Live now
Live now
Masquer
Instagram // Source : Solen Feyissa
Actualités mondiales

Dans l’Utah, les -18 ans n’auront plus accès aux réseaux sociaux sans accord parental

Aux États-Unis, les lois sur l’accès aux réseaux sociaux se durcissent pour les mineurs. Alors que les débats font rage sur les effets potentiellement néfastes de ces plateformes sur la santé mentale de la jeunesse, l’Utah vient de soumettre à l’autorisation parentale l’accès aux réseaux sociaux pour tous les moins de 18 ans. Sont notamment concernés TikTok, Facebook et Instagram.

C’est un débat vieux comme le monde (numérique). Les réseaux sociaux — terme aisément remplaçable par « internet » au sens large ou « jeux vidéos » — ont-ils une influence néfaste sur la jeunesse ? Les points de vue divergent, certains appelant à encadrer leur accès, voire à l’interdire complètement, d’autres dénonçant l’effet délétère de certaines plateformes sur la santé mentale des adolescents. Faudrait-il mieux réguler leur accès pour certaines tranches d’âge ? Mieux éduquer les enfants, et leurs parents, à naviguer sur le web ? Le 23 mars 2023, les législateurs de l’Utah, dans l’ouest états-unien, ont tranché : tous les jeunes de moins de 18 ans auront à présent besoin de l’accord parental pour se connecter sur leurs réseaux sociaux.

Une loi appuyée par le gouverneur républicain de l’Utah

Que dit cette nouvelle loi, signée par le gouverneur républicain Spencer Cox ? Comme le rapporte le Guardian, celle-ci concerne tous les mineurs, sans distinction d’âge, sur de nombreuses plateformes comme TikTok, Instagram et Facebook. Les parents auront par ailleurs un accès total à tous les posts de leurs enfants et les plateformes bloqueront l’accès des mineurs à leur compte entre 22h30 et 6h30, à moins que les parents ne modifient ces paramètres. À cela s’ajoute une interdiction ferme pour les entreprises qui détiennent ces réseaux sociaux d’utiliser des techniques qui pourraient « favoriser l’addiction des mineurs », de collecter des données les concernant ou de produire du contenu ciblé pour les jeunes.

Un débat national

L’Utah devient ainsi le premier état américain à interdire à tous les mineurs l’accès aux réseaux sociaux en l’absence d’autorisation parentale, et ce, malgré les résistances de groupes défendant les libertés civiles qui s’inquiètent qu’une telle décision prive les jeunes LGBTQIA+ d’un accès précieux aux réseaux digitaux de soutien et d’information.

« Nous ne voulons plus laisser les réseaux sociaux continuer à endommager la santé mentale de notre jeunesse », a déclaré le gouverneur républicain dans un tweet :

Cette décision s’inscrit dans le contexte d’un débat législatif plus large, qui se tient aussi bien au niveau des états qu’à l’échelle fédérale. Comme le rapporte le Guardian, le jour où Spencer Cox a ratifié le texte de loi, le PDG de TikTok était entendu par le Congrès sur les soupçons dont le réseau fait l’objet : atteinte à la sécurité nationale, à la confidentialité des données et à la santé mentale de ses jeunes utilisateurs.

Une loi inapplicable ?

Un flou demeure autour des conditions d’application de cette nouvelle loi. Au niveau fédéral, le Children’s Online Privacy Protection Act interdit déjà aux entreprises de recolter les données des jeunes de moins de 13 ans sans l’accord de leurs parents. C’est pour cette raison que la plupart des plateformes, comme Facebook, sont interdites au moins de 13 ans. Une règle facilement contournée : il suffit de mentir sur son âge, puisqu’aucune vérification n’est requise.

Des organismes spécialisés des questions tech ont décrié la nouvelle loi :

« L’Utah va bientôt demander aux services numériques de glaner des informations sensibes concernant les adolescents et leurs familles, non seulement pour vérifier l’âge mais aussi pour s’assurer de la filiation parentale. Il faudra fournir des photocopies de documents d’identité officiels, et de certificats de naissance, ce qui exposera ces données à un risque accru de fuite. Cette double loi est en violation du 1er amendement de l’Utah sur le droit de partager et d’accéder à la parole en ligne »

Nicole Saad Bembridge, directrice associée de Netchoice, un lobby tech. Source : The Guardian, 23 mars 2023

À lire aussi : Les parents qui exhibent leurs enfants sur Internet, bientôt menacés de perdre leur autorité parentale ?

La loi prendra effet en mars prochain. Dans le reste du pays, la bataille législative se poursuit : le Connecticut et l’Ohio ont renforcé le contrôle parental pour les utilisateurs de moins de 16 ans, tandis que l’Arkansas et le Texas ont présenté des projets de loi visant à restreindre l’utilisation des réseaux sociaux pour tous les mineurs, quitte à l’interdire complètement en suspendant les comptes des moins de 18 ans au Texas.

En France, un projet de loi fixant la majorité numérique à 15 ans a été adopté début mars par l’Assemblée Nationale. En dessous de ce seuil, les plateformes devront obtenir l’autorisation explicite des parents. Le texte prévoit par ailleurs une amende de 100 000 euros dans le cas où un réseau social manquerait à ces obligations de vérification de l’âge et du consentement de l’autorité parentale. Le projet doit maintenant être examiné par le Sénat.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

1
Avatar de hellopapimequepasa
25 mars 2023 à 08h03
hellopapimequepasa
je vois d'ici les dérives notamment pour les enfants lgbtquia+ mais aussi pour ceux vivant de la maltraitance parental..quand au coté santé mental oui y a des dérives mais si c'est encadré ça peut être un bon moyen de maintenir un cercle social (surtout quand on a des trouble type phobie social qui isole vachement)et de voir des jeunes qui comprennent ce que tu vivent peuvent te donner des conseils ect faut juste encadrer le tout .(au passage bien que je sois la 1ère a m'insurger sur les dérive de la santé mental sur les réseau je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'elle n'existerai peut être pas si la prise en charge de la santé mental des jeunes n'était pas aussi catastrophique)
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Actualités mondiales

Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

2
delia-giandeini-unsplash lgbtqi lives matter
Actualités mondiales

En Argentine, trois femmes brûlées vives parce que lesbiennes

1
Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Actualités mondiales

La Suède adopte une loi qui autorise les transitions de genre à partir de 16 ans

Giorgia Meloni // Source : Vox
Actualités mondiales

En Italie, une nouvelle loi autorise les militants anti-avortement à entrer dans les cliniques IVG

Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l'exclusion de l'Afghanistan // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

JO 2024 : Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l’exclusion de l’Afghanistan

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l'Unicef // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l’Unicef

6
"@Vidal Balielo Jr. / Pexels"
Actualités mondiales

Boom des stérilisations chez les américaines, deux ans après la révocation de Roe v. Wade

6
"Crédit photo : Pexels"
Actualités mondiales

À Sydney, un homme commet une attaque au couteau « concentrée sur les femmes »

2
Source : Charles LeBlanc / Flickr
Actualités mondiales

Mort d’O.J Simpson : cette autre affaire de violences conjugales que ses avocats auraient caché dans le cadre du « procès du siècle »

La société s'écrit au féminin