excessive peut crisper des parents qui encadrent rigoureusement l’accès aux téléviseurs et autres tablettes. À l’instar de Camille, mère de deux petits garçons de 3 et 5 ans, dont la famille ne respecte pas toujours les choix :

Nous ne sommes pas du tout contre les écrans à la maison, mais nous avons eu des points de tension avec les grands-parents des deux côtés à ce sujet. Nous avions décidé de ne pas mettre les enfants devant les écrans le matin, malgré tout, ma mère leur en montre souvent au réveil, ou remplace l’histoire du soir par un dessin animé. Du côté de mes beaux-parents, on a appris via notre fils qu’ils le mettaient devant des dessins animés absolument pas adaptés à son âge lorsqu’il ne faisait pas la sieste.

Même problème chez Claire, mère d’une petite fille de 5 ans et d’un petit garçon de 3 ans :

Mes beaux-parents mettent les enfants devant la télévision le matin et très souvent dans l’après-midi et soirée, alors que chez nous, la règle, c’était : pas d’écrans avant deux ou trois ans. Aujourd’hui, nous les laissons regarder pendant leur temps calme et le week-end. Du côté de mes parents, la télévision est presque tout le temps allumée et ils passent beaucoup de dessins animés pour occuper les enfants.

Comme Claire, certains parents regrettent également l’omniprésence d’une télévision, allumée en permanence dans le salon familial, au risque d’exposer les enfants présents à des contenus inadaptés à leur âge. Camille, mère d’une petite fille d’un an et demi, constate pourtant que ses beaux-parents ont du mal à lâcher la télécommande :

Nous ne souhaitons pas montrer d’écran à notre fille et nous devons batailler pour qu’ils éteignent la télévision quand nous allons chez eux. En plus, si les programmes qu’ils regardent ne sont pas “dangereux”, du genre jeux télévisés, ils ne sont pas du tout intéressants pour une enfant.

Certains contenus ne présentent aucun autre intérêt pour les plus petits. D’autres peuvent carrément s’avérer violents et anxiogènes, comme le déplore cette autre lectrice, mère de deux petites filles :

Ce qui me dérange le plus c’est que nos parents mettent n’importe quoi à la télévision. Ses grands-parents la laissent devant la même chaîne pendant plusieurs heures et les programmes qui s’enchaînent ne sont pas adaptés aux enfants, voire violents.

La télévision de la discorde peut même entacher la relation, au point de ne plus vouloir confier ses enfants aux grands-parents concernés. Jeanne a, elle aussi, deux petites filles, et regrette qu’en leur présence, ses beaux-parents brandissent systématiquement le joker écran, sans la moindre modération :

Mes beaux-parents n’ont jamais fait aucune activité avec elles, et ils ont le réflexe “télé baby-sitter”, même s’ils connaissent notre position sur le sujet. Pour eux un enfant ça s’occupe avec la télé, point. En cinq ans, on ne leur a laissé nos filles qu’une heure, pendant laquelle elles sont restées collées devant un dessin animé violent. Ma cadette avait seulement six mois… Ça nous a refroidi ! On sait que si on leur laissait une journée, ce serait une journée entière de télévision en continu, avec des programmes pas adaptés à leurs âges, donc on ne leur confie plus.

Souplesse et compromis en famille

Les enfants sont parfaitement capables de faire la différence entre les consignes du quotidien et les situations exceptionnelles. Si les parents sont autorisés à lâcher du lest, les grand-parents sont tout de même tenus de respecter les principes de bases en termes de contenu adapté. Pour limiter la casse (et les conflits) les adultes peuvent discuter au préalable de ce qui est acceptable ou non, en gardant à l’esprit que les règles peuvent s’assouplir, mais qu’il existe des limites à ne pas dépasser.

Maintenant, que ses enfants ont grandi, Claire ne se formalise plus de ce temps d’écran exceptionnel :

Je ne trouve plus cela si grave. Mes enfants ne voient pas souvent leurs grands-parents et font très bien la différence entre les règles de la maison et les autres, surtout quand nous ne sommes pas là. Je trouve effectivement qu’ils passent beaucoup de temps devant les écrans quand ils sont gardés par nos parents, mais personnellement, j’apprécie quand même ce relai.

Jeanne aussi est reconnaissante de l’aide que ses parents lui apportent et elle comprend que les règles soient différentes chez eux :

Mes parents gardent régulièrement ma fille et elle a le droit à des dessins animés courts tous les jours. Ce n’est pas ce qu’on ferait chez nous, mais ça se passe bien. Elle n’en réclame pas quand elle rentre, et cela nous arrange qu’ils la gardent. C’est un compromis qu’on accepte sans souci ! Surtout qu’ils font aussi énormément d’activités avec elle.

Vos enfants regardent beaucoup trop la télévision chez vos parents ou vos beaux-parents et vous redoutez le Noël en famille qui approche ? Vous n’êtes pas seuls. Respirez un grand coup et rappelez-vous : c’est exceptionnel et cela ne va pas les détraquer. Assurez-vous simplement que le poste démoniaque ne diffuse rien qui puisse heurter vos petits trésors et vous, profitez de ce moment de tranquillité pour savourer une, ou deux, ou trois, coupes de champagne.

À lire aussi : Oui, même Michelle Obama s’est tapé toute la charge mentale à la naissance de ses filles

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Daronne

rebekah-vos-GoabH6sEXek-unsplash
Daronne

Se maquiller pour accoucher : ah, vraiment ?

instagram
Chère Daronne

Help ! J’ai stalké mon boss sur Insta et j’ai liké sans faire exprès une photo de lui en sous-vêtements

Chère Daronne

01 fév 2023

5
comment-pas-attraper-gastro
Daronne

Les astuces pour ne pas choper la gastro de ses gosses

Manon Portanier

31 jan 2023

6
maison-rangement
Daronne

Marie Kondo est une mère comme les autres et tant mieux !

veilleuse-avis
Daronne

7 veilleuses pour enfant, pour ne plus avoir peur du noir

Manon Portanier

31 jan 2023

ADD_Visuel_V
Daronne

Rendez-vous ce soir avec Anna Roy pour notre Apéro des Daronnes !

Manon Portanier

31 jan 2023

3
enfant-ordinateur
Daronne

L’éducation numérique, bientôt renforcée dans tous les collèges et les lycées

chrissyteigen
Parentalité

Chrissy Teigen partage une photo décomplexante pour les mères, et ça fait du bien

Manon Portanier

30 jan 2023

3
enfant-greve-que-faire
Daronne

Grève de 31 janvier : quelles sont les solutions de garde (limitées) pour les parents ?

[Site web] Visuel horizontal Édito (2)
Daronne

Découvrez Briony May Smith, l’autrice d’albums jeunesse à succès

Manon Portanier

29 jan 2023

Pour les meufs qui gèrent