documentaire-prostitution-suede-ovidie
Actualités

« Là où les putains n’existent pas », le docu édifiant d’Ovidie en accès libre

Le documentaire d’Ovidie sur le tabou et les discriminations autour de la prostitution a été récompensé pour sa force et son militantisme. L’occasion de le (re)voir sur ARTE !

En 2013, Eva Maree, ancienne escort-girl sous le nom Jasmine Petite, a été poignardée de 31 coups de couteau par son ancien compagnon et père de ses deux enfants dans un centre social en Suède.

Cette histoire est présentée par les médias nationaux comme un fait divers mais le documentaire Là où les putains n’existent pas lève le voile sur la discrimination que subissent les travailleuses du sexe dans ce pays scandinave.

Signé Ovidie, militante féministe pro-sexe et réalisatrice de documentaires, le film a remporté le prix Amnesty International de la catégorie Human Rights au Festival international du film de Thessalonique.

C’est l’occasion de revenir sur ce documentaire qui aborde un sujet sensible, surtout dans un pays considéré à différents niveaux comme un modèle d’excellence en Europe.

Un documentaire militant sur la prostitution

La Suède est souvent surnommée « la bonne élève de l’Union Européenne » par ses voisins, notamment au sujet de la libération sexuelle et de l’éducation sexuelle à l’école, par exemple.

Sur le plateau de 28 Minutes, Ovidie dénonce pourtant la mentalité du gouvernement suédois. Elle l’explique dans la vidéo ci-dessous :

La ministre des Droits des femmes en 2013, Najat Vallaud Belkacem, affirmait s’inspirer de la loi suédoise en vigueur depuis 1999, dans son projet de loi sur la prostitution.

Cette législation vise à pénalise les clients qui ont recours aux services de travailleurs et travailleuses du sexe.

Une mesure qu’Ovidie considère comme une fausse bonne idée. Elle explique à Vice notamment :

« Légalement, le consentement des prostituées n’est pas reconnu.

Elles sont traitées comme des femmes fragiles mentalement, sous influence, dans des démarches d’autodestruction… Donc incapables d’élever leurs enfants. »

C’est ce qui est arrivé à Eva Maree, assassinée par son mari en 2013, alors que la France nage en plein débat sur l’abolition de la prostitution.

D’après les intervenants dans le film d’Ovidie, la mort de l’ancienne escort-girl aurait pu être évitée si la législation suédoise encadrait mieux les travailleurs et travailleuses du sexe.

Les prostituées, victimes du tabou et des discriminations

Selon les images du docu, les travailleuses du sexe sont dangereusement discriminées par la justice et l’administration.

Questionné·es par Ovidie, les intervenants et intervenantes estiment que l’État suédois est lourdement responsable du meurtre d’Eva Maree.

La mère de famille a été privée de voir ses enfants après avoir confié à une amie ses activités d’escort-girl pour une durée de deux semaines.

Ils sont finalement remis à leur père violent, jugé comme tel par les mêmes tribunaux qui ont décidé de retirer la garde à Eva Maree. La jeune femme est tuée dans le centre social dans lequel elle avait rendez-vous, par son ex-conjoint et sous les yeux de leurs fils.

Ovidie a rencontré les proches de l’affaire, dont la mère d’Eva Maree et tente d’éclaircir une zone d’ombre terrible autour de ce fait divers.

Après avoir réalisé Pornocratie et À quoi rêvent les jeunes filles, des documentaires sur la pornographie et sur la sexualité féminine, Odivie poursuit son travail militant.

À lire aussi : Les adolescents consomment davantage de porno… mais n’ont toujours pas plus d’éducation sexuelle

Les images qu’elle est allée chercher en Suède ouvrent une perspective inédite, très différente de celle qu’on a habituellement sur les pays du nord de l’Europe.

Le film de 55 minutes est encore disponible en replay sur Arte jusqu’au 24 avril.

À lire aussi : Je veux comprendre… les enjeux du débat sur la prostitution

Les Commentaires
16

Avatar de SosoRomanoff
23 mars 2018 à 18h03
SosoRomanoff
très beau ce reportage ! et très triste ..
0
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Actualités

Société
manif PMA assemblee nationale mlecorre – verticale

PMA : ça y est, cette fois c’est bon, le Conseil constitutionnel donne son feu vert

Maëlle Le Corre

30 juil 2021

Actu en France
resto-du-coeur-small

En France, on a davantage recours à l’aide alimentaire, crise sanitaire oblige

Maëlle Le Corre

29 juil 2021

Culture Web
Patrick-et-Bob-léponge-cassent-le-poignet

De Twitter et TikTok à l’IRL, casser son poignet devient un signe de ralliement entre queers et alliés

Anthony Vincent

29 juil 2021

Parentalité
parents-nouveau-ne-verticale

Pourquoi les enfants ne porteraient-ils pas automatiquement les noms de leurs deux parents ?

Maëlle Benisty

29 juil 2021

31
Ecologie
jeanne menjoulet marche pour le climat du 21 septembre 2019 à Paris

Quelle pandémie ? Le jour du dépassement est de retour à son niveau de 2019

Maëlle Le Corre

29 juil 2021

8
Sport
femme portant un hijab de sport avec un ballon de foot

« Nous voulons que le droit de chacune à faire du sport soit respecté » : les Hijabeuses organisent un entraînement au siège de la FFF

Aïda Djoupa

28 juil 2021

Société
Greta Thunberg fait un vaxxie afin de prêcher pour un meilleur accès au vaccin pour tous

Greta Thunberg : ​​« La distribution des vaccins est extrêmement inégale »

Anthony Vincent

28 juil 2021

9
Société
sex-education

Pourquoi il faut en finir avec le cliché du « mec homophobe qui est en réalité un gay refoulé »

Maëlle Le Corre

28 juil 2021

13
Féminisme
Sarah Voss Deutsche_Meisterschaften_Gerätturnen_Mehrkampf_weiblich_Einturnen_at_Internationales_Deutsches_Turnfest_Berlin_2017_(Martin_Rulsch)_024

Pourquoi la tenue des gymnastes allemandes aux Jeux olympiques est un vrai geste contre le sexisme

Maëlle Le Corre

27 juil 2021

3
Société
IEP_de_Paris_27_rue_St-Guillaume_Paris_7e

À Sciences Po, dysfonctionnements et omerta maintiennent l’existence des violences sexuelles

Maëlle Le Corre

27 juil 2021

La société s'écrit au féminin